[FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Léonora Oliveira

avatar



▌Crédit : Dean
▌Messages : 670
▌Année : 6e année

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis Mar 27 Jan 2015, 15:10

Couloir principal menant au bureau de la professeur de potion la plus appréciée de l'école. D'ailleurs, il était même fort à parier qu'elle le fut toutes disciplines confondues… Encore que Mr Pivovarev pourrait sûrement lui faire concurrence. Enfin, là n'était pas l’intérêt immédiat de ce couloir. Non, c'était plutôt le bruit de pas appuyé et régulier qui se dirigeait à l'opposé de ce fameux bureau. Féminins, sans nul doute quand on entendait claquer le talon à travers le silence pesant des cachots. La gryffondor à qui ils appartenaient sortait justement de l'antre de Miss Edwards, avec qui elle venait d'avoir une discussion qui l'avait un peu agacée. Une fois n'est pas coutume. Pas qu'elle se soit vraiment fait remonter les bretelles comme un autre professeur aurait pu le faire. Ce n’était pas la façon de faire de la potionniste. Cependant malgré la délicatesse dont cette dernière avait fait preuve, il n'en restait pas moins que la fierté de l'anglo-portugaise en avait pris un coup.

Elle était perdue dans ses choix d'orientations, dans ses passions également et la période du mois aidant, elle n'avait pas su faire la part des choses lors de cet entretien. Cela avait concerné les cours précédents, Cecilia ayant remarqué un manque d'implication de la part de son élève habituellement appliquée depuis la rentrée des vacances de Noël. Elle avait simplement voulu savoir la cause ou la raison. Et Léonora, à fleur de peau, n'avait pas su prendre cela uniquement comme une preuve d'inquiétude de la part de sa prof préférée. L'adolescence était faite de ces moments rebelles, où la communication s'en trouvait compliquée avec les adultes. La jeune Oliveira n'y faisait pas exception.

Quoiqu'il en soit, elle arpentait donc à présent ce long couloir quand elle remarqua un autre rouge et or, bien plus âgé et renfrogné qu'elle en sens inverse. L'idée germa en un quart de seconde. Elle l'avait reconnu, savait ce qu'on disait sur lui, ce qu'il devenait depuis le début du mois… Il n'en fallait souvent pas plus pour éveiller sa curiosité à l'égard de quelqu'un, et l'expectative de se défouler un peu finit de la décider. N'étant bien sur pas d'un naturel vraiment méchant, sauf si on la cherchait avant, la gamine ne le pensait pas exactement comme cela. Elle avait juste une soudaine et irrépressible envie de titiller son aîné à présent pratiquement à portée de voix. Quelques pas encore et elle se permit de l'interpeller.

Hey Louis ! Quelle sale tête tu traînes ces derniers temps… côtoie pas trop les cachots, ça te va pas au teint… Et au caractère si on en croit les rumeurs.

La première étape était uniquement d'attirer son attention.
_________________
~

Boulot T.T
Revenir en haut Aller en bas
Louis Hawthorne

avatar



▌Pseudo : Sushi
▌Crédit : me
▌Messages : 826
▌Année : Neuvième
▌Spécialisation universitaire : Commerce

