Ils sont jetés ces profs…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ellen Duke

avatar



▌Messages : 364
MessageSujet: Ils sont jetés ces profs… Mer 11 Nov - 13:48:05

Inspirer, expirer, inspirer, expirer...
Ellen ne faisait que ça depuis bien cinq bonnes minutes.
Inspirer, expirer, inspirer, expirer...
Mais peu importe le nombre de fois que sa cage thoracique se soulevait, il n'arrivait pas à défaire cette boule de stress qui s'était logée dans son ventre.
Inspirer, expirer, inspirer, expirer...
C'était tout de même extraordinaire : il avait, de par son métier passé, affronté des situations bien plus périlleuses, des situations où sa vie était réellement en danger et pourtant il l'avait fait beaucoup plus sereinement que ce qu'il ne l'était en ce moment même, alors que les seuls ennemis qu'il allait présentement affronter étaient des gamins de 12 ans et la marche de l'estrade où se trouvait le bureau. Ne jamais sous-estimer une marche...
Inspirer, expirer, inspirer, bloquer sa respiration, 1,2,3... Expirer lentement.

Un petit tiraillement dans ses cheveux, un poids qui quitte son épaule. Dust était parti en lui souhaitant bonne chance. Son masque de froideur se reforma en même temps qu'il ouvrit les paupières qu'il n'avait pas eu conscience de clore. Quand il entra dans la salle, ce fut d'un pas assuré et transpirant d'autorité... Du moins en apparence...

Arrivé devant son auditoire, il se présenta sommairement omettant très volontairement son statut de stagiaire. L'âge jouant en sa faveur, il était peu probable que ses bourreaux en herbe ne cherchent à saper son autorité naissante de ce côté-là... Il leur expliqua ensuite ses règles concernant les retards et oublis, simples et efficaces, non discutables. Puis vient l'appel, le long premier appel, celui où pour la première fois il mettait des visages sur une liste de noms, en profitant par la même occasion pour noter leurs emplacements dans la salle et parcourir des yeux distraits les affaires déjà disposées sur les bureaux.

C'est là qu'il le vit, cet horrible petit engin rose à l'effigie d'une quelconque princesse Disney insipide. Ses yeux restèrent bloqués dessus quelques instants, le temps qu'il n'arrive à desserrer sa mâchoire pour demander, d'une voix calme et qu'il n’espérait pas trop glacial :

"Miss Lancel, voulez-vous bien ranger votre calculatrice s’il vous plaît..."

Sans attendre de réponse ni vérifier qu'il s'était bien fait obéir, il retourna à sa liste de noms. Erreur...

" Miss Lancel, pour la dernière fois vous n'aurez pas besoin de faire de calculs dans mon cours. "

En voilà une dont il retiendrait bien le nom au moins...
C'était idiot, il le savait, mais il ne pouvait empêcher tout son corps de vouloir cet objet de damnation loin de lui. De réclamer la destruction de ce qui lui rappelait d'amples boucles rousses et qui rouvrait des plaies déjà pourtant béantes de ce morceaux de chaire qui lui servait de Cœur.

L'enfant était têtue, ou distraite, il ne prit pas le temps de décider...
La troisième injonction ne vint jamais. "Pour la dernière fois..." Il l'avait dit. D'un geste rapide et précis il dégaina sa baguette, d'élégantes courbes furent tracées dans les airs d'une main sûre, une formule courte et efficace fut murmurée d'une voix caverneuse. L'objet de malheur fut expédié à toute vitesse par la fenêtre alors que dans un même temps cette dernière s'ouvra en grand, engouffrant la calculatrice et refermant ses battants dans l'instant. Le tout s'était passé en un battement de cils, il y eut une petite seconde de flottement dans la salle avant que la voix du professeur ne s'élève de nouveau, reprenant son cours là où il s'était interrompu comme si de rien n'était...
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 336
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Mer 11 Nov - 19:36:39

oo00OOO00oo

La rentrée s'était passée sans encombres majeures, Zaria avait découvert avec joie les nouvelles têtes et s'était attristée du départ de ses anciens protégés. Ce qui était bien avec les petits comités c'était qu'en un cours généralement elle parvenait facilement à associer les noms aux visages. Quand l'habituelle présentation personnelle venait Zaria s'étendait largement sur son île chérie puisqu'elle ne pouvait pas faire autrement au vu de la décoration de sa salle. Bien sur, c'était toujours un plaisir de répondre aux questions de petits curieux et de sécher directement les récalcitrants qui osaient lancer une mauvaise réplique pleine de préjugés sur ses habitants. Evidement, il y avait aussi quelques questions concernant son mari… puisque chaque année depuis qu'elle enseignait, il y en avait un ou deux, la racaille ! Elle essayait tant bien que mal de rester sympathique malgré ses humeurs difficilement contrôlables.

Zaria était de toute façon plutôt avenante en général et elle s'était toujours bien entendu avec la jeunesse. Elle refusait de se laisser aller à trop de hiérarchisation et de théories barbantes, ce qui faisait plus fuir les étudiants qu'autre chose et était aussi, peu palpitant pour un professeur. Certains prétendaient d'ailleurs qu'elle était bien trop cool et qu'elle considérait bien trop la capacité des jeunes gens à se montrer adulte et autonome. C'était là sa manière de faire et n'allait pas en débattre car elle marchait jusqu'ici fort bien.

