Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Dim 31 Aoû 2014, 23:00

oo00OOO00oo

On était en fin de semaine, le nuit tombait doucement sur le château et Zaria venait de finir le dernier cours de la journée avec ses grands, les optionnels de 10 éme année. Ils étaient peu, sept pour tout dire mais Zaria appréciait beaucoup le temps passé avec ces quelques curieux qui savaient s'intéresser à sa matière. Il était tout à fait gratifiant pour un professeur de sentir l'intérêt que les étudiants portaient à votre enseignement mais partager avec eux sa passion était ce qu'elle préférait dans son métier.

Zaria fit le tour de sa salle de classe veillant à ce que les feux soient éteints et qu'aucun étudiants n'ait oublié d'affaire. Tout était en ordre à première vu. La semaine prochaine était un peu spéciale et son cours n'était pas encore prés. Près de son bureau, à coté d'une haute et large armoire vitrée dont les étagères croulaient sous des fioles et des bocaux de toutes tailles, formes ou couleurs, se trouvait un petit guéridon en bois ouvragé occupé par un coffret de cuivre et surplombé d'une pancarte fléché annonçant " Coffre à suggestions ". Il était temps de regarder ce que le peuple avait choisi ce mois-ci. En quelques enjambés la jeune femme traversa la classe, grimpa sur la petite estrade et se planta devant le guéridon, un petit sourire aux lèvres.

Zaria souleva lentement le couvercle d'un seul doigt, ferma les yeux avant de plonger la main dans la marre de papier qui attendait patiemment. La sorcière n'eut pas vraiment à faire de choix elle-même, un bout de parchemin s'enroula presque immédiatement autour de son annulaire l'enserrant vaillamment comme si sa vie en dépendait. Une vie de parchemin, cela dit, ça ne devait pas être vraiment passionnant. Zaria retira sa main du coffret et ce dernier se referma de lui même dans une petit grincement aiguë alors que sa propriétaire tournait les talons. La sorcière se laissant tomber sur son tabouret, un peu bancal et dont le rembourrage était dans un état déplorable, tout en asseyant de faire lâcher prise au bout de parchemin. C'est qu'il était coriace.

- Tu vas me lâcher oui, s'exclama t-elle brusquement. Tu vois pas que je t'ai choisi sombre boulue !

Et le parchemin tomba raide sur le bureau, électrisé par les mots qui lui était adressés. Le professeur se pencha avec méfiance au dessus pour lire ce qui y était inscrit avec une certaine appréhension, pour avoir recourt à un tel sortilège, pas sur le demande soit plus brillante. Mouais…. une potion de ratatinage… ce n'était pas bien fameux. Il lui restait deux jours pour faire de ce sujet parfaitement inintéressant un cours potentiellement utile. Le plus beau dans tout cette histoire c'était que la requête était signé. En voila une qui voulait tester son professionnalisme jusqu'au bout. La sorcière pianota sur le bureau, les yeux et les pensés perdus dans le vague. Une à une autour d'elle les chandelles s'allumaient une à une.

- Tu vas voir ce que tu vas voir !

Après un silence que plusieurs minutes, il semblait qu'une révélation clignotait à grand renfort de néons dans son cerveau. Avant de mettre en place son tout nouveau projet de travaux pratiques il lui fallait faire des tests, tout un tas de tests. Se serait assurément un cours des plus instructifs pour ses chères têtes blondes pleine d'air, ils risquaient bien de s'arracher des touffes de cheveux. Zaria n'était pas sadique mais elle à chercher mémère il était justifié d'en assumer les conséquences. Satisfaite de sa trouvaille elle pouvait se laisser à savourer le début d'un week end qui s'avérait déjà chargée.

Elle farfouilla longuement dans la poche de sa jupe pour en sortir une minuscule pipe en ivoire et un petit sac d'herbes séchés qui aurait presque pu ressembler à du thé n'eut était son odeur tout à fait singulière. La sorcière fourra la pipe avec ce mélange, un petit pot pourris parfumé qu'elle préparait elle-même, avant de l'allumer d'une flamme apparue par enchantement à l'extrémité de son index. Elle secoua la main et tira une première bouffé.

En parlant de plantes d'ailleurs se dit-elle en se relavant, il fallait peut-être qu'elle vérifie l'état de la réserve avant de se lancer dans quoique ce soit. Entre les liqueurs, les parfums et les somnifères la consommations d'ingrédients avait pris de l'ampleur durant les dernières semaines. Zaria se faufila dans la pièce attenante à sa classe où elle disparut durant un bon quart d'heure. Seul le bruit et les épaisses volutes de fumés qui s'échappaient par la porte entrouverte attestaient le présence consciente du professeur. Quand elle ressorti après avoir fouillé chaque étagère et chaque recoin sombre il lui semblait évident qu'elle avait besoin de renflouer les placards, et d'urgence. La solution ? La prof de botanique, pardi ! Zaria jeta un oeil vers une des fenêtres, heureusement il faisait déjà sombre.

Elle pouvait toujours tenter d'aller aux serres directement pour voir si sa collègue était là. Dans un élans de politesse qui ne lui ressemblait pas vraiment la sorcière décréta cependant qu'il était tout de même mieux de prévenir avant d'agir. On ne savait jamais, si Edina prenait mal de le fait de devoir faire des heures sup à l'improviste et qu'elle lui fermait la porte au nez, se serait plutôt ennuyeux. Zaria s'empara du bout de parchemin qui trainait encore sur sa table, elle raya la mention ratatinage et inscrivit son propre message à la place.

" Edina,

J'aurai besoin de pas mal d'ingrédients pour préparer mes cours de la semaine pro et la réserve est presque vide. Tu es libre pour qu'on en discute ? Je suis dans ma salle de classe si tu veux passer avant ou après le repas.

Zaria "


La sorcière plia la note succincte en forme d'avion puis sa baguette glissa de sa manche dans sa paume et elle tapota trois fois le nez de l'avion en baragouinant. Elle ouvrit ensuite la porte et la missive prit son envol à travers le couloir. On pouvez presque l'entendre chuchoter Edina Corvo en boucle. Les notes ensorcelées c'était tout de même plus propre et plus pratique qu'un hiboux pour rendre ce genre de petits services.

oo00OOO00oo


Dernière édition par Azearhia R. Fritshwörth le Sam 06 Juin 2015, 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edina Corvo

avatar



▌Pseudo : Edina Corvo
▌Messages : 111

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Lun 01 Sep 2014, 19:05

Non mais ce n'est pas la peine de te recroqueviller toi, tu n’échapperas pas à la coupe ! C'est pour ton bien ma chérie !