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis Mer 28 Jan 2015, 15:15

Il enfonça ses mains dans les poches de sa doudoune, pas rassuré. Le froid glacial qui régnait sur les lieux ne l’aidait pas franchement à se donner du courage pour ce qui allait suivre. La pénombre non plus. Et la manière dont ses pas résonnaient sur tous les murs à chaque fois qu’il avançait d’un centimètre ne faisait que le stresser plus encore. Le simple fait de se trouver là, d’arpenter ces cachots qu’il avait pourtant parcouru des milliers de fois lui soulevait le cœur, et il n’était pas sûr qu’il allait réussir à parvenir jusqu’au bureau de Cécilia sans vomir… Mais ce qu’il ressentait n’avait aucune espèce d’importance. Se livrer et avouer jusqu’à quel point il avait merdé était tout ce qui lui restait de dignité, alors il n’allait certainement pas se laisser se dégonfler maintenant. Il jeta un œil coupable à son sac, au fond duquel traînait son écharpe rouge et or. Il n’osait plus la mettre, ces derniers temps. C’était bête, il ne s’était de toute façon jamais vraiment considéré comme plus courageux que les élèves d’autres maisons… A vrai dire, il ne s’était jamais vraiment considéré comme aussi courageux que les autres élèves de sa maison, mais ça, c’était un autre problème. Il … Il ne voulait pas être comme ça. Il voulait pouvoir porter encore son écharpe, et retourner à sa vie. Mais plus encore, il voulait être quelqu’un de bien de nouveau.

Putain, il tremblait presque. Savoir que c’était la bonne chose à faire ne l’aidait pas tellement à mettre un pied devant l’autre. Peut-être aurait-il mieux fait d’aller voir Walter directement, finalement. Il s’était dit qu’il serait plus facile de parler à une amie en premier, pour lancer la machine disciplinaire en douceur, mais il n’en était plus totalement certain. Elle l’écouterait, c’était sûr… Elle prendrait le temps de comprendre, de mesurer ce qui lui était arrivé et de le prévenir de ce qui allait se passer maintenant… Mais … Elle allait être déçue quand même, non ? Justement parce qu’elle le connaissait si bien, elle allait être déçue. Il voyait déjà ses yeux rieurs retomber, ses sourcils se froncer lorsqu’il prononcerait sa première phrase… Il sentit sa détermination vaciller. Allez, Louis. Il avait déjà fait le plus gros du chemin, et rester planqué ne changerait rien à ce qui s’était passé. Un peu de cojones. S’il avait pu mettre son poing dans la tronche d’un joli Serdy, il pouvait bien l’utiliser pour frapper à une porte.

Oh là là, pourvu qu’il ne se fasse pas renvoyer… Il se passa les mains sur le visage. La boule dans sa gorge menaçait de l’étouffer, mais il prit le tournant tout de même. Dernière ligne droite. Il s’apprêtait à piquer un sprint pour abréger ses souffrances, mais son regard s’accrocha à quelqu’un d’autre. Rah … A cette heure-ci ? Dans les cachots ? Voilà qui n’était vraiment pas de chance. Il plissa les yeux. Une fille, mais il était trop loin pour pouvoir être plus précis. Sans doute une étudiante en potions venue accéder à un ingrédient réglementé, ou un truc du genre. Il y avait bien des gens qui n’en avaient rien à faire de sa vie, dans ce château, quand même… Il fixa un point droit devant lui. Il suffisait de la croiser, voilà tout. Continuer d’avancer, l’air de rien, et … Tsaah.

Il fit la grimace. Forcément. Ça devait être quelqu'un qu’il connaissait. Il ne put s’empêcher de ralentir le pas. Non, non, il n’avait pas le temps de taper la discute, ce n’était pas important, il suffisait de l’ignorer royalement et de continuer… Se mordant l’intérieur des joues, il dépassa sa cadette… Puis il s’arrêta carrément. Meerde. Merde, merde, merde. Et si près du but, en plus. Il eut un regard de regret à la porte du bureau. Bon. Tant qu’à faire, autant torcher ça en vitesse. Il pivota sur lui-même, visiblement pas ravi d’avoir eu à s’arrêter dans son élan, puis considéra un instant la jeune fille avant de lui répondre.

- Je suis sûr que t’as mieux à faire que d’écouter les rumeurs qui courent sur mon pauvre derrière, Léo… Je cherche Cé… Miss Edwards, elle est dans son bureau ?