En ce début de mois d'octobre, le temps c'était rafraichit considérablement. Pourtant cette après-midi là le parc était ensoleillé et les rayons vous réchauffaient agréablement le corps. Son ventre était bien plein car elle s'était goinfrée au repas de midi et elle n'avait pas de cours à donner avant une une bonne heure. Tout semblait tranquille, la majorité des élèves avaient déjà rejoint les classes et il faisait bon profiter du temps qui passait.

Enfin… dans le cas où l'énergumène qui lui servait d'époux n'avait pas envoyé un énième colis plein de vieux bouquins d'histoires poussiéreux. Au yeux du monde c'était un cadeau parfaitement ignoble mais il était bien la preuve que Darwin, pour aussi bête et brute qu'il se fit passer la plupart du temps, la connaissait aussi sur le bout des doigts. Elle était bien embêtée… ces livres étaient tous des petites merveilles et aucun ne méritait d'être abandonné ou jeté au feu. Cela lui aurait assurément brisé le coeur. Pourtant, il venait de l'autre crétin et elle ne pouvait pas accepter ce cadeau sans lui faire comprendre, à tord, qu'il avait réussi à l'attendrir un peu. En gros, c'était un dilemme sans queue ni tête qui commençait à mettre ses nerfs en pelote.

La seule solution pour réfléchir dans ces cas là était de se trouver un petit coin pour fumer sa pipe en paix ! Ca éclaircissait tout de suite les idées… ou peut-être que non, mais au moins ça avait l'avantage de la détendre et ça, elle en avait besoin pour se montrer raisonnable le reste la journée. Elle avait tout de même prit le soin de sélectionner un des bouquins pour se faire une idée sur la marchandise. Elle n'allait pas brader son honneur pour de la camelote tout de même. Elle avait entamé quelques paragraphes et tiré quelques bouffés qu'elle sentait déjà que la thérapie par la lecture et les plantes faisait doucement son effet. Elle lâcha un léger soupir d'aise tout en tournant la page. Ce livre était décidément très bon… Et là … PAF !

Une hocquet de surprise traversa le silence. C'est que ça faisait mal en plus ! Sa surprise laissa place presque immédiatement à une grimace de douleur. Elle referma le bouquin, le posa sur ses genoux et se frotta la partie de son crâne en doloris. Pas de trou béant, c'était déjà ça… mais tout de même, elle risquait une jolie bosse. Elle soupira d'exaspération, toute sa colère et sa frustration étaient en train de remonter en flèche à une vitesse fulgurante. Et c'était quoi d'abord ce projectile ? Zaria regarda autour d'elle. A ses pieds scintillait dans l'herbe une objet étrange d'une couleur peu ragoutante. Elle le ramassa du bout des doigts pour l'examiner d'un air dubitatif… Un truc moldu, ça ressemblait clairement à un truc de moldus et elle n'était pas sure de vouloir en savoir plus sur le pourquoi du comment de cet aspect dégoulinant de guimauve.

Maintenant, il restait encore à trouver le coupable. Oh, ça non, elle n'allait pas en rester là où c'était bien mal la connaitre ! Elle empocha la calculatrice et se releva brusquement, le bouquin dans une main, la pipe dans l'autre pour lever les yeux vers le château. Le moins qu'on pouvait dire c'était qu'il n'y avait pas beaucoup de fenêtres dans ce coin là. Après tout, elle avait très bien choisi son repère pour être, en hypothèse, tranquille. Ce genre de chose ne lui était encore jamais arrivé au paravant et ce n'était pas la première fois qu'elle trainait spécifiquement par ici.

Et là, ça lui été revenue, un nouveau prof de Runes était en poste. Un tout nouveau, une sorte de stagiaire si elle avait bien entendu. Et bien sur monsieur avait beau ressembler à une porte de prison, il était incapable de tenir 3 gosses en place. En temps normal, Zaria aurait pu se montrer compatissance… mais pas aujourd'hui… pas à cet instant précis… pas avec le coup fourrée de Darwin le babouin débraillé. Dans un grognement elle tourna les talons, longeant les murs d'un pas rapide et rageur jusqu'à la porte la plus proche. En moins de temps qu'il n'en fallait à certains pour dire quidditch elle avait déjà franchi le hall, le couloir et les escaliers pour se planter devant la salle de classe coupable. Mais étrangement, il n'y avait aucun bruit annonçant les débordements qu'elle avait supposés… Elle médita une petite seconde.

Ou alors… c'était ce plouc dépressif qui tentait vainement d'assoir son autorité en balançant des trucs par la fenêtre avec la méthode si pédagogue et moderne de l'homme de cro magnon. Cela faisait de son collègue le criminel en ligne directe. Et elle n'avait plus aucune raison de frapper à cette porte avant de faire son entrée pour le ménager dans son égos. Elle se racla la gorge et rangea la pipe et le bouquin dans ses poches ensorcelées qui étaient encore dans ses mains. Puis… après une dernière inspiration elle entra en trombe dans la pièce silencieuse.

- Vous ! Vous n'êtes vraiment pas tranquille, déclara-t-elle avec hargne.

Zaria brandit la calculette et s'avança pour la coller presque sous le nez du professeur, une expression furieuse collé à chaque millimètre de son visage.

- Balancer des trucs par la fenêtre, mais vous vous croyez où, espèce d'arriéré notoire ? Il y en a qui sont posés, qui essait de réfléchir à des choses constructives et vous… par la barbe de St Pirlinpinpin, vous saccagez les platebandes ! J'en suis prophétiquement rincée Monsieur !