J'attrapais comme je pu la plante par une liane qu'elle avait malencontreusement laissé traîner et la tira d'un coup sec afin d'atteindre la fameuse feuille d'où commençait à suinter quelques inquiétants œufs d'insectes. Une fois débarrassée de ce nid à gangrène, tu iras mieux, promis ma princesse.

La tige se tordit un instant sous la douleur mais d'un coup de baguette, je fis sortir une gerbe lumineuse verte qui la fit cicatriser en un instant. Voilà ma belle, tu n'es pas mieux comme ça ?

Oui, je parles intérieurement à mes plantes. Déjà parce que dans ce château, j'ai toujours l'impression de me faire épier, et d'autre part parce que quand on me surprend en train d'effectivement parler à haute voix à mes chéries vertes, on me traite d'étrange ou de bizarre et j'ai vraiment du mal avec les compliments.

Je restais un instant auprès de ma pauvre petite fraichement amputée et regardais la feuille infestée d'insectes avec un air embêter. Bon, si maintenant même la faune se mettait à désherber ma serre, on a pas fini. Il fallait que je trouve un moyen de faire muter cette plante pour qu'elle génère de l'insecticide...

Un petit bruissement d'air me fit automatiquement sortir de mes pensées, un avion en papier venait de faire irruption dans ma serre et se posa docilement sur mon bureau. Bon, ma chérie, repose toi à présent, nous verrons cette histoire de vilains insectes plus tard. Je restais un instant à toiser le papier, me demandant bien qui pouvait me contacter ainsi. Bon, ce n'est qu'en le lisant que je saurais.

Je me dirigeais vers le bureau et dépliais le papier à l'aide de ma baguette. Je m'en servais trop, je sais.
Citation :

"Potion de Ratatinage

Edina,

J'aurai besoin de pas mal d'ingrédients pour préparer mes cours de la semaine pro et la réserve est presque vide. Tu es libre pour qu'on en discute ? Je suis dans ma salle de classe si tu veux passer avant ou après le repas.

Zaria "

Zaria ? Tiens ... la professeur de potions anciennes et élixirs oubliés. C'est vrai que nous n'avons pas souvent eu l'occasion de discuter beaucoup ni longuement. Je sais juste qu'elle a la réputation d'entasser pas mal d'anciennes choses et aussi que nous avons été prise l'une pour l'autre à quelques reprises au début. Passer un moment avec elle, voilà qui sera fort plaisant !

Je me dirigeais vers la fenêtre et vit qu'effectivement il y avait de la lumière dans sa salle. Un regard derrière moi pour m'assurer qu'aucune de mes chéries n'avait besoin de mon aide pour l'heure et j'entrepris de partir. Dans mes bras, j'embarquais mon gros livre où toutes mes plantes étaient répertoriées avec les commandes en cours avec une grande plume noire et me voilà partie.

Tout en déambulant dans les couloirs, chaque flamme de chaque bougeoir semblait diminuer singulièrement d'intensité à mesure que je m'approchais et retrouvait un éclat normal après mon passage. Je caressais avec satisfaction mon nouveau pendentif, son sortilège faisait effectivement des miracles et préservait mes yeux efficacement.

Dans les couloirs, je croisais quelques rares élèves qui me saluaient et que je saluait en retour. Je n'avais pas le temps d'engager la conversation, une commande m'attendait.

L'aile des sciences et médecines ! Ce que j'aimais cet endroit, si je n'avais pas eu mon poste de Botaniste, nul doute que j'aurais essayer de venir travailler ici même. Mon sourire s’agrandit à mesure que j'approchais de la salle de ma consœur.

Ma main lâcha un instant le lourd livre de compte afin de frapper sur la porte de la fameuse professeur dont-on-ne-sait-prononcer-le-nom, et j'attendis sur le seuil, éternel sourire serein en place.





Dernière édition par Edina Corvo le Jeu 02 Oct 2014, 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Ven 05 Sep 2014, 08:27

oo00OOO00oo

Zaria ne craignait pas de passer pour une folle dingue. Oui, elle parlait aux animaux, aux objets, alors pourquoi pas des plantes ou des gens qui n'étaient pas là ? Ca défoulait à défaut d'avoir une véritable utilité. Peut-être que c'était là aussi un de ses plus gros défauts, on pouvait bien penser et murmurer dans son dos cela ne la touchait jamais bien longtemps. Il lui arrivait donc de faire des choses stupides et de se rendre compte de sa bêtise un peu trop tard.

La salle de potions anciennes et élixirs oubliés n'étaient pas très grande, elle ressemblait vaguement à un carré, les murs n'étaient pas vraiment en équerre. La journée, trois hautes et étroites fenêtres éclairaient trois rangées d'établies disposés en-arc de-cercle, coté jardin. Sur une petite estrade le bureau du professeur faisait face à ceux de ses élèves. Au fond de la classe deux gigantesques armoires massives contenaient une ribambelle d'ustensiles de tout âge indispensable à l'élaboration des potions. Bien que le bâtiment fut récent, le mobilier et la décoration étaient loin d'y faire écho.

Zaria ne pouvait se sentir parfaitement à l'aise dans un endroit trop neuf. Sous son bureau un large tapis usé par les années éternuait de temps à autres à cause de la poussière. Plusieurs chandeliers sur pieds étaient recouvert d'une épaisse couche de cire fondu multicolore qui se frayait une chemin jusqu'au paquet. Dans un coin, une vitrine faisait étalage d'antiques outils bizarroïdes et de parchemins jaunies. Il n'y avait cependant pas de bibliothèque mais un vieux secrétaire et tout les coins disponibles étaient consacrés à un stock impressionnant de carnets de notes personnels. Elle laissait parfois ses élèves en emprunter un ou deux, même si elle privilégiait la mémoire, l'expérimentation, une plume et un parchemin.

Il y avait un autre point important dans cette salle et qui ne manquait jamais de surprendre et d'intriguer les visiteurs. Pas un seul cm carré des murs n'était libre; des photographies, des portraits et des paysages typiquement Hejtishakien les colonisaient sans gêne. Lorsqu'elle tout était calme et que les barbus dormaient sagement dans leurs cadres respectifs on pouvait entendre la mer déferler sur les plages de galets noirs. A d'autres heures on pouvait entendre rire, voir le vieux St Perlinpinpin courir après le même mouton noir depuis des siècles et l'ancêtre Frishtwörth jeter des crabes sur les passants. L'amicale des pêcheurs ne sachant pas pêcher chantait des chansons grivoises en buvant de la liqueur d'écorce. Tout un condensé du petit fou fou fou de l'île en sommes.