Revenir en haut Aller en bas
Léonora Oliveira

avatar



▌Crédit : Dean
▌Messages : 670
▌Année : 6e année

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis Lun 09 Fév 2015, 14:59

Léonora ne put voir la grimace du Grognon dos à elle. Mais quand il lui fit l'honneur de se retourner pour la rabrouer, elle ne put pas non plus ignorer sa sale tête. Elle avait touché dans le mille, vu l'agacement qui se lisait sans mal dans ses yeux. Et ça la galvanisa d'autant plus. Petite chipie que l'appel du danger enthousiasmait. Le courage gryffondorien dans ses mains devenait une témérité proche du suicidaire suivant à qui elle se frottait. Cependant, Hawthorne même dans ses jours les plus dark n'atteignait pas la cheville d'un Hanguck un peu bouillant. Quoiqu'il puisse tenter de faire pour paraître méchant. Enfin, ça c'était son point de vue. Certes, peut-être un peu faussé.

Elle est dans son bureau mais elle doit être mal luné… grommela avec mauvaise foi la brunette en répondant à l'interrogation de Louis, encore vexée de son entrevue avec Miss Edwards et espérant aussi un peu le dissuader de mettre si vite fin à leur petite discussion. Si on pouvait appeler leur échange de la sorte. Cependant, la sixième année n'en resta pas là, c'était bien mal la connaître. Elle ne put s'empêcher de rajouter, pour continuer ses taquineries de gamine : Mais c'est vrai, c'est pas mes oignons ce que tu fais ton derrière. Il paraît que maintenant c'est l'affaire de Lloyd… Isobel Lloyd… continua-t-elle, accentuant le nom de la jeune fille, marquant volontairement un temps d'arrêt de deux secondes avant de préciser de qui elle parlait. Pourquoi ? Parce que c'était le même que le prénom du garçon qui avait eu le culot d'embrasser Louis. A la fête de Jeremiah. Elle était présente, et avait fait le lien à la rentrée… fallait pas être sorcier, juste avoir de la jugeote et des oreilles un peu baladeuses. Elle l'avait donc fait juste dans l'espoir de voir le visage de son aîné se décomposer, lui donnant la preuve de sa suspicion, et l'avait observé attentivement pour cela.

Une serpentarde bas de gamme si tu veux mon avis, a peine plus civilisée qu'un orang-outan aussi flamboyant que sa tignasse. Si je peux te donner un conseil, t'aurai pu trouver bien mieux dans le château ! finit-elle, rajoutant une bonne couche là où il n'y en avait peut-être pas tellement besoin. Et son visage s'éclairait peu à peu de cette satisfaction malsaine de titiller ses comparses.
_________________
~

Boulot T.T
Revenir en haut Aller en bas
Louis Hawthorne

avatar



▌Pseudo : Sushi
▌Crédit : me
▌Messages : 826
▌Année : Neuvième
▌Spécialisation universitaire : Commerce

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis Jeu 12 Fév 2015, 16:28

Louis se balança fébrilement d’avant en arrière, hésitant un peu sur la conduite à adopter. Cécilia était là, à quelques mètres, il en avait eu la confirmation. Confirmation relevée d’un brin d’amertume dont il ne comprit pas la raison, mais confirmation tout de même. Techniquement, il n’avait donc plus vraiment d’excuse pour s’attarder ici… Mais s’arrêter n’avait fait que rendre les derniers mètres plus durs à envisager encore, et quelque chose l’empêchait de repartir tout de suite. Un vestige de politesse, peut-être, même si Léonora n’avait pas franchement l’air d’humeur à prendre des gants. Fallait croire que c’était devenu un réflexe, à force de socialiser avec tout le monde… Toujours était-il qu’il ne pouvait pas se contenter de se barrer alors qu’elle était en train de lui parler, même si ses yeux était toujours fixés sur la porte du bureau et qu’il ne prêtait à ses babillages qu’une oreille distraite. Oui, oui, son derrière, apparemment l’image lui avait bien plu… Il avait des choses plus importantes à faire que de l’entendre lui répéter les derniers ragots, il était déjà au courant, merci …