Derrière, les élèves ouvraient des yeux ronds, encore plus abasourdis par l'interruption brutale et le langage rocambolesque de la sorcière que par le geste de baguette si inattendu de leur nouvel enseignant. Aucun des deux ne semblaient commodes mais cette distraction ne devait les déranger qu'à moitié seulement.

oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Ellen Duke

avatar



▌Messages : 364
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Lun 23 Nov - 11:40:12

Venait-il de lancer un objet appartenant à une élève par la fenêtre alors que c'était le premier cours qu'il avait avec cette classe ?...
Oui, il venait de le faire.
Oh Merlin...

Il rangea cette information dans un coin de sa tête, il analyserait sa propre stupidité plus tard, pour l’heure il avait un programme à détailler. Cette année allait être plus drôle, autant pour lui que pour les enfants. Ils étaient censés connaitre les bases du futhark et même être capable de former des phrases simples. Ils allaient donc pouvoir créer leurs premières runes basiques. Et quoi de mieux pour ça que de laisser libre-cour à leur imagination, les laisser tester, se tromper et apprendre. Avec des encres basiques et génériques, ils pourraient réaliser des motifs simples aux effets très restreints qu'ils apprendraient ensuite à complexifier pour en préciser et amplifier les effets. Ellen n'était pas vraiment sûre de ce qu'il faisait et espérait sincèrement qu'aucun de ses étudiants ne ferait sauter une aile du château. Ce qui était plutôt mal partit étant donné que les runes de destruction étaient les plus simples à concevoir et les plus efficaces aussi. L'homme était toujours plus doué pour démolir que pour créer...

Emporté par sa passion il commença à énumérer toutes les utilisations des runes et jusqu'où l'on pouvait aller ainsi que les dernières actualités en termes de découverte et dénotation... Pour illustrer ses propos il se ressaisit de sa baguette, ne voyant pas la légère tension qui s'était peinte sur les visages des enfants, et prononça une courte formule. L’extrémité de sa baguette se mit à luire d'une douce lumière bleue rehaussée d'argent. Il leva le bras et l’abaissa lentement en arc de cercle, traçant par la même occasion des sillons scintillants.
La rune prit forme sous les yeux curieux des bambins. Toute simple, juste un Tiwaz dans un cercle. Une rune de vent. De quoi créer une belle bourrasque en effet.

"Les runes éphémères, parfois qualifiées de glyphes, bien que cette appellation ne fasse pas l'unanimité. Ce sont des runes où l'on s'est servi d'un sortilège comme encre. Bien plus instable que les runes classiques elles ne supportent pas de motifs trop complexes mais ont l'avantage de ne nécessiter aucun outil autre qu'une baguette. Elles sont extrêmement rapides à exécuter. Comme leurs noms l'indiquent si bien, elles ne peuvent durer dans le temps à cause d... "

C'est à ce moment que la porte s’ouvrit en grand sur une femme visiblement très énervée.
Citation :

" Vous ! Vous n'êtes vraiment pas tranquille ! "

Ellen resta stupéfié sous la surprise. Perdu dans son monde peuplé de symboles anciens, il s'était déconnecté de la réalité. Il mit quelque seconde à en émerger avant de furieusement froncer les sourcils.

Mais de quoi elle me parle cette énergumène ?!

La réponse à cette interrogation ne mit pas longtemps à venir s’agiter sous ses yeux et de la surprise Ellen passa au renfrognement. Le langage si particulièrement fleuri de la femme l'aurait pourtant fait sourire dans d'autres circonstances…

Non mais sérieusement si j’ai viré cette merde de la classe, ce n’était pas pour qu'elle me la rapporte !
 

Son visage, déjà bien renfrogné naturellement, était en train de battre des records. Même les portes d'Azkaban devaient avoir l'air plus avenant que lui. Et c'est d'une voix frisant le zéro absolu qu'il adressa, pour la première fois de l'année, la parole à sa consœur.

" Chère collègue - veuillez noter toute l'ironie du ton dans le chère - si vous avez des réclamations je suis tout ouvert à les écouter - pure hypocrisie, vu la tronche qu'il tirait. En ce moment même il était plus que clair qu'il était tout sauf ouvert - mais APRÈS mon cours. "

Il avait insisté sur le "après " sans pour autant forcer sur sa voix.
Comme on pouvait s’y attendre de sa part, le professeur de runes n'était pas vraiment heureux de voir son cours interrompu et ce mécontentement l'empêchait de ressentir un quelconque report quant à son geste. D'autant plus que voir l'immondice rose remuer nonchalamment sous son nez ne l'aidait pas vraiment à réfléchir clairement…

Hélas pour eux, la magie est un élément instable et de trop fortes émotions peuvent déclencher certain phénomène.
Comme l'activation d'une certaine rune de vent au beau milieu d’une salle de classe par exemple…
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 336
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Mer 2 Déc - 21:09:54

oo00OOO00oo

Zaria n'était pas du genre à faire dans la dentelle, c'était même contraire à son caractère. Alors oui, elle venait de le sortir de sa bulle un peu rudement et il était bien en droit de tirer une figure de dix pieds de long. En temps normal, en bonne Hejtishakienne, il fallait plus qu'un ton particulièrement glacial et un froncement de sourcil inquiétant pour lui faire prendre le nord. Il l'avait bien cherché d'ailleurs, qu'il ne s'étonne pas qu'on veuille lui sonner les cloches après. Et s'il croyait qu'il avait le monopole du coeur en charpie et des sentiments à fleurs de exacerbés, ce brave andouille s'enfonçait le bras dans l'oeil jusqu'au coude. On ne rigolait pas avec une femme, une mère et une Hejtishakienne ! Surtout si un ovni venait lui faire un bosse sur le crâne sans avait bu de quoi adoucir le choc.