Si tôt son massage envoyé Zaria s'était préparé un thé. Elle avait sotie son plus petit chaudron d'un tiroir verrouillé de l'armoise de droite et avait allumé la flamme du bruleur, toujours à l'aide de son majeur. Encore plus rapide que de sortir sa baguette, c'était un des trucs que sa grand mère lui avait appris très jeune, même si on avait longtemps fait croire à des manifestations magiques incontrôlables pour ne pas attirer l'attention de ce crétin de ministère. Hejtishak serait libéré du joug de l'oppresseur un jour et tout ses enfants pourraient enfin faire comme bon leurs semblait sans qu'on vienne les enquiquiner avec des histoires de moldus. Sur l'île des Moldus, il n'y en avait pas de toute façon ! Quand l'eau fut à ébullition, la jeune femme fit apparaître deux tasses et une théière biscornu qui gigotait sur les trois petits pieds de porcelaine et se mit à siffler un mélodie de Celestina Moldubec quand la sorcière y versa le liquide brulant.

- Tait toi ! Tu saccages toute la chanson. Comment une théière peut-elle siffler aussi mal ?

Zaria ne savait pas encore si Edina se déciderait à venir, mais elle comptait sur son professionnalisme et un peu de solidarité féminine qui n'avait rien à faire là. Dans le bénéfice du doute elle avait installé le fauteuil élimé qui trainait habituellement dans la réserve à coté du bureau. Il était peut-être moche mais il était très confortable et c'était le plus important. Ce serait mieux si la botaniste voulez prendre un tasse de thé avec elle et même une lichette de d'infusion de camomille avec si elle lui souhaitait. Pas celle qui faisait dormir, une autre, un peu plus corsé, évidement.

A peine allait-elle se rassoir qu'on toqua à la porte. Elle avait fait vite ! D'un coup de baguette, on est sorcier ou on ne l'est pas, la porte pivota sur ses gongs et le visage trop pâle du professeur de botanique apparu dans l'embrasure. Ca collègue avait un coté étrange et mystérieux que Zaria appréciait, c'était une constante chez elle. De plus quelqu'un qui aimait les plantes était forcément quelqu'un de bien. C'était du préjugé, certes, mais les Hejtishakien en avaient beaucoup, en bien comme en mal.

- Bonsoir Edina ! Entre et pose ça vite, ça a l'air lourd, conseilla-t-elle en repoussant ses affaires pour faire une place sur le bureau à l'énorme livre de comptes. Une tasse de thé ?

oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Edina Corvo

avatar



▌Pseudo : Edina Corvo
▌Messages : 111

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Ven 05 Sep 2014, 12:37

Après mon appel manuel, la porte s'ouvrit docilement en grinçant. Hé bien, mère aurait adoré avoir un son comme celui-ci pour ses portes, mais aucun sortilège ni aucune huile ne peut remplacer le son pur d'un authentique grincement naturel. Mon entrée fit naturellement baisser toutes les lumières ambiantes de la salle et mes yeux purent s'habituer rapidement. Voilà donc ton univers, ma chère Zaria.

Je découvris donc la salle de ma collègue. Manifestement, elle aimait beaucoup son île natale, sur ce point, sa réputation n'avait pas menti : du plafond jusqu'au sol, sur les murs, il y avait des centaines d'images de son île chaotiquement réparties, son île qui, d'ailleurs, m'avait l'air paradisiaque. Manifestement pas beaucoup ensoleillée, voire même un peu perdue dans la brume, ce qui était parfait, et surtout du noir, du noir partout ! De la roche aux habits des gens, tout semblait avoir été figé dans un temps qui n'était plus, comme l’entièreté de sa salle de classe maintenant que j'y pense. Un soir, il faudrait que j'ose lui demander si je ne pourrais pas l’accompagner en visite pour voir sa famille. Au moins là bas, je ne risquerais rien pour mes yeux et ma peau. Il y avait si peu de destinations que je pouvais me permettre.

Dans son ensemble, sa salle était assez exigüe. Avec toutes mes plantes et la taille de ma serre, je n'aurais pu imaginer qu'il puisse y avoir d'aussi petites salles. Zaria aurait-elle seulement pu remplir de photos et d'images une salle plus grande ?

"Bonsoir Edina ! Entre et pose ça vite, ça a l'air lourd. Une tasse de thé ?"

Zaria était, quant à elle, assise dans un fauteuil dont je n'aurais pu deviner la couleur initiale. Elle m'attendait, visiblement, car il y avait un autre siège face à elle et une tasse de thé fumante m'attendait sagement.

"Oh, bien volontiers"
Je fis une pause un instant, allez ma fille, tu t'es entraînée pour pouvoir dire ça "Merci Azearhia" ajoutais-je dans un sourire. C'est vrai, ce n'est pas facile à prononcer, mais j'y étais arrivée !

Je posais mon manuscrit sur la place qu'elle m'a laissé disponible et m'assis face à elle. C'est vrai, on se ressemblait juste assez pour nous confondre, bon, sa peau avait manifestement été abîmée un peu par le soleil mais beaucoup moins que bon nombre de nos collègues.

Ma tasse encore fumante entre les mains, je laissais mon esprit vagabonder juste un instant. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas pris le thé avec quelqu'un, en général, les gens n'apprécient pas trop mes horaires décalés et quand ils sont disposés en soirée à passer un moment avec moi, je travaille sur mes chéries. Il faudra que je vois à changer ça au plus vite. Je n'avais tellement plus l'habitude de ce genre de rencontre que je ne savais plus par où commencer une conversation. Parler du temps qu'il fait ? Je ne savais même pas si ça s'était rafraichis, s'il avait plu ou neigé récemment. Commencer directement dans le vif du sujet ? Mouais, si ma collègue avait voulu s'atteler directement au travail, nous ne serions pas assise l'une en face de l'autre à prendre le thé ... Bref, aller, je vais essayer.

"Comment vas-tu en ce moment ? Tu retournes chez toi pendant ces vacances ? J'avoue que je t'envie d'avoir un coin sur cette planète où tu te sens parfaitement chez toi. Moi, ce n'est mon cas que la moitié de la journée."

Derrière ma tasse, je riais un peu. L'envier est un euphémisme, je laissais une fois des plus mes yeux courir sur toutes ces images. Elle devait vraiment avoir une passion exacerbée pour sa fameuse île pour ne laisser place à rien d'autre. Je me demandais bien ce que ça cachait d'ailleurs.