Cependant il ne fallut qu’un mot à la jeune fille pour récupérer l’attention de Louis. Lloyd. Il tourna la tête si brutalement qu’il s’en fit presque mal à la nuque, et resta interdit. Quoi, Lloyd ? Quel rapport ? Abasourdi, il ne nota même pas la tournure légèrement louche que pouvait prendre le sous-entendu. La seule chose à laquelle il pensa, pendant deux secondes de silence aussi longues qu’un cours d’éco, ce fut que les rumeurs avaient rattrapé la vérité et l’avaient dépassée. Qu’elles le mettent avec un garçon qu’il ne pouvait présentement pas piffer en peinture n’avait aucune importance. Si elles le mettaient avec un garçon, tout court, tout était fini. C’était une chose que de l’avouer à Maggy, c’était une chose que d’oser penser le mot, mais jamais il n’avait eu l’intention d’en faire une annonce publique. Il était trop tôt pour seulement oser l’envisager, et être mis face à cette situation lui tordit l’estomac. L’idée de répondre lui effleura l’esprit, mais il n’osa pas même réagir. S’il bougeait le mauvais sourcil au mauvais moment, ça ne ferait qu’alimenter ce bruit-là.

Puis vint la suite, et il eut envie de se mettre des baffes. Putain, bien sûr. Comment avait-il fait pour tomber exactement dans le même quiproquo que celui qui lui avait sauvé la mise, au juste ? Non mais bravo, là, il était difficile de faire plus débilos. Et il était prêt à parier que Léo l’avait fait exprès. Il le sentait, il le voyait au petit sourire satisfait qu’elle tentait de retenir. Il était con, aussi… Il ne s’était pas méfié, il s’angoissait sur autre chose, résultat il s’était fait griller comme un bleu. Restait à voir quelles conclusions elle allait tirer du coup de stress qu’elle avait provoqué chez lui… Mais elle n’aborderait pas le sujet de front, pas si elle pouvait garder la carte en main. Il se redressa, gagnant quelques centimètres, et lui lança un regard circonspect. D’une manière ou d’un ou d’une autre, il allait falloir qu’il sache à quoi s’en tenir avant de pouvoir passer à autre chose. Et cela l’exaspérait profondément de le dire, mais Cécilia allait devoir attendre. En espérant que le courage d’avouer ne lui passe pas sous le nez…

Il sortit les mains de ses poches pour tripoter pensivement ses bracelets tandis que sa camarade de maison cassait du sucre sur le dos d’Isobel, et ne put s’empêcher un vague sourire au portrait peu flatteur qu’elle en tirait. Ouais, il n’était pas franchement fan non plus. Mais pourquoi s’étaler sur Isobel s’ils savaient tous les deux que le nœud du problème était un autre Lloyd ? C’était bien mignon, les conversations subtiles tout en sous-entendus, mais il comprenait de moins en moins ce qu’elle cherchait à faire, là. Oh, ce n’était pas la première fois qu’elle venait l’asticoter, mais aujourd’hui les enjeux étaient bien plus énormes que sa vie amoureuse ou ses bêtises de couloir, et il était convaincu qu’elle l’avait saisi. Peut-être même était-ce précisément pour ça que le cas l’intéressait. Cette fichue curiosité.

Il haussa les sourcils à la fin de sa phrase. Est-ce qu’elle faisait référence à Lloyd, ou …

- Ça veut dire quoi, ça ? T’es jalouse ?