L'ironie du sorcier ne lui échappa pas. Son irritation était loin de la rendre totalement aveugle. Néanmoins on pouvait tout de moins admirer son self contrôle, ce n'était clairement pas donné à tout le monde et clairement pas à Zaria d'ailleurs. Certains n'auraient pas hésité à répliquer de façon bien plus virulente face à une attaque aussi frontale. S'il avait fallu classer Zaria quelque part dans le règne animal, elle se serait sans doute rapprochée de l'ours ou même du sanglier, pas foncièrement mauvais, mais mieux valait éviter de croiser son chemin et de l'embêter.

- Après ! ah, s'exclama-t-elle, on aurait pu croire qu'elle allait se mettre à rire.

Après le cours… ça la faisait bien rire, ça, au fond ! Il ne se gênait pas pourtant pour importuner les gens pendant son cours. Quel exemple remarquable pour la jeunesse, en plus d'avoir l'air parfaitement barbant du peu qu'elle en avait vu jusqu'ici, monsieur était aussi d'un culotté sans borne apparemment. Présentement elle n'était pas sure d'apprécier qu'on se paye un peu plus sa tête. Ce type était un barbare, elle flairait presque l'odeur désagréable d'employé du Ministère émaner de sa personne. Voila, elle avait mis le doit dessus, c'était un comportement de bureaucrate à deux mornilles qui s'étonnaient toujours qu'on leur hurle dessus avec toutes les crasses qu'ils pondaient à longueur de journée. Ils devaient y avoir une formation spéciale pour ça…

Comme si l'atmosphère n'était pas déjà suffisamment tendue jusqu'ici, voila qu'elle sentit de légers mais non moins inquiétant picotements dans sa nuque, hérissant ses petits cheveux. Zaria quitta le visage de son collègue du regard sans pour autant véritablement tourner la tête, preuve s'il en était qu'elle n'avait pas encore déterminé qui était le véritable ennemie dans l'histoire.

- Maléfique singerie… siffla-t-elle pour elle même.

Ce qui aurait tout aussi pu être remplacé par un très peu Hejtishakien : " merde ". Non elle n'était pas en train d'halluciner mais un gros nuage gris vaporeux venait de se former entre les professeurs et les élèves, aspirant l'air à une vitesse alarmante tel un trou noir au milieu d'une galaxie sans défense.

- Tous à couvert sous les bureaux et que ça saute, ordonna Zaria, parfaitement maitresse de ses émotions dans ce brusque moment de crise.

Lorsqu'on était prof de potions, les catastrophes ont apprenaient à les gérer. Force était de constater que dans ce genre d'exercice elle n'était plus une novice. Dans un grand fracas de chaises raclant le parquet les têtes blondes disparurent une à une sous les pupitres en un temps raccord. Elle se retourna finalement vers son collègue, oubliant presque sa rancoeur.

- Et c'est valable pour vous aussi, déclara t'elle dans un haussement de sourcil tout en attrapant l'ex Auror sans ménagement par la manche pour le trainer derrière son propre bureau. Elle s'accroupi, posa ses mains sur ses oreilles et pria pour que ce soit bien moins pire qu'une éruption de potion de Poussepoil nauséabonde.

Au dessus, le nuage avait cessé de grossir, même les mouches c'étaient cachée. Puis, après une seconde de calme interminable, un craquement sonore retenti. Des lors une violante bourrasque déferla dans la classe durant une bonne minute, éparpillant les parchemins, renversant les encrier, faisant même claquer les fenêtres et trembler les meubles. Ca allait être une de ces pagailles ! Elle n'avait pas besoin d'y voir pour sentir qu'autour les objets tourbillonnaient, que le vent soufflait comme en pleine tempête. Elle se serait presque cru à la maison quelques instants.

Finalement, le tourbillon s'échappa au dehors non sans apporter quelques vestiges, laissant derrière lui un grand silence dans la salle.

oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Ellen Duke

avatar



▌Messages : 364
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Dim 6 Déc - 12:56:59

Le self contrôle était une compétence qu’il avait très tôt développée. Il faut dire que quand vous côtoyez quotidiennement des gens qui en étaient totalement dépourvus, il fallait bien tempérer les choses. Armand n’avait jamais été un grand calme et, sans avoir des problèmes de gestion de la colère, on ne pouvait nier qu’il avait le sang chaud. Et c’est bien connu, mettre une personne énervée avec une autre personne déjà bien énervée n’était pas la solution la plus intelligente. Résultat des courses, c’était souvent Ellen qui gérait les civils mécontents. Sa voix avait, semble-t-il, tendance à apaiser les gens et si ça ne suffisait pas un bon regard noir promettant mille et une tortures sadiques si la personne ne se calmait pas tout de suite et le timbre glacial qu’il prenait quand il était contrarié, faisait leurs petits effets. Enfin généralement…
Malheureusement pour lui Azearhia R. Fritshwörth ne semblait pas être une personne « générale ».

Et heureusement qu’il ne pouvait entendre les pensées de la professeure de botanique. Elles l’auraient fait à coup sûr sortir de ses gonds. Lui un bureaucrate ? Un bureaucrate ?! Un de ces mecs vicelards et inutiles dont la seule fonction était de vous pourrir la vie à grands coups de formulaires, de dossier, d’avertissements et de blâmes ! Oui il avait eu un blâme ! Et non il ne l’avait toujours pas digéré !!!

