J'ai perdu mon corps et mon coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
James Oraval

avatar



▌Pseudo : Ely
▌Crédit : Ice Cream - Bazzart
▌Messages : 1245
▌Année : 7ième

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: J'ai perdu mon corps et mon coeur Mar 25 Juil 2017, 15:46

Tu rêves d'un de ces songes particulier qui te restera jusqu'à un sacré bout de temps. Voilà qu'apparaît à toi un oiseau élégant, noir et blanc, une pie. Cette dernière te fixe directement dans les yeux tant et si bien que tu ne te souviens plus que ça de ton rêve à ton éveil.

Ton réveil est particulier aussi, tu te sens étrangement étranger avec un poids incongru sur la poitrine, tu comprends peu à peu que ton pyjamas te serre à cet endroit. Ta tête te tourne et une mèche ondulée de cheveux bruns vient te chatouiller l'oreille. Confusément, tu comprends qu'elle est belle et bien à toi. Mince ...

Un peu apathique, tu arrives à te diriger en titubant vers l'une des armoires qui cache un miroir dans sa porte et deux yeux saphirs que tu as bien du mal à reconnaître te fixent.


Et jusqu'à ce qu'il se dévisage dans un miroir James n'avait pas pleinement réalisé ce qu'il s'était passé. Les sensations étaient différentes mais ce qui l'avait frappé le plus, ce n'était pas de ressembler à une femme, c'était le calme qui régnait en lui. Et l'espace de quelques secondes il avait savouré cet instant. Pas de compression dans la poitrine, pas de tiraillement, pas de souffle court... Juste... Ses battements. Et puis il y avait eu la panique.

Ses mains se portèrent à son visage, tirant sur sa peau, ouvrant la bouche, relevant et baissant la tête, se regardant sous toutes les coutures pour chercher une part de lui qui était toujours là. Il tourna la tête de droite à gauche puis de droite à gauche, étudiant chacun de ses profils. Bon sang, non, il n'était plus lui-même. Du polynectar ? Possible. Dans ce cas aucune raison de se précipiter, dans une heure cela serait parti... Mais du polynectar ne l'aurait pas transporté dans une pièce inconnue. Le polynectar ne lui donnerait pas ce calme-là.

« Non... Non, non, non, non. Non, non, non. » Et pourtant si. Il n'était plus lui-même, plus dans son propre corps. Il ignorait ce qu'il s'était passé, si son corps s'était transformé en un autre, si son esprit avait été transporté, dans le monde de la magie, allez savoir ce qui pouvait bien vous arriver et comment... Mais une chose était sure. Il était... Son regard se baisser sur sa poitrine et se releva précipitamment en écarquillant les yeux. Il... Il... Il avait des... SEINNNSS ??!! Ses mains s'étaient levées et il les garda levé devant sa poitrine sans oser la toucher... Ce n'était pas les siens. Est-ce qu'il serait correct de les toucher ? Exan n'aurait pas hésité une seconde...

Dans un réflexe que, plus tard, il serait incapable d'expliquer, James se contorsionna pour regarder brièvement ses fesses. Ce short ne lui faisait pas un gros cul. Il ne savait pas du corps de qui il avait hérité mais à première vu, il n'avait pas à se plaindre. Quand il réalisa ce qu'il était en train de faire, James s'arrêta immédiatement et reporta son regard devant le miroir. Mais que'est-ce qu'il faisait bon sang ? Face à "son" reflet, il se promit de ne jamais parler de ça à personne. Cela serait trop embarrassant.

Il resta à regarder son miroir quelques dizaines de secondes supplémentaires, tout était si calme dans cette pièce, si relaxé. A commencer par lui-même. Ses yeux s'écarquillèrent une nouvelle fois et il porta la main à son coeur, froissant le tissu dans son poing, et sa bouche s'arrondit de surprise.

« Ohhhh... » Quelqu'un devait être en panique... Il devait retrouver son corps, et vite !

Il ouvrit alors le placard à la volée. Horrifié par ce qu'il découvrait, son regard balayait de droite à gauche. Comment les femmes pouvaient-elles arriver à choisir parmi tant de vêtements ??!!!! Qu'est-ce qu'il devait mettre ?! Et Hellen, elle mettrait quoi ? C'était dans ces moments qu'il regrettait que la magie l’empêche d'utiliser des téléphones portable... Son regard s'arrêta sur un jean et un t shirt blanc, oui cela serait très bien. Hellen disait toujours que dans le doute un jean et un t shirt était le pari le plus sur quand on ne savait pas quoi mettre. Ce qui était vrai pour les hommes devait être vrai pour les femmes aussi non ?