Voilà qui n’était pas très classe. Cela faisait quelques temps déjà qu’il soupçonnait Léonora d’avoir un petit béguin pour lui, mais jamais il n’aurait pensé l’évoquer à voix haute. Elle était trop jeune, pas vraiment son style, inutile de remuer le couteau dans la plaie en laissant échapper qu’il était au courant… Comme il venait de le faire. En ce moment, il était trop sur les nerfs pour réfléchir à ce qu’il disait. Et elle ne se rendait pas compte de ce avec quoi elle jouait, aussi ! C’était sa vie, tout ça ! Ses amis, ses problèmes, ses angoisses, à lui ! … N’empêche qu’elle méritait mieux. Elle ne faisait sûrement pas ça par méchanceté, c’était juste une gamine curieuse. Il se mordit la lèvre, évitant de la regarder. Pourvu qu’il ait eu tort. Pourvu que cette impression ne soit que l’effet de son ego, et que l’insinuation tombe à l’eau.

Justement au moment où il pensait qu’il allait mieux, que les choses allaient changer, et qu'il allait arrêter de faire du mal aux autres. Il ne savait pas s’il y avait une planète ou un dieu en charge de son destin, mais décidément, il maîtrisait l’ironie, ces jours-ci.


Revenir en haut Aller en bas
Léonora Oliveira

avatar



▌Crédit : Dean
▌Messages : 670
▌Année : 6e année

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis Jeu 19 Fév 2015, 13:47

La réaction du gryffondor pris en flag était bien au delà de ses espérances les plus optimistes. Le coup de tête, les yeux exorbités et le visage pâle ne purent mentir. Elle avait vu juste, et quand elle avait repris le cours de sa phrase, le soulagement mêlé d’exaspération de surement avoir compris qu’il s’était fait avoir avait fini de la convaincre. Voilà le beau scoop, tel qu’elle les aimait. Avant même qu’ils aient été avoués à voix haute. Cette jubilation de se sentir puissant, parce qu’on sait ce que les autres ne savent pas encore. Son sourire retenu n’en cachait finalement pas grand chose, elle était fière de son entourloupe, et ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Ce sentiment pouvait parfois la pousser à aller légèrement trop loin.

Cela dit, elle n’aurait pu nier que médire sur la serpentarde mêlée au quiproquo n’était pas tout aussi jouissif. Peut-être légèrement moins, mais c’était vraiment infime. Pour une fois qu’on lui en donnait l’occasion sur un plateau doré. Elle put noter le détachement du gryffondor alors qu’elle parlait, nouvelle preuve s’il en fallu d’autre que le messire n’était pas si attaché que cela à la rouquine hytérique.

Neanmoins, elle dut reconnaitre qu’il tentait de faire face avec l’aplomb d’un gryffondor. C’était tout à son honneur. La supposition la stoppa un instant pour l’observer et determiner s’il était sérieux en disant ça. Ce qui avait l’air d’être le cas, aussi surprenant que ça puisse être. Elle ne put s’empêcher d’échapper un éclat de rire qui résonna un peu dans le couloir vite. Bien sur, ce n’était pas un fou rire, mais le fait qu’il puisse l’imaginer amoureuse de lui c’était quand même drôle. Certes, elle était assez collante quand une personne l’interessait, mais c’était rarement de cette manière là. A dix milles lieues de penser à l’amour, la jeune fille était encore une gamine immature de ce coté là. Cela ne lui avait même pas effleuré l’esprit pour tout dire !

Jalouse d’elle ? Euh non, je crois pas non… Limite je suis même ravie qu’elle soit le dindon de la farce. Tu es très sympa Louis… en temps normal du moins, mais t’es pas mon type vois-tu ? Puis entre nous, il semblerai que je ne sois pas non plus le tien…

Encore et toujours des sous-entendus, sur ce petit ton à la limite de la mesquinerie. Elle aimait vraiment voir l’impact que pouvait avoir des phrases au sens caché quand un esprit s’en mêlait et l’interprétait mal. Et là, avec Louis ça semblait d'autant plus marcher ce soir. Oh, elle n'avait aucun plan pré-établi, ni aucune raison de le faire chanter ou ce genre de piège. Non, c'était simplement pour le plaisir de le taquiner et d'être au courant de l'affaire. Cela suffisait amplement à son bonheur !
_________________
~