En réalité, je ne savais rien de Zaria à part ce qu'on en disait. Tout en prenant une gorgée du thé chaud (et très fort), je me disais qu'il fallait absolument que je privilégie ces très rares moment avec les autres enseignants pour essayer d'entrer dans leur univers. Le mien est si sombre qu'il gagnerait à être éclairé par des connaissances.
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Mer 10 Sep 2014, 22:36

oo00OOO00oo

Dans l'esprit de la majorité des gens Hejtishak n'avait rien de paradisiaque. Les pluies diluviennes, la brume, les nuits interminables, les courants d'airs violant à en arracher les cheveux sur les têtes, les plages de sables noirs et l'eau à quelques degrés, les rares maisons éparpillés, une épicerie et une taverne… bref un véritable trou perdu au milieu de l'océan, à même pas des plus chauds et des plus accueillants. Mais c'était l'endroit où Zaria était née, comme son père, ses grands parents et bien d'autres des ses aïeux. Elle connaissait chaque recoin de l'ile, elle l'avait parcouru d'un bout à l'autre des milliers de fois et pourtant elle ne se lassait jamais de ses paysages déchirés et chaotiques, de la lande couverte par un vaporeux nuage blanc duquel émergeait quelques têtes sombres et frisés. Il fallait appartenir à Hejtichak où il vous rendrait fou et vous rejetterait sur d'autres rivages.

Si Edina avait osé demander, Zaria lui aurait ouvert grand les bras. Lorsqu'un curieux manifestait de l'intérêt pour leur caillou c'était presque un devoir de lui ouvrir sa maison, en espérant qu'un jour il construise la sienne dans le parcelle d'herbe voisine. Sans doute sa collègue apprécierait t'elle l'immense serre où Laïhealoaï Fritshwörth, mamie Lï pour les intimes, passait les trois quart de son temps en revoyant les estimations largement à la baisse. Oh oui, Edina s'y plairait et se n'était pas du tout donné à tout le monde. Voila qui avait de quoi la rendre d'autant plus sympathique aux yeux de Zaria.

Son cours n'était pas vraiment la premier choix des élèves généralement. Elle avait les cours obligatoires par petits groupes pour les plus nombreux. Quand aux options on pouvait compter chaque classe sur les doigts d'une mains. Sa classe était donc à la taille adéquate. Ca avait au moins ce coté intime et chaleureux qui manquait à d'autres salles. Après tout Zaria chouchoutait ses élèves, elle les préférait proche d'elle plutôt que perdu tout au fond d'un cachot obscur. Pour transmettre son savoir à de jeunes adultes tourmentés par leurs hormones c'était plus pratique.

Si Edina voulait venir en vacance à Hejtichak elle avait bien raison de se mettre à la prononciation, sans quoi elle risquait d'avoir de gros problèmes de compréhension. Bon, elle en aurait certainement dans tout les cas entre l'accent mêlé de mots tordus et Hejtichakien ce n'était pas toujours facile de démêler le sens des phrases de ses habitants. Sauf ceux, comme Zaria qui avait appris difficilement à parler un anglais correct et intelligible. En tout cas, l'effort était remarquable ce qui fit sourire le professeur d'appréciation. Ca la changeait des horreurs qu'elle entendait et des Zaza, Zazou et autres élucubrations en tout genre.

Il n'y avait pas à dire Edina était une énigme, pas quelqu'un de facilement accessible, du moins c'était l'impression générale qu'elle donnait. Cela convenait parfaitement à la sorcière. Elle n'avait que peu d'attrait pour des personnes considérées comme "normales" en général. Alors, elle fut ravie de la réponse de la collègue, c'était un bon début pour commencer à décrypter le tempérament de la botaniste.

- Tu prends du sucre, du lait ou … un truc plus fort peut-être ?

Rhum ambré de caraïbe, Zaria trouvait de ça se marié très bien avec les infusions de manière générale, et ça désinfectait lorsqu'on avait la gorge qui démangeait atrocement. Ce n'était pas parce qu'elle avait de la compagnie qu'elle changeait ses habitudes, de pochtrone vous diraient certains mais ils n'y connaissaient rien. Le professeur sortie en sous tour d'un du tiroir de son bureau une fiole argenté recouverte de tissus à carreaux d'un elle versa une bonne rasade dans sa tasse. Là c'était parfait…

- Des le 25, oui. A chaque fois c'est une affaire pas possible avec les empaffés du bureau des portoloins. Mais il n'y a rien de tel que d'être chez soi c'est vrai. Tu sais comment c'est les fêtes de noël, on mange et après on roule par terre en étant saoul comme des barriques et on s'amuse à faire peur aux montons… enfin, à Hejtichak c'est comme ça, du moins.

Encore la preuve que les employés du ministère étaient juste une bande de gredins qui voulaient leurs pourrir la vie. Ca faisait 10 ans qu'ils avaient demandé à s'occuper de leurs transports tout seul… mais non, ils répétaient en boucle: " Le bureau des portoloins n'accorde aucune dérogation, faites comme tout le monde: prenez une chambre à l'hôtel ou installez vous. ". Ca n'allait pas trainer, comme si les Hejtichakien allaient se laisser faire par des grattes papiers, dans peu de temps un petit prototype de leur cru sortirait de derrière les fagots. Et tant pis si une fois de plus on devait se maitres à dos les réglementations en vigueur dans tout le royaume-uni. Il n'en faisait partie que par une suite de coinsidances fâcheuses. Pour se remonter le moral, Zaria but sa première gorgée encore fumante.

- Et toi Edina, tu vas dans ta famille ? T'as une soeur, non ?

Elle marqua une pause, réfléchissant longuement avant de boire une seconde gorgé avec délectation.

- Tu n'as pas trouvé de solution pour …? Ca s'appelle comment ton allergie déjà ?


oo00OOO00oo




Revenir en haut Aller en bas
Edina Corvo

avatar



▌Pseudo : Edina Corvo
▌Messages : 111

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Sam 13 Sep 2014, 17:33

"Tu prends du sucre, du lait ou … un truc plus fort peut-être ?"

Je refusais poliment, le goût des plantes était bien meilleur nature. J'étais assez ravie de notre petit début de conversation. La professeur ne tarda pas à me répondre. Quand elle parlait de son île natale, on sentait une passion assez insoupçonnée chez la jeune dame. Comme je brûlais d'envie d'en savoir plus...

"Des le 25, oui. A chaque fois c'est une affaire pas possible avec les empaffés du bureau des portoloins. Mais il n'y a rien de tel que d'être chez soi c'est vrai. Tu sais comment c'est les fêtes de noël, on mange et après on roule par terre en étant saoul comme des barriques et on s'amuse à faire peur aux montons… enfin, à Hejtichak c'est comme ça, du moins."