« Oui, après, quand vous ne risquerez plus de gêner mon cours… S’il vous plaît.»

Histoire que l’on arrête tous les deux de passer pour des cons devant mes élèves, merci.

Il avait du self contrôle certes, mais ça ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas être de mauvaise foi non plus. Self contrôle qui d’ailleurs commençait doucement à s’étioler devant la brunette. Puis elle tourna légèrement la tête, sembla découvrir quelque chose avec horreur et juron pour le moins original. Ellen fronça les sourcils. Enfin, il les fronça encore un peu plus, et tourna lentement la tête. Il n’était pas Hejtishakien alors c’est un très peu classe « Oh merde… » qui franchit ses lèvres dans un souffle. Le tout accompagné d’un haussement de sourcils très explicite quant à la surprise de leur propriétaire.

La rune. Il avait complètement oublié la rune… Il lui fallut une petite seconde pour se remettre de sa surprise et tenter de reprendre la situation en main. Il se reprojeta dans le glyphe, drainant la magie pour atténuer sa puissance et s’en servant pour créer d’autres runes éphémères de protection cette foi-ci.
L’ordre de la prof de potion fusa dans l’air, clair et précis et, bien qu’il ne lui avouera probablement jamais, il fut pour le moins impressionné par son efficacité et son sang-froid. Il en oublia même de grogner quand elle le tira par la manche !

« Mettez vous en boule ! Protégez vos têtes et vos nuques ! »

La rune était de vent. Il n’y aurait pas de détonation, il valait donc mieux se protéger la caboche. Se mettant en face d’Azearhia, il appliqua ses propres consignes et attendit patiemment la fin de l’orage. Sans mauvais jeux de mots…
Il écouta. Se concentrant sur les sons environnants, tentant de juger de la puissance du maelström. Il sentit clairement les deux autres runes qu’il avait eu le temps tracer se déclencher successivement, dressant des noyaux de protection dans cette tempête qui furent, hélas, vite balayés. Le son du vent s’étouffa légèrement pour chacune des runes avant de reprendre ses sifflements quand elles se firent impitoyablement dispersées. Les battants des fenêtres finirent par céder, permettant au vent furieux de s’échapper, emportant avec eux quelques tribus qui seraient durs à retrouver.

La première chose qu’Ellen fit, quand il fut sûr que relever la tête ne représentait aucun danger, fut de prendre le visage d’Azearhia en coup, scrutant de ses orbes marines la moindre trace de blessure ou de douleur. Il n’en trouva pas… Rassuré, il se releva, parcourant la salle des yeux, il fit une première estimation des dégâts : c’était un beau merdier…
Mais ce n’était pas sa priorité pour l’instant.

« Tout le monde va bien ?! Faites attention, est ce que tout le monde va bien ? Mll Lancel ? Mr Winterage, où est votre voisin ? Ici, parfait. »

Remarquant une enfant qui se relevait en se tenant le bras. Il contourna son bureau à grandes enjambées, essayant de ne rien écraser au passage, et la rejoint. Ce n’était pas grand-chose, un objet non identifié avait percuté son bras. Elle aurait un petit bleu mais c’est tout… Rien de bien méchant. Il la rassura à voix basse, et lui dit d’aller voir le médecin avec sa voisine. Elles reviendraient plus tard rassembler leurs affaires, leur passage à l’infirmerie ne devrait pas prendre grand temps.
Une fois cela fait, il se retourna et contempla le capharnaüm qu’était devenu sa classe. Il se permit de soupirer et de passer une main dans ses cheveux encore plus en bataille que d’habitude avant de se reprendre.

« Bon… Voila à peu près l’efficacité et la puissance des runes basiques que vous devriez être capable de créer en 7ème année si vous travaillez un minimum.  Aller, rangez vos affaires, essayez de tout rassembler, si vous trouvez des objets orphelins venez les déposer sur mon bureau. On verra à qui il manque des trucs une fois le ménage fait.»


Et il se retourna pour finir de débarrasser complètement son bureau et d’entasser en vrac ses affaires dans un coin. Il s’occuperait de ça plus tard, les gosses d’abord. Passant à côté d’Azearhia, il se pencha pour ramasser des feuilles à ses pieds. Se relevant il demanda avec détachement, d’un ton neutre et sans la regarder :

« Vous aidez ? »
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 336
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Jeu 17 Déc - 20:47:38

oo00OOO00oo

Des soucis Zaria en avait récoltés avec son fichu caractère. Elle était loin d'être la pire dans la famille qui plus était. Les "en général" s'appliquait rarement aux Hejtishakiens qui était trop peu bercé au rythme de la société sorcière du "continent". Personne ne faisait entendre raison à cette bande d'hurluberlues pour la bonne et simple raison qu'ils n'étaient ni influençables, ni influencés par autre chose que leurs propre culture. Parfois cela pouvait dégénérer sans même qu'ils ne prennent ombrage. Quand un employé du ministère ou même un auror osait mettre un pieds sur l'ile, il savait déjà à quoi s'en tenir. Ils y avaient des choses contre lesquelles cette armada brandissant des décrets ne pourraient rien, à moins d'exterminer tous les habitants. Le climat rendait borné autant qu'il rendait joyeusement fou.

Peux-être auraient-il pu s'entendre sur un point, la bureaucratie était un fléau. Et elle n'aurait certainement pas encouragé son collègue à tempérer sa digestion. Elle aurait tout aussi pu lui dire que s'il avait mérité un blâme, c'était signe qui ne faiblissait pas face à ce vicieux envahisseur. Quelque part, cela aurait remonté la barre de l'estime peu glorieuse qu'elle lui portait pour l'instant. Enfin… un ex-auror… il n'y avait pas de quoi se venter non plus.