Il attrapa donc jean et débardeur qu'il jeta sur le lit avant de revenir dans cette direction et portait les mains à son haut de pyjama quand il songea qu'il allait voir... Ce qu'il ne devrait peut-être pas voir. Il relâcha le haut avant de venir étaler comme il faut le débardeur devant lui puis il ferma les yeux et recommença le geste, laissant ses mains passer laaaaaargement à côté de toute zone sensible, juste au cas où. Les yeux toujours clos, il tâtonna sur le lit pour trouver le vêtement et l'enfila avec la même précaution qu'il avait prit pour se déshabiller. Il rouvrit les yeux, satisfait. Bon... Cela ne s'était pas trop mal passé, il pouvait faire pareil avec le bas. Il tâtonna sur sa hanche, c'est bon il portait une culotte, il n'aurait pas à faire des acrobaties de ce côté là. Tout comme il l'avait fait pour le débardeur, il fit de même pour le jean. Mettre des socquettes et des baskets fut beaucoup plus facile et plus rapide et sans prendre la peine de se coiffer, habitué à ce que ses cheveux fassent ce qu'ils veulent, il quitta ce qui ressemblait à un appartement privé pour se ruer dans.... La fraicheur de Pré-au-lard. Hein ? Pourquoi n'était-il pas dans le chateau ? Avait-il vraiment le temps de penser à ça ? Sur le trajet oui. Il tourna et retourna les éléments pour en conclure qu'il était dans le corps d'un professeur, ou d'un adulte travaillant à Poudlard. Oh bon sang, il avait bien fait de ne pas toucher ou regarder sa poitrine ou toute autre partie délicate. Passant les grilles et les couloirs il filait en direction de la tour de Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: J'ai perdu mon corps et mon coeur Lun 31 Juil 2017, 23:08

Tu rêves d'un de ces songes particulier qui te restera jusqu'à un sacré bout de temps. Voilà qu'apparaît à toi un oiseau un peu trapus et gris, un pigeons ? Ce dernier te fixe directement dans les yeux tant et si bien que tu ne te souviens plus que ça de ton rêve à ton éveil.

Ton réveil est particulier aussi, tu te sens étrangement sobre dans ton corps qui a l'air plus ... ferme qu'à l'accoutumé. Tu remarques confusément que tu portes un genre de paillasson naissant sur le visage. Le plus curieux est cette excroissance sensible qui semble avoir poussé pendant la nuit.

Un peu paniquée, tu arrives à te diriger (sans tituber) vers la salle de bain et deux yeux qui te sont étrangers te fixent dans le miroir.


***************

BORDEL DE BORDEL !

C’était quoi ce satané bordel ? Voici les premiers mots, prononcé d’une voix rauque et grave que le professeur ne se connaissait certainement pas, même lorsqu’elle avait abusé toute la nuit de sa meilleure herbe à pipe. C’était pour dire si c’était désappointant dès le matin, plus encore que les sensations nouvelles dont elle avait hérité en prime. Les yeux écarquillés, ce visage faisait des grimaces dans le miroir, presque indifférent au contrôle que Zaria semblait avoir dessus.

- Zen ma vieille… C’était pas si grave, t’es en vie, t’as connu pire hein… bien pire.

Et alors qu’elle se parlait seule dans cette salle de bain inconnue au bataillon, elle récoltait quelques regards de la part de ces petites camarades. Elle était un gars, pas besoin de vérifier de ses yeux pour le comprendre. Elle était jeune. Elle était… Elle jeta un oeil aux alentours… hum… Griffondor. Et surtout, elle n’était pas du toute bourrée. Définitivement, ça s’annonçait mieux que certains matins et elle soupira avant d'ouvrir le robinet pour se passer de l’eau fraîche sur le visage.

Déjà, elle sentait monter en elle une euphorie et tout à la fois un abattement qu’elle ne parvenait que difficilement à définir comme lui appartenant véritablement. C’était quoi, ça encore ? Ca ne suffisait donc pas qu’elle se retrouve coincé dans le corps d’un adolescent, il fallait en plus qu’elle soit parasité par une horde de gosses.

- Dehors, ouste, du balais ! Allez dehors, hurla-t-elle d’un seul coup en surgissant dans le dortoir comme un beau diable.

Cette intervention manquait de tact et elle sentit la surprise qui étreignit les deux étudiants qui se trouvait là. Elle plissa les yeux, son regard glissant de l’un à l’autre d’un air sévère. Du moins le supposa-t-elle. Ses expressions ne lui appartenait plus du tout et elle doutait beaucoup du rendu final sur la figure du jeune homme brun qu’elle arborait à présent. Arf, elle se sentait très énervée d’un coup et elle referma la porte de la salle de bain d’un geste sec après les avoir une seconde fois exhorté de se carapater vite fait de là.

Le mieux était encore d’attendre que le dortoir se soit vidé. Quand tout le monde serait enfin en cours, elle aurait le temps d’aller trouver une solution. Ou… non… Et Rewe, pensa-t-elle d’un seul coup ? Qui allait lui préparer son petit déjeuner ? parce que si son esprit était ici… où était donc son corps à l’heure actuelle ? Tant pis, elle n’avait pas vraiment le choix et tant pis pour la réputation du garçon, qui allait certainement en prendre un coup avec une Zaza trop émotive aux commandes.

Heureusement, les deux étudiants avaient déjà prit le chemin du petit déjeuné quand Zaria émergea de son antre. Tant pis pour le look, elle avait autre chose sur le feu présentement. Et puis, elle aurait l’impression de faire des attouchements sur un gamins. Hors de question ! Elle trouva tout de même une paire de chaussures et un pull avant de se glissait dans la salle commune.