Je me retint d'éclater de rire, imaginant les personnes des portraits du mur complètement saouls en train de poursuivre ces pauvres ovins... Chez moi, les fêtes d'hivers sont bien différentes. Cependant, l'agitation, bien que rebutante pour moi d'ordinaire, n'avait pas altéré mon intérêt naissant pour la mystérieuse île.

"Et toi Edina, tu vas dans ta famille ? T'as une sœur, non ?"

"Oui, ma sœur jumelle, Nada. Je retourne chez moi à la fin du mois aussi. Dans ma vieille famille, c'est un tantinet différent de la tienne manifestement. On se réunit tous, du moins, on essaye, dans notre vieille maison dans le sud de l’Espagne. L'avantage, c'est qu'elle est très bien isolée. Sitôt arrivés, on lance des sorts de protection de toutes part et on fait monter une brume gigantesque, tu sais, pour le soleil. Et la fête commence, on chante et on danse beaucoup. On est si peu souvent ensemble que c'est vraiment quelques jours où on se doit de profiter. A la fin, on a le traditionnel lâché de corbeaux. Voilà"

Mon air devint de plus en plus rêveur à mesure de mon récit. Oui, je devais avouer que j'avais hâte que Noël vienne cette année. La guitare espagnole, les cadeaux, les plats de crabes, les envolées avec mes petites cousines à dos de Feliz, mon Sombral ; tout cela me manquait terriblement. Je crois que je viens à peine de réaliser qu'il n'y avait plus longtemps à attendre.

"Mais je dois bien l'admettre que c'est avec Nada que j'ai toujours le plus rit, on se ressemble sur le plan physique mais no caractères se complètent"

"Tu n'as pas trouvé de solution pour …? Ca s'appelle comment ton allergie déjà ?"

Je faillis m'étouffer avec le thé, heureusement, je n'en laissait rien voir. C'était si rare que quelqu'un aborde ce sujet délicat aussi directement sans passer par quatre chemins que j'en avais oublier qu'on pouvait être aussi directe. J'allais essayer de répondre au mieux. Sans être vraiment honteuse, c'est cette "particularité" qui m'a valut mon isolation et certaines moqueries des camarades de ma sœur.

"Le Xeroderma pigmentosum, mais nous l’appelons entre nous la maladie des enfants de la lune. C'est un truc que certains membres de ma famille ont. Ça tombe un peu aléatoirement à chaque naissance. L'avantage est que chez nous, elle est diagnostiquée très tôt et qu'on a un sacré savoir faire donc ça nous permet de commencer notre vie sans danger."


Je montrais mon pendentif que je portais aujourd'hui, il représentait un corbeau taillé dans de la jade noire, des reflets métalliques bleus et vert s'en échappait. Dès que je le pris en main, son pouvoir s’accrut et les flammes de bougies semblaient moins brillantes.

"Celui là, par exemple, c'est un cadeau de ma tante. Il permet de baisser juste assez les lumières ambiantes mais ça ne marche qu'en intérieur. Sinon, j'utilise une poudre qui me vient d'une plante que je met directement sur ma peau si je dois sortir en plein soleil, ou j'ai encore un sort, pour mes yeux. Dans la famille, des solutions, on en a tout plein, elles sont malheureusement que temporaires."

En fait, je crois que mon pendentif était la seule babiole qui ait un effet relativement permanent. Je commençais à sérieusement l'aimer ce petit bijou. Je souriais à ma collègue, ce n'était pas souvent que je parlais ainsi, d'une traite, naturellement. Pour une raison qui m'échappe encore, je sentais qu'avec elle, je pouvais laisser de côté mon sempiternel masque de sérénité derrière lequel j'avais pris l'habitude de me cacher, j'espérais pouvoir m'ouvrir un peu plus à l'avenir.

"Vivre la nuit est ma seule option viable tout le temps, c'est contraignant, mais au final, je suis pas sure de pouvoir me passer de sa beauté."

Il fallait vraiment que j'arrête car je devais avoir l'air ridicule comme ça, à sourire niaisement à une chose que seule moi pouvait comprendre, un peu comme ma chère collègue avec son île mystérieuse d'ailleurs.

"Je suppose qu'il y a des personnes qui ne peuvent pas comprendre certains intérêts un peu marginaux que l'on peut avoir."

J'avais dis ça sans vraiment y réfléchir, c'était sortit vraiment tout seul et la spontanéité, cela ne me connaissait pas. Je jetais à ma collègue un regard complice au dessus de ma tasse. Je savais qu'elle comprenait parfaitement, j'avais entendu les bruits de couloirs bien malgré moi et son vécu ne m'était pas tout à fait inconnu. Je connaissais l'histoire assez mouvementé qu'elle rencontrait avec son mari de par l'indiscrétion d'un élève qui était là au moment où elle a déballer un cadeau. J'hésitais fortement à entamer la conversation là dessus, ma curiosité était aussi forte que ma peur de la vexer. Je restais dans le silence pendant un moment. Mais d'un coup, une autre question me frappa de plein fouet, celle-ci sortit de ma bouche sans aucune fausse note.

"Tu ne voudrais pas avoir quelques plantes dans ta salle ? J'en ai quelques unes qui résistent bien à une lumière tamisée et leur fragrance augmente la concentration des élèves."
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Jeu 18 Sep 2014, 08:38

oo00OOO00oo

L'agitation c'était bien la seule chose qui empêchait de devenir fou. On prenez le pli rapidement ou jamais et il valait mieux avoir l'appareil digestif bien accroché et une sacré cargaison de potion anti-gueule de bois. D'ailleurs, à bien y penser la sienne descendait un peu trop vite. A tout les coups des petits curieux avaient dut farfouiller la-bas derrière et en récupérer un peu. Il faudrait qu'elle change sa caisse d'emplacement et qu'elle jète un sort de traçage dessus.

Ca avait l'air pas mal aussi les réunions de famille chez les Corvo. Ca lui faisait toujours un peu de peine, les personnes qui n'avait personne à retrouver pour les fêtes, si bien qu'elle se retrouvait toujours à dire : " Mais si tu veux, viens chez nous, tu vas voir, tu serras pas frais le lendemain mais sera toujours mieux que de manger une tranche de dinde sèche tout seul. " Se réunir, danser et chanter, et puis, pourquoi pas, le lâché de corbeaux, ça ne la rebutait pas du tout. Elle écoutait avec plaisir le mystère Edina s'éclaircir.

- Tu as une jumelle alors, répéta-elle fascinée par cette nouvelle.