Boulot T.T
Revenir en haut Aller en bas
Louis Hawthorne

avatar



▌Pseudo : Sushi
▌Crédit : me
▌Messages : 826
▌Année : Neuvième
▌Spécialisation universitaire : Commerce

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis Jeu 12 Mar 2015, 00:04

… C’était peut-être un petit peu trop, là, non ? Il pouvait concevoir qu’il s’était trompé sur toute la ligne, et que la pique manque sa cible d’un bon kilomètre, mais avait-elle vraiment besoin de rire aussi fort, ça, il n’en était pas certain. Le son résonna un instant contre les parois de pierre, comme s’il le narguait, et il ne put s’empêcher d’esquisser une grimace renfrognée. Il aurait dû se sentir soulagé, pourtant. Il aurait dû apprécier le décalage et sauter sur l’occasion de se moquer de son propre ego, mais il ne réussit qu’à se sentir profondément vexé. Quoi, c’était si absurde que ça, comme idée, que quelqu’un craque sur lui ? Elle lui avait souvent traîné dans les pattes, elle riait très fort à ses blagues, il avait vraiment cru … Et puis non. Peut-être que c’était bel et bien ridicule, après tout. Dans l’état où il était, il aurait cru n’importe quoi pour se sentir moins seul. … Autant dire que c’était raté. Un mur tomba entre Léonora et lui. Non, il n’y avait aucune jalousie là-dessous. Aucune inquiétude, aucun dépit. Tout ça, purement gratuit. Les questions, le fait d’appuyer là où ça faisait mal, de le titiller pour le faire réagir… Tout ça, purement par curiosité malsaine, par désir d’asticoter un homme à terre. Il sentit la colère monter au fond de son estomac, et rentra ses mains dans ses poches pour les crisper sur le molleton de sa doudoune.

Allez, Louis… Ce n’était pas en se laissant emporter qu’il allait régler la situation. Surtout qu’elle parlait, parlait encore, et qu’il sentait bien que son petit discours narquois n’allait pas vraiment l’aider à se calmer. Il hocha impatiemment la tête, les yeux levés vers le plafond, tandis qu’elle lui expliquait avec un plaisir non dissimulé qu’il n’était pas son genre, qu’il s’était fourré le doigt dans l’œil jusqu’à l’oreille, et qu’il était décidément un pauvre type berné d’illusions. Il avait compris, merci. Putain. Ce n’était pas comme ça qu’il allait reprendre la main, ou la convaincre qu’il s’en foutait de ces histoires. Il fallait qu’il se reprenne… Il fallait qu’il réfléchisse. Il aurait fallu qu’il cesse de l’écouter, aussi, car le dernier sous-entendu qu’elle lui balança dans les dents lui fit d’effet d’une gifle. Léo ! Il la fixa un instant, estomaqué, tremblant presque. Non mais qu’est-ce qu’elle voulait, à la fin ? Qu’il la frappe ? Qu’il fonde en larmes ? Il ne savait pas comment réagir lui-même. Il ne savait pas gérer la colère. Cette fois-ci, il ne pouvait pas se contenter de l’ignorer. Il ne pouvait pas bouder en engloutissant des biscuits, pas aller se coucher d’un pas lourd, pas prétendre qu’elle se trompait. Il n’avait pas d’autre choix que de faire face et d’admettre qu’il était furieux. Le seul problème, c’était qu’il n’avait aucune idée du pourquoi. C’était loin d’être la première fois qu’on venait le provoquer, pourtant. Qu’est-ce qui rendait cet échange si important ? Qu’est-ce qui l’empêchait d’en rire, soudainement ? La force du sentiment lui faisait peur lui-même. Il aveuglait tout sur son passage, remontait dans tout son corps. Ce n’était pourtant que Léo. Ce n’était que des taquineries immatures et des petites remarques mesquines… Ce n’était …