Ne gênait-il pas lui même son cours avec des gestes déplacés, à l'origine ? Passer pour une imbécile devant les élèves était le cadet de ses soucis d'ailleurs. Un jour où l'autre, même sans être professeur, le ridicule les accablerait un par un sans verser dans la pitié. Avoir un aperçu de ce genre de situation était en soi une forme de leçon sur la vie.

Quand le calme fut enfin revenu un petit moment passa dans le silence, laissant le temps aux personnes présentes de s'assurer que tout était revenu à la normale. Une rafale pouvait peut-être en cacher une autre. Zaria retira lentement les mains de ses oreilles et se redressa un peu pour jeter un coup d'oeil méfiant par dessus le bureau. Plus de trace de tourbillon dans l'air à première vu mais effectivement la salle était dans un état plus ou moins calamiteux. Le point positif s'il y en avait un, était que Darwin était totalement sorti de ses pensées.

Elle ne connaissait pas le nombre d'élève, leurs noms encore moins mais elle se leva finalement et inspecta tour à tour les têtes qui émergeaient de sous les bureaux. Ils n'avaient pas l'air bien amochés, certainement un peu sonnés mais rien de vraiment alarment ne lui sauta à la figure. Une gamine semblait avoir reçu un coup à l'avant bras mais son collègue était déjà sur le terrain pour constater les dégâts. Un peu d'infirmerie et de pommade miracle de la mère Michelle et il n'y paraîtrait plus.

Elle ricana un peu pour elle même en écoutant la tirade d'Ellen. Et bien, s'ils travaillaient un peu il y avait du soucis à se faire. Des ados en crise avec un moyen de tout envoyer valser radicalement, c'était bon pour donner des sueurs froides aux elfes de maison. C'était déjà cataclysmique en temps normal. Enfin, ils ne débarquaient dans sa classe qu'après cette période de rebellions en général… autant dire qu'elle était plutôt verni. Une fois n'est pas coutume, elle ramassa quelques feuilles qui trainaient à ses pieds pendant que les deux gamines sortaient de la classe.

- Dans quelques jours ils vont te harceler pour avoir des devoirs en plus. Et ce ne sera pas pour faire jolie dans leurs moyennes… confia Zaria doucement afin que les élèves n'entendent pas, lorsque le professeur se fut reproché de son bureau.

Bien sur qu'elle allait aider, il n'y avait pas besoin de demander. Etait-elle en tord dans cette affaire ? Sans doute un peu, certes. Elle n'avait cela dit pas commencé par jeter des trucs par la fenêtre. Oui, oui, elle y tenait farouchement. Il était à noter qu'une accalmie dans sa fureur se faisait clairement sentir, le tutoiement était un bon indicateur.

- Ne va pas te biler. Avec les gosses, ça fini toujours par se tasser pour un rien. Un jour c'est les profs et le lendemain c'est le dernier article de Jeune et Sorcière. Rien de bien grave…

Tout en bavassant sur les gouts changeants des enfants de cet âge Zaria avait sorti sa baguette de la poche de son gilet. Pas de boue gluante sur les murs, se serait plutôt simple au fond. Allez, le plus coriace serait l'encre qui avait versé à droite et à gauche.

- S'il n'y a pas de copies vraiment importantes, je propose la poubelle. Tu as bien quelques notes à démultiplier et à distribuer la prochaine fois ? Les bouquins par ici et les objets non identifiés par là ? Un peu de tris et de nettoyage et ça devrait être bon.

oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Ellen Duke

avatar



▌Messages : 364
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Mar 12 Jan - 18:26:24

Ellen aurait sans doute beaucoup gagné à écouter Azearhia se plaindre du Ministère. Nul doute que toutes les réflexions acerbes de sa collègue l'auraient fait sourire, voire même rire... Rire bon sang !!! De son côté, il aurait pu lui décrire l'organisation barbare de l'administration, lui énumérer les quantités astronomiques de parchemin et d'encre gâchés dans d'inutiles et fastidieux rapports, lui compter les constants abus de pouvoir et de privilèges ridicules qu'exerçaient les petits supérieurs et autres chefs de sécessions...
Bref, il est sûr que ces deux-là auraient pu parler pendant des heures de leurs expériences du Ministère et de leur avis sur la bureaucratie. Mais ils ne le firent pas, ce n'était ni le sujet, ni le lieu. Une autre fois peut être...

Si on lui demandait son avis, Ellen, en toute mauvaise foi évidente, vous soutiendrait sans sourciller et avec sa tronche de nargole mal luné, qu'il ne perturbait absolument pas son cours, la preuve : ses bambins étaient tous en train de bien sagement l'écouter quand sa collègue avait fait irruption dans la classe.
Il se peut ensuite et seulement si vous insistez beaucoup, qu'il concède que son comportement n'avait pas été des plus exemplaires, mais chut ! On avait dit qu'il ne réfléchissait pas à cela pour l'instant...