Zaria aurait aimé avoir une jumelle ou un jumeau. Elle avait Teabïath cela-dit et c'était déjà suffisant sans doute. Zaria avait bien un demi-frère plus jeune mais ils étaient si radicalement différent que se n'était même plus possible de se compléter. Il n'était qu'à peine sorcier d'ailleurs… Ou alors, il l'avait vraiment très bien refoulé son talent pour la magie. Elle restait la farfelue de service qui venait parfois faire coucou aux diners de famille. Les familles mixtes c'était déjà compliqué à gérer, mais avec des divorces, des remariages et des Hejtishiakiens au milieu ça devenait vite le grand bazars.

Ca servait à quoi de la jouer filoute ? Zaria était curieuse, il n'y avait aucune mauvaise intention caché derrière sa franchise, juste un intérêt sincère envers les spécificités d'Edina. Certainement aurait-elle pu se montrer plus délicate… mais elle avait toujours eu l'impression que plus on rajoutait de fioritures autour des sujets tabous plus ils devenaient difficile à aborder sans aprioris et sans causer trop de gêne à la personne en face de vous. Si cela dérangeait les gens, c'est qu'il avait envie d'être dérangé.

- C'est génétique alors ? Mais depuis tout ce temps, les médicomages et tout le patin-couffin ils n'ont rien trouvé qui soit efficace à plus long terme ? En même, ça ne m'étonne pas, soupira la sorcière. Ils passent leurs journées à ressouder les os des joueurs de quidditch. S'il y avait moins de quidditch peut-être bien que tu pourrais profiter autant de la lune que du soleil. Avec un bonne lotion solaire tout de même. Je ne voudrais pas que tu finisses par ressembler à un crabe qui sort du bouillon, sourit-elle. C'est une très belle amulette.

Zaria pouvait comprendre, elle n'avait pas d'affection particulière pour la nuit mais lorsque c'était notre vie, notre malédiction, on finissait par s'y attacher, par voir le bon coté des choses, jusqu'au ce que cela devienne rassurant et chaleureux. Ce n'était pas tellement important que les gens partage ce sentiment, car ils en était souvent incapable et cela n'engendrait qu'une frustration néfaste. Alors non, le professeur était loin de trouver ces sentiments ridicules, au contraire.

- Tant qu'il ne m'empêche pas de remplir mes placards de breloques je ne me plainds pas trop, plaisanta Zaria avant de disparaitre derrière sa tasse fumante. Il n'a qu'à les laisser dire, ces maudits gredins… Ca ne m'empêche pas de prendre mon pieds, crois moi !

Elle se serait ennuyé à mourir si elle avait du rester à sa place à chaque fois qu'un crétins lui avait dit qu'elle était bizarre. C'était même un synonyme de qualité à ses yeux. On reconnaissait les gens biens aux nombres de leurs manies incompréhensibles. Des marginales ? Tant mieux, ça faisait déjà un point commun entre les deux femmes.

Edina n'avait pas tord, cette sale manquait cruellement de verdure. Pourtant Zaria aimait bien les plantes mais elle n'avait pas penser à faire quelques boutures pour égayer un peu l'atmosphère et renforcer la concentration des élèves. Elle s'y connaissait un peu botanique même si c'était plus d'un point de vu culture personnelle que décoration d'intérieur ou aménagement de l'espace public.

- C'est une formidable idée ! Tu crois que ça pourrais aussi marcher pour couvrir quelques odeurs désagréable que dégage certaines potions ? Et aussi les résidus d'herbe à pipe froide ? Et si tu veux en échange je vais essayer de concocter une crème de jour efficace ?

Zaria était très enthousiaste à cette idée. C'était un chalenge comme elle n'en avait pas eu depuis longtemps. Mieux qu'une potion de ratatinage pour sur…

oo00OOO00oo

Revenir en haut Aller en bas
Edina Corvo

avatar



▌Pseudo : Edina Corvo
▌Messages : 111

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Sam 20 Sep 2014, 11:18

"Tu as une jumelle alors" Avait conflué ma collègue avant de s'intéresser à ma ... particularité.

Je n'aimais pas vraiment appeler ça une allergie ou une maladie, certes, c'est ce que c'était, sans aucun doute, cependant cela m'avait permis d’accéder à d'autres avantages comme le fait indéniable d'être très débrouillarde dans le noir le plus complet ou encore d'avoir pu passer mon enfance et ma scolarité auprès de ma mère et de mon père avec qui j'ai pu tisser des liens que même ma sœur m'envie aujourd'hui.

"C'est génétique alors ? Mais depuis tout ce temps, les médicomages et tout le patin-couffin ils n'ont rien trouvé qui soit efficace à plus long terme ? En même, ça ne m'étonne pas, soupira la sorcière. Ils passent leurs journées à ressouder les os des joueurs de quidditch. S'il y avait moins de quidditch peut-être bien que tu pourrais profiter autant de la lune que du soleil. Avec un bonne lotion solaire tout de même. Je ne voudrais pas que tu finisses par ressembler à un crabe qui sort du bouillon, sourit-elle. C'est une très belle amulette."


Les médicomages ? Il n'ont cure d'une famille de sangs-mêlés gitans dont seulement quelques membres ne peuvent pas supporter le soleil. Et puis, ce gêne nous vient de la partie moldue de notre famille donc raison de plus pour s'en soucier le moins possible.

Manifestement, Zaria détestait autant le Quidditch que j'éprouvais une apathie pour ce dernier. Je ne nourrissais pas de sentiments spécialement négatif envers ce sport, cependant, il m'était profondément indifférent et je ne comprenais absolument pas tout l'engouement qui tournait autour. En même temps, je passais mon enfance et adolescence à faire des courses effrénés dans la forêt avec ma sœur sur nos montures respectives. Oui, il y avait beaucoup plus excitant dans la vie que le Quidditch.

A présent, il fallait expliquer à mon interlocutrice que nous avions un sort miraculeux pour pouvoir séjourner au soleil en toute liberté jusqu'au jour où il y a eu un accident bête et un mort, du coup, nous en sommes revenus fissa aux méthodes plus traditionnelles. Et tout cela, sans casser l'ambiance. Cependant, s'il y avait bien une personne à même de comprendre et d'encaisser ces choses là, c'était bien Zaria, cependant bonne chance ma fille ..