… Ce n’était pas contre elle qu’il était furieux, réalisa-t-il. Oh, elle faisait chier. A mort. Elle abusait, elle lui devrait des excuses plus tard, et elle en réentendrait parler. Mais ce n’était pas de sa faute s’il était bisexuel. Ce n’était pas de sa faute s’il était terrifié. Il baissa la tête. La prise de conscience le détendit un peu. Non, il ne lui ferait pas de mal. Il pouvait relâcher ses mains, maintenant. Il releva sur elle un regard radouci, retrouvant enfin la force de voir les choses à travers ses yeux. Ça y était. Ça y était, il comprenait enfin. Il n’était pas important. Ce qu’elle cherchait, c’était le danger. Le défi. Le frisson de se mesurer à quelqu’un de plus vieux et de plus grand. Autant dire que ses piètres tentatives de contre-attaque n’avaient fait qu’envenimer la situation… Il se sentit sourire. Depuis le coup de poing, il n’avait fait qu’enchaîner les contresens. Ce n’était pas comme ça que Louis Hawthorne se sortait de ses problèmes. La peur avait tout brouillé, mais il se souvenait, maintenant.

- … T’as fini ?

Il n’avait plus l’ombre d’un doute. Pour tout dire, il avait même envie de rire. Toutes ces heures perdues à se demander qui il était, comment se comporter, où retrouver la bienveillance qui lui manquait tellement, alors qu’il suffisait de cesser de lutter. Oh, il avait peur. Peut-être aurait-il toujours peur. Mais pas de Léo, pas de Lloyd et certainement pas des petits deuxièmes et troisièmes sur lesquels il avait injustement gueulé. Personne n’était dans sa tête. Le mot en B n’était jamais que le titre de l’une des angoisses qui l’étreignaient déjà quand il se retrouvait tout seul. Personne ne pouvait rien prouver, alors pourquoi sursauter à chaque fois que quelqu’un mentionnait le sujet ? Plus il paniquait et plus il leur donnait des raisons de creuser la question. Alors il rendit les armes. Elle voulait une belle victoire sur un plateau, il allait la lui donner. Il n’était pas là pour gagner.

- Hé bah, ça te travaille, ce que je fais quand je suis torché, dis donc ! Enfin, bravo, t’as visé juste. Lloyd m’a embrassé, c’était pas trop mal pour un mec, puis ma conquête du soir m’a fait une crise de jalousie en emmêlant les noms, et maintenant tout le monde s’excite la nouille là-dessus plutôt que de se poser des vraies questions…

Il eut un haussement d’épaule excédé, évitant soigneusement d’observer sa réaction. Il n’avait même pas eu besoin de mentir. Ou pas vraiment. Il lui avait suffi d’appuyer sur ce qu’elle suspectait déjà, de laisser une ouverture pour tout ce qu’elle ne savait pas, et il était couvert. Elle douterait peut-être, mais quelle importance ? Il avait avoué. Capitulé. Et par là même enlevé tout son intérêt à son petit jeu. … Certes, il avait dû pour cela sacrifier Isobel, la seule protection qui empêchait les rumeurs de se rapprocher trop de Lloyd… Mais Léo avait elle-même expliqué qu’elle était ravie d’entendre son nom dans les bruits de couloirs assassins, aussi y avait-il peu de chances que la brunette se donne la peine de dénouer la confusion.

Non, décidément, Loulou était content de lui. Il avait l’impression de revenir à lui-même, et l’agression n’était définitivement pas son truc. Il n’en avait pas besoin. Il n’avait pas besoin de faire du mal à qui que ce soit pour se défendre. Pour un peu, il en aurait chialé. Ou crié. Ou dansé, enfin un truc quoi. Il se sentait invincible. Il se sentait mieux, plutôt, mais ça suffisait amplement. Bientôt, il pourrait même remettre son écharpe, pourquoi pas… Il y avait un certain courage dans la non-violence, dans la maîtrise de sa colère, dans le fait de faire ce qui était juste quand c’était le plus dur. Il caressa la lanière de son sac du bout des doigts. Allez, pour passer devant Moustache, il se la mettrait autour du cou.