Mais revenons à l'instant présent, voulez-vous ?
Le futur prof de runes avait décidé, en tout début d'année, que son cours ne serait PAS chiant. Il ne voulait pas d'élèves qui dormaient en classe ou profitaient de "la matière optionnelle" pour avancer sur les devoirs des autres classes. Il en était absolument hors de question ! Ils avaient choisi cette matière, alors il fallait que les morveux assument et composent avec un prof passionné et légèrement siphonné du bulbe, adepte de l'utilisation concrète de sa matière. Après, ce n'était pas sa faute si les runes de destruction étaient les plus faciles à élaborer et donc idéales pour commencer l'apprentissage de sa matière !
Alors, comme disait souvent Armand à l'époque : Tant qu'à faire une connerie, autant l'assumer et y aller à fond ! Non, Armand n'était pas vraiment quelqu'un de subtil....
 
Ellen ne put empêcher un fin sourire d'étirer ses lèvres à la remarque de sa collègue.
 
" Au risque de paraître complètement irresponsable, je ne serais pas contre. L'amusement et source de passion et inversement, si je peux avoir au moins un ou deux élèves qui se découvrent une vocation pour ma matière, ce n'est certainement pas moi qui les briderai...
Et de toute façon ce n'est sûrement pas cette année qu'ils pourront créer un rune viable, encore moins avec la qualité d'encre que je vais leur faire utiliser...."

 
A la mention de l'attention changeante des enfants, il s'arrêta dans sa tâche et se tourna pleinement vers Azearhia, lui faisant une petite moue de dépit.

"Je m'attendais bien à être au centre de cette attention à un moment donné, je suis un de leur profs, une nouvelle tête en plus et j'ai bien conscience de ne pas être la personne la plus … avenante du monde... "

Oui, Ellen était quelqu'un d'extrêmement lucide sur son mauvais caractère et sur l'image froide qu'il renvoyait aux autres. Est-ce que cela le dérangeait ? Pas plus que ça...

" Je suis d'accord. Ça me parait parfait, on va vite en voir le bout. C'est mon premier cours avec eux, j'en étais juste à la présentation, mais ce n'est pas bête comme idée. Il faudra juste que je les ré-rédige... Si je peux me permettre on dirait que tu as l'habitude de ce genre de situation... Ça arrive tant que ça en potion ancienne ? "
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 336
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Mer 9 Mar - 18:23:44

oo00OOO00oo

Si Zaria avait su l'avis de son collègue sur le ministère, cela l'aurait assurément rendue bien plus aimable. Du moins elle aurait proposé de boire des litres de bierraubeurre et de critiquer allègrement les bureaucrates jusqu'à rouler par terre. S'ils continuaient de se côtoyer malgré ce départ pas franchement éclatant, il y avait fort à parier que ce sujet viendrait un jour ou l'autre sur le tapis. Mais ils n'en étaient pas encore là en effet.

En vérité il était fort dommage que deux esprits aussi bornés l'un que l'autre se rencontre ainsi. Car oui, si Zaria savait reconnaitre la mauvaise fois chez les autres, c'était évidement qu'elle en abusait elle-même. Et a ce jeu là, elle était une compétitrice des plus sérieuses. Rappelons que Zaria parvenait à mépriser encore son époux même après un petit écart malencontreux qui avait abouti à la plus adorable des enfants. Haut le niveau, très haut, puisque je vous le dit !

C'était d'autant plus le cas maintenant que son nouveau collègue déliait sa langue pour parler pédagogie et théorie d'enseignement. Elle le regarda, presque septique, le jaugeant du regard. Diable, cette façon de penser lui rappelait un peu quelqu'un. Ha, oui, ça lui rappelait tout le blabla qu'elle avait sorti lors de son premier repas au château, il y avait déjà quelques années.

- J'espère bien… Je suis d'accord sur le fond de l'affaire mais la direction n'est pas toujours très ouverte aux expérimentations en terme d'éducation. Tu sais… le ministère… Et ses "programmes", ses "notations"… Enfin, si tu arrives à garder la passion avec les 4eme et les 5eme, je suis prête à t'offrir une bouteille de Liqueur d'algues.

Rien de tout ça n'était passé aux oubliettes, elle y croyait encore d'ailleurs, quitte à se mettre parfois un peu l'administration à dos. Il y avait cependant une différence notable entre ses élèves et cette "charmante" bande de gosses. C'était bête à dire mais la réalité ne faisait pas vraiment rêver.

- Ah ça… je vais pas te contredire. Tu as une aura… je croie pas à la divination et ces trucs bizarres là… mais toi, nom d'une théière sans capuche, tu transpires la dépression nerveuse à plein nez.

Une chose était sure, Zaria n'était pas du genre à cacher son avis, mais puisque sur ce sujet il semblait être une peu plus ouvert à la discussion, elle s'y était engouffrée sans arrière passés. N'allez pas croire que c'était méchant, chacun avait ses défauts, le manque évident de tact de la prof de potions anciennes était loin d'être un secret.

C'était un oui pour la méthode grand ménage à la Zaza. Tant mieux, se serait beaucoup moins compliqué. Et une, et deux, elle tendait déjà la baguette vers la corbeille à papier pour la faire léviger entre la première rangée de bureaux.

- On fait comme j'ai dit. Les parchemins trop abimé vont à la poubelle. Allez, allez, on ne traine pas, ou vous allez perdre le temps sur la pause.

Menace en l'air certes mais ça avait l'air de marcher, il y avait brusquement une recrudescence d'activité dans la salle de classe. Un sort de "décrasse vite" plus tard les flaques d'encre se résorbaient d'elle-même sans faire trop de caprices à première vue. Les premier prix avaient vraiment un caractère de cochon, ça accrochait mal les sorts de nettoyages les plus simples.