Aaah, ce vacarme ! Ils étaient combien là. Une certaine panique s'empara d’elle brusquement, pas de la panique de l’euphorie ou… allez savoir c’était assez confus pour l’heure tous ces parasites. Elle respira un grand coup, traversa le plus rapidement possible la pièce pour quitter la tour.

Et là, devant son nez, enfin à quelques mètres quand même, se trouvait… Elle-même ! Alors elle ressemblait à ça vu de l'extérieur. C’était quoi cette tenue ? Elle ne se rappelait même pas la dernière fois qu’elle s’était habillée aussi sobrement comme sa cousine moldue.

- Toi là, s'apostropha-t-elle, viens ici avant que je j’implose ! Et ma fille ? Elle est où ma fille ? Tu l’as laissé seule ? Par tous les moutons de St Perlimpimpin !
Revenir en haut Aller en bas
James Oraval

avatar



▌Pseudo : Ely
▌Crédit : Ice Cream - Bazzart
▌Messages : 1245
▌Année : 7ième

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: J'ai perdu mon corps et mon coeur Mer 02 Aoû 2017, 14:54

Plus il montait vers la tour de gryffondor plus James appréciait les nouvelles sensations. Enfin, plutôt l'absence de... Il avait croisé plusieurs personnes dans les couloirs qui l'avaient salué d'un courtois "professeur" ce qui confirmait bien son hypothèse. Son premier réflexe avait été de se diriger en direction des passages secrets qu'il connaissait dès qu'il avait entendu des voix appartenant au groupe venant à sa rencontre et puis cela l'avait saisi. Le coeur battant rapidement, l'angoisse et.... rien. Rien d'autre, le calme, pas de parasite, pas de douleur. Rien de chez rien. Son don n'avait vraiment pas voyagé avec lui. Un sourire s'était épanoui sur ses lèvres et il avait reprit son chemin, passant par les couloirs principaux, croisant autant de monde qu'il le souhaitait, observant, et, Merlin le pardonne, ralentissant quelque peu son pas pour profiter de l'instant.

Ce n'était pas tous les jours qu'il se retrouvait libre de sa malédiction et très égoïstement il voulait en profiter un peu, surtout si cela devait se terminer dès qu'il serait face à son corps. Il continuait de se demander qui en avait hérité d'ailleurs. Lui ne se reconnaissait pas. Il espérait que son corps n'était pas encore éveillé néanmoins, la personne qui en avait pris possession allait se retrouver complètement submergé par les sentiments des autres, sans même savoir qu'ils appartenaient aux autres. Il allait certainement le trouver en catatonie. Il était loin d'imaginer ce qu'il se passait à l'instant dans la salle de bain des gryffondor. Dehors, ouste, du balais ! Allez dehors Une chance pour Zaza, les gryffondors étaient habitués aux sautes d'humeur de James et à ses caprices. Il n'en était pas fier mais certain matins, quand vous vous réveilliez avec une vive douleur à la poitrine et la sensation qu'on était en train de vous en extraire le coeur à la petite cuillère à bout rond, vous aviez pas très envie d'être aimable et poli. Allez savoir pourquoi... Le plissement des yeux avait été aussi efficace qu'elle pouvait le souhaiter.

James arrivait enfin en vue de la tour des gryffondors lorsqu'il se vit sortir en trombe par le passage de la grosse dame et se retrouva nez à nez avec lui-même, en pull et caleçon. La bouche ouverte, trop surpris pour placer un mot, il s'observait alors que déjà il se faisait invectiver. Toi là Ce n'était pas vraiment la personne éploré et en détresse qu'il s'était imaginé trouver et sauver... viens ici avant que je j’implose ! Et ma fille ? Elle est où ma fille ? Une fille ? Quelle fille ? Elle avait une fille ? Mais il était partit sans l'avoir vu ! Elle était restée toute seule la bas ? Tu l’as laissé seule ? Par tous les moutons de St Perlimpimpin ! Oui c'est ce qu'il disait.

Il attrapa le bras de son corps, et habitué à sa force de jeune homme, tenta de se faire faire demi-tour pour revenir dans la tour gryffondor alors qu'il disait d'une voix assez précipitée, se sentant coupable de ne pas avoir fait le tour de la maison avant de partir.

« J'ignorais que vous aviez une fille, professeur. » Fit-il très sincèrement avec un sourire d'excuse. « Retournons chez vous pour s'assurer qu'elle va bien mais avant... Vous devez passer un pantalon... » Il ne pouvait décemment pas se balader le caleçon à l'air... Il observait son corps du coin de l'oeil et demanda tout de même avec hésitation. « Vous êtes sure que vous... allez bien ? Rien de bizarre ce matin ? »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai perdu mon corps et mon coeur

Revenir en haut Aller en bas

J'ai perdu mon corps et mon coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium Incantatem :: THE CASTLE; STUDENTS' PLAYGROUND :: HOGWARTS, THE UNIVERSITY :: Couloirs-