- Euh, par contre, il faut vraiment que je chope Miss Edwards avant qu’elle descende manger, alors …



Revenir en haut Aller en bas
Léonora Oliveira

avatar



▌Crédit : Dean
▌Messages : 670
▌Année : 6e année

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis Mer 18 Mar 2015, 14:50

Louis sembla hésiter un instant sur l'attitude à adopter à sa dernière phrase. La sixième année souriait de toutes ses dents, comme pour le narguer. Le silence s'installa quelques secondes entre eux. Vu le regard absent qu'il arborait, ça cogitait dur là dedans ! Et d'un coup la lumière se fit. Elle qui le fixait avec attention pu voir nettement son viage changer, s'étonner, se baisser, se relever, se détendre. Intéressant comme une réflexion intérieure pouvait baisser la garde et laisser le corps tout dévoiler par de petits détails. Bref, la joute était finie, elle le sentit au sourire qu'il arbora enfin.

- … T’as fini ?
- Ah ça... Tout dépendra de toi... répondit-elle, énigmatique.

Dire qu'elle avait consciemment cherché le gryffondor pour lui faire réaliser qu'il était un peu ridicule de se prendre autant la tête aurait été tiré par les cheveux. Non, à seize ans, elle n'avait pas ce recul là sur la vie. Cependant, elle était tout de même sensible à son environnement et remarqua que quelque chose avait changé chez Louis. Elle ne savait pas quoi, mais ça semblait l'avoir libéré d'un poids. Il semblait soudain moins morne. Si elle avait pu lui être d'une quelconque aide, ça suffirait à son bonheur. Parce que même si elle l'avait fait avec aucune arrière-pensée, elle préférait nettement un Louis bien dans ses baskets que la parodie d'ours mal léché qu'ils avaient depuis la rentrée.

Même si elle devait aussi le reconnaitre, les aveux de son camarade de maison cassait un peu le plaisir du jeu. Elle haussa négligemment les épaules quand il affirma que ça devait la travailler. Pas tant que ça non. A vrai dire, elle n'avait fait que profiter de le croiser en face à face et seuls pour jouer. Mais elle ne passait pas ses journées à chercher ce que pouvait bien faire Louis de ses soirées torchées comme il le disait. Autant le comprendre, titiller pour savoir, c'était drôle. Autant après ça, ça perdait clairement de son charme. Entendre le neuvième année dire que Lloyd était même 'pas mal' la mis mal à l'aise. Pas qu'elle était coincée ou intolérante... juste que c'était... pas commun de l'entendre de la bouche de quelqu'un qu'on connaissait. Enfin quoiqu'il en soit, elle était plutôt contente qu'il assume.

- Euh, par contre, il faut vraiment que je chope Miss Edwards avant qu’elle descende manger, alors …
- Oui, bonne soirée. Ravie de te revoir parmi-nous Louis, rajouta-t-elle avec un sourire mutin. Oui, il était clair que le Louis 'd'avant' était réapparu, ou peu s'en fallait. Puis elle tourna les talons non sans lancer un dernier : n'hésites pas à me demander la prochaine fois que t'as besoin d'une séance de psychomage de choc ! Oui, c'était le hasard que cela ai eu cet effet, mais elle pouvait bien s'en vanter quand même oh ! Elle était déjà dos à lui et avait levé la main pour lui faire un petit signe d'au revoir, juste pour montrer qu'il n'y avait aucune rancune, du moins de son coté. Ça avait été amusant.

HJ:
 

_________________
~

Boulot T.T
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis

Revenir en haut Aller en bas

[FINI] Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir... ~ Louis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium Incantatem :: THE CASTLE; STUDENTS' PLAYGROUND :: DUNGEONS-