- Ca arrive plus souvent que dans d'autres manières. C'est aussi pas mal de décryptages et d'expérimentations. Des fois, ça passe et des fois non. Au moins ils se rappellent bien que certaines combinaisons d'ingrédients sont à éviter.


oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Ellen Duke

avatar



▌Messages : 364
MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs… Mar 29 Mar - 21:45:25

Il était vrai que la concurrence du titre "mauvaise foi à toutes épreuves" semblait rude avec l'esticachiène dans la lisse. Mais ne perdons pas espoir pour notre quinquagénaire, ses exploits en la matière étaient certes moins ostentatoires, ils n'étaient pas moins significatifs...

Ellen avait vraiment cette envie, ce désir de transmettre sa passion pour la matière qu'il enseignait. Hors, il n'avait pas obtenu cette dernière dans une salle de classe, mais dans un vieux livre poussiéreux au possible recommandé par leur professeur pour approfondir quelques connaissances. Le chapitre qu'il était supposé étudier n'était guère passionnant, mais le futur prof de runes avait poussé le vice jusqu'à feuilleter un peu plus l'ancien grimoire et c'est là qu'il les avait vues. Des runes supérieures... Il avait passé des heures sur la même chaise, penché sur la même page, à essayer de décrypter chaque lettre, chaque courbe. Le casse tête l'avait ravi, l'enjeu intellectuel l'avait subjugué. Et c'est ainsi qu'il avait trouvé sa voie, celle dont il fera bien plus tard une spécialité , voire même une signature.

C'était cette même félicité, cette même passion qu'il voulait voir naître dans les yeux de ses élèves. Et qu'il puisse se dire, dans une pensée de pur orgueil : "cela est grâce à moi …"


" Ceci, très chère collègue, est le privilège d'enseigner une matière purement optionnelle dont tout le monde se contre-fout, même le ministère. Je suis tellement insignifiant qu'une fois validé je pourrais faire comme il me plait sans que l'on vienne me casser les pieds. Enfin du moins je l'espère fortement... Et si je suis validé... Et si ces bureaucrates bas du plafond ne décident pas de carrément supprimer ma matière. Ça me ferait mal pour le coup..."

Il avait marmonné la dernière phrase avec une grimace plus qu'explicite quand à ce qu'il pensait de la question. Tiens, se pourrait-il que le sujet du ministère arrive plus tôt que prévu sur le tapis ?...

" De la liqueur d'algue ? Diantre, il faut absolument que je remporte ce pari alors !"

La technique" rentre dedans à grand coup d'épaule" d'Azearhia semblait, contre toute attente, avoir des répercutions positives sur sa personne. Ellen s'était sensiblement détendu et s'ouvrait même un peu...
Mais cela ne dura hélas pas...

"... Tu transpires la dépression à plein nez !"


L'effet fut immédiat…
Visualiser une huître, une jolie huître toute mignonne, gentiment accrochée sur son rocher. Représentez-vous la légèrement entrouverte, pas de beaucoup, mais suffisamment pour vous laisser entrevoir ce qu'il y a à l'intérieur si vous êtes vraiment attentif. Vous la visualisez ? Bien. Maintenant, imaginez-la se refermer d'un coup sec.
Si vous faites cela, vous aurez une assez bonne image mentale du comportement d'Ellen à cet instant précis. Le visage de l'ex-auror s'était refermé dans la seconde et affichait désormais un air neutre, voire même un peu froid, alors que l'homme se murait dans le silence.
Il se doutait bien que sa collègue s'était exprimée sans arrière pensée mais le sujet était pour lui sensible, trop sensible...

Il préféra alors se concentrer sur le rangement, aidant les élèves à ramasser, lançant des sorts de nettoyage par ci, par là, au besoin. Echangeant quelques mots avec eux, apprenant même un sort de détache- tout à un petit groupe dont l'encrier s'était déversé sur les tables.
Cet exil ménagé ne dura pas longtemps, mais tout de même suffisamment pour calmer son esprit et l'empêcher de broyer du noir. C'est plus serein qu'il revint vers sa collègue. S'il pensa à s'excuser de son comportement, il n'en fit rien. De toute manière,la prof de potions ne lui en laissa pas le temps en répondant à une question qu'il avait oublié avoir posé...

"ça arrive plus souvent que dans d'autres matières. C'est aussi pas mal de décryptages et d'expérimentations. Des fois, ça passe et des fois non. Au moins ils se rappellent bien que certaines combinaisons d'ingrédients sont à éviter. "

" C'est vrai... Je me souviens encore du bulbe de fleur du démon et de la vésicule d'asticot... "


Combinaison redoutable s'il en est. Rien que d'en parler, il avait l'impression d'encore sentir cette abominable fumée jaunâtre, et dieu que cela puait !

Le temps qu'ils finissent tous de ranger et qu'Ellen leur explique qu'il distribuera des parchemins récapitulatifs et avec des références en plus pour les curieux, l'heure de cours s'était achevé et la cloche annonçant la pause tant désirée des petites têtes blondes se mit à sonner. C'est sans demander leurs restes que les enfants s'éjectèrent littéralement de la salle.

Ellen souffla doucement, épuisé par ce cours pour le moins mouvementé. C'est alors qu'un bruissement d'aile se fit entendre et que les épaules du quinquagénaire se détendirent considérablement. Dust vint se poser sur son perchoir favori et se mit à observer avec curiosité l'autre humain de la pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ils sont jetés ces profs…

Revenir en haut Aller en bas

Ils sont jetés ces profs…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium Incantatem :: HISTORY IS THE SCIENCE OF WHAT NEVER HAPPENS TWICE :: TIME-TURNER-