"Jusqu'à il y a une vingtaine d'année, notre famille avait eu cours à sort du nom de Chasselumière. Il avait été amélioré de nombreuses fois par tous les membres de la famille si bien qu'il suffisait de le lancer le matin au réveil pour avoir une vie presque normale. Il était simple à lancer, facile à apprendre aux futures générations ... Il permettait à la peau et aux yeux d'être protégés. Cela nous faisaient la peau brillante et les yeux d'un noir presque total. Jusque là, tout allait bien, jusqu'au jour où nous nous sommes aperçus qu'il suffisait d'un simple sort ou un objet d'anti-magie pour l'annuler tant il avait été simplifié"


En réalité, il avait suffit qu'un ennemi de la famille s'en aperçoive... Malgré moi, mes yeux s'étaient baissé au souvenir de mon grand-père agonisant sous le soleil de plomb d’Espagne. Cela avait été un choc tant pour moi que pour toute ma famille, nous qui étions si proche les uns des autres que nous en avions été d'autant plus affectés.

Je me ressaisis un instant, repris mon sourire et poursuivis :

"Voilà, depuis cette mésaventure, tout le monde essaye de trouver un remplaçant à ce sort qui sera tout aussi efficace mais nettement plus fiable mais vivre la nuit est pour le moment notre seul salut. Personnellement, je pense effectivement que la résolution de cette énigme se trouve dans les plantes et les potions."

Heureusement, ma proposition d'agrémenter la petite salle de plantes parut séduire la professeure. Elle me demanda en outre d'essayer de réduire les odeurs des potions et du tabac froid, un jeu d'enfant, je pouvais rendre cette salle aussi luxuriante qu'une jungle. Je voyais déjà de larges feuilles captant la moindre petite molécule aromatique, je voyais des troncs sinueux filer le long des murs et aller zébrer le plafond, je voyais des fleurs d'un rouge puissant émettre leur propre fragrance, je voyais aussi pourquoi pas quelques lianes ...

Doucement ma fille, cette salle n'est pas la tienne !

"Et si tu veux en échange je vais essayer de concocter une crème de jour efficace ?"


Cette proposition était plus que généreuse. Nul doute qu'avec mes plantes les plus exotiques et son immense savoir faire, nous arriverions à quelque chose de tout à fait correct, peut être même miraculeux. Ah, c'est sur que ça me changerait la vie ! C'était presque trop beau pour être vrai. Je m'empressais de le signaler :

"J'accepte avec plaisir, cependant, je doute que cette requête ne soit à la hauteur du service que je t'offre. En plus des plantes pour ta salle, as-tu besoin de quelque chose en particulier ? En ce moment, je suis surtout sur ma 'Rose Envoûteuse', elle permet de faire tomber toutes les inhibitions à celui qui la sent. Mais je peu tout à fait travailler sur à peu près n'importe quoi ? De quoi as-tu besoin en ce moment ? Médicaments naturels, soins très efficaces pour la peau ou les cheveux, ou encore ..."

Je baissais ma voix, me rapprochais et ajoutais en souriant :

"D'un poison puissant et intraçable qui fait entrer en catalepsie celui qui l'absorbe."

Je me colla à nouveau à mon siège et posa ma tasse vide.

"Demandes moi absolument ce qui te ferais plaisir."
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Dim 28 Sep 2014, 11:36

oo00OOO00oo

Zaria n'avait pas toujours détesté le Quidditch. Certes, elle n'avait jamais était une fan de premier ordre mais son aversion pour ce sport c'était manifesté plutôt récemment, à cause de son penchant pour les muscles et la barbe… Mariez-vous avec un joueur et peut-être comprendrez-vous un jour le pourquoi du comment. Les matchs, les balais, le vif d'or et les groupies… Il n'y avait plus de place pour grand chose une fois à la maison. Elle avait passé plus de deux longues années à se languir de Darwin en mangeant des cornichons et en dévorant des bibliothèques entière de livre d'histoire. Jusqu'au jour où… c'était trop, cet appartement vide et la ville grouillante à la porte. Zaria le détestait certains jours et par extension ce qui le représenté le mieux, ce maudit sport. Ce n'était ni mature, ni bien malin, mais c'était du Zaria plein pot.

Quand elle était petite, elle se souvenait que sa mère avait trouvé inadmissible qu'il n'y ait aucun médicomage en cas de besoin étant donné la galère que c'était pour mettre un pied sur le continent à l'improviste. A vrai dire, c'était même mission impossible. Déjà qu'en temps normal, ça demandait toujours un tas d'embrouilles avec les insupportables bureaucrates du bureau des portoloins pour arriver à se mettre d'accord. Ces gens là étaient une plaie. Sur Hejtishak, on se débrouillait ou on crevait, mais le plus souvent de vieillesse étonnamment. Le top 3 ressemblait approximativement à un truc du genre, Coup de folie stupide, coma éthylique poussé et vieillesse avancé.

Encore une caste qu'il faudrait ranger avec les employés du ministère, les joueurs de quidditchs et les crétins du bureau des portoloins. Les liste allait finir par être sacrément longue à force.

Zaria écouta avec attention le récit d'Edina tout en s'enfonçant plus profondément dans son fauteuil, sa tasse en suspension au dessus de l'accoudoir, tout en fourrant de nouveau la pipe qu'elle avait sorti discrètement de sa poche. Elle aurait pu rester là des heures à siroter du thé bouillant tout en se délectant des histoires de la famille Corvo. Pourtant, elle sentit au milieu de sa tirade à quel point cela avait dû toucher la sorcière un jour. Elle même ne racontait que trop peu le genre de légendes morbides à propos de l'ile et dont sa tante avait fait les frais. Zaria ne s'imaginait pas une seconde vivre sans son grand-père même s'il était le plus souvent totalement exaspérant à toujours se comporter comme le dernier des gamins. Elle ne dit rien garda un silence respectueux pour ne pas trop gêner Edina.

La proposition sembla lui redonner de l'aplomb. Une jungle sauvage dans sa salle, ça semblait presque tentant… mais elle n'était pas sure que l'administration tolérerait tant de changements. Elle devrait se contenter de quelques plantes vertes aux propriétés miraculeuses, ce qui n'était déjà pas si mal.

- Je ne pense pas en avoir l'utilité mais j'aimerais bien voir ça. Quoique… tu crois que ça marcherait pour inciter quelqu'un à faire un truc qu'il ne veut pas ? Genre… signer des papier de divorce… SI ça ne marche pas, je pourrais toujours recourir au poison, effectivement, ricana-t-elle.

En tant que maitresse de potion, Zaria avait déjà souvent recourt à la magie pour les soins du corps. Les meilleurs recettes étaient souvent les plus anciennes. Parfois elle s'amusait à faire des mélanges et à tester différentes mixtures.

- J'ai bien une petite idée, sourit le professeur, énigmatique. Mais il ne faudra surtout pas en parler.

oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Edina Corvo

avatar



▌Pseudo : Edina Corvo
▌Messages : 111

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Jeu 02 Oct 2014, 19:02

"Je ne pense pas en avoir l'utilité mais j'aimerais bien voir ça. Quoique… tu crois que ça marcherait pour inciter quelqu'un à faire un truc qu'il ne veut pas ? Genre… signer des papier de divorce… Si ça ne marche pas, je pourrais toujours recourir au poison, effectivement"

Nous y voilà, les rumeurs de couloirs entendues étaient donc teintées de vérité, Zaria avait toutes les peines du monde pour se débarrasser de son mari. Personnellement, j'avais surtout des charmes et des concoctions pour les envoûter et les garder bien au chaud, cependant, le contraire était tout à fait possible, pas dans mes habitudes, voilà tout.

Pour le reste j’eus pu lui proposer des recettes capable de faire faire des choses quelque peu embarrassantes à son mari, voire de détruire lentement sa carrière tout en restant tranquillement à nos postes. Pour cela, il suffisait d'un bourgeon d'étrangleuse Africaine -interdite en détention depuis une vingtaine d'années, j'en ai quelques plants dans la maison familiale-, il nous fallait aussi quelques sels d'émeraude et deux ou trois gousses de Calla des marais. La concoction était assez corsée mais une fois réussie, il suffisait de quelques goûtes pour faire perdre son sens de l'équilibre à une personne pendant les moments de sa journée où il en a le plus besoin. Très peu pratique pour une personne qui joue au Quiddich. Le remède était on ne peu plus simple à faire et pouvait être négociable contre une signature de divorce ou plus, si l'envie en prenait à notre chère Zaria.

Je mourrais d'envie de lui proposer, si bien que je dus presque m'en mordre la lèvre inférieure pour ne pas succomber à la tentation. Non, ce serait stupide de dévoiler mes possessions interdites et la liste de charmes interdits qui en découlait à une personne que j’apprenais seulement à connaitre, sans parler du fait qu'elle serait tout à fait en droit de me faire virer de Poudlard, et ça, ce fut hors de question. Quand on vit un peu en marge de la société et de ses codes, il est des choses qui pourraient choquer si on est pas habitué, ce sera donc pour plus tard. Dommage car la manipulation d'homme est un de mes hobbies inavoué préféré et je n'ai que trop peu l'occasion de combler cette envie.

"J'ai bien une petite idée. Mais il ne faudra surtout pas en parler."

... En parlant d'envie ...

Cet air mystérieux m'avait intrigué, c'était le moins qu'on pouvait dire. Imperceptiblement, je m'étais redressé sur ma chaise afin d'entendre mieux la proposition en cas de murmure à voix basse.

Peut-être que sa proposition était elle aussi un peu en marge de la loi. S'il ne fallait pas en parler, c'était peut-être ça ! En fait, pourvu que ce soit ça, j'avais tout un tas de recettes et des ingrédients interdits à foison chez moi qui n'attendaient qu'une chose : qu'une main experte en potion tire le meilleur de leur sève, de leur fleur et de leur feuille pour avoir des effets variés et puissants.

J’espérais que mon impatience ne se lisait pas trop sur mon visage mais si elle tardait trop pour me révéler ses pensées, j'allais finir par craquer. Pour enterrer cette impatience derrière une activité, je voulu reprendre du thé dans ma tasse avant de me rappeler qu'elle était vide comme ma capacité à attendre plus longtemps d'ailleurs.

Je me surpris à penser que cette Dame me ressemblait presque plus en mental que ma propre sœur. Cette dernière, bien qu'assez ouverte sur les méthodes à prendre pour arriver à certaines fin était en revanche assez couarde quand il s'agissait de manipuler les esprits avec des poisons.

Mais bon, je m'emballais un chouilla abruptement là, si ça se trouve, elle voulait juste garder sa recette et ses ingrédients secrets pour éviter qu'on ne plagie ses idées. C'était tout aussi louable, mais un tantinet moins amusant. Bref, il n'y avait à présent qu'un moyen de savoir.

Je souriais un peu plus en essayant vainement d'avoir l'air détendue.

"Ma très chère collègue, s'il y a bien une personne qui sera muette comme une tombe, c'est bien moi, je peu te l'assurer."

Je me rassis au fond de mon siège en fantasmant sur l'idée qu'elle me donne son mari en pâture. En effet, j'avais deux-trois plantes que je gardais dont j'ignorais les effets et j'avais bien besoin d'un cobaye. Et si d'aventure il s’avérait ne pas être consentant, j'avais toute une ribambelle de plantes qui servait justement à s'attirer l'obéissance d'une tierce personne. Il y avait toujours moyen de s'arranger avec moi, non seulement ce pauvre jeune homme quel qu'il soit, signerait sans broncher, mais en plus, Zaria pouvait en tirer un sacré paquet d'avantages et de bénéfices : une collègue comblée, pour commencer ; des dommages et intérêts et une jolie pension pour finir.

Au moins, ces pensées auront finies par avoir eu raison de ma tension grandissante, bien que toujours impatiente, je me sentais suffisamment décontractée pour faire face à ce qui devrait suivre.

"Alors, dis moi tout, quelle assistance puis-je t'apporter dans ce fameux projet ?"

Je restais à présent presque impassible en attendant la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Mer 08 Oct 2014, 13:34

oo00OOO00oo

Les rumeurs partaient souvent que quelque part. Il fallait présiser que son époux était plutôt connu et même si elle ne portait pas son nom, fort heureusement, la nouvelle avait tout de même fini par faire le tour de l'école. Cela l'énervait passablement, mais Darwin serait intégré sous peu à l'équipe nationale, inévitablement sa notoriété grandissait. Edina n'était pas un adepte du Quidditch, sans quoi elle serait certainement tombé sur le dernier numéro du Quidditch Mag et l'interview qui avait donné de l'urticaire à Zaria.

Citation :
M.W: Nous avons eu vent de votre situation compliqué avec votre femme. Comme se le demande certaines de nos lectrices, votre coeur est t'il donc de nouveau à prendre ?

D.B: Ma femme et moi connaissons une passade un peu difficile. C'est plutôt normal quand on l'a connait. ( rire ) Mais c'est loin d'être la fin, je peux vous le dire.

Et elle le voyait parfaitement, détendu, avec son sourire si exaspérant placardé sur la figure. Sourire si exaspérant qu'il l'avait tout de même séduite, et ce n'en était que pire après coup. Comme si elle allait revenir à la maison juste parce qu'il avait dit à un crétin de journaliste qu'il l'a connaissait, et qu'elle avait mauvais caractère. De son caractère de chien à lui, ça, personne n'en parlait, évidement !

" A mari blond, de quoi perdre le siboulon "

Juste après la lecture, enfin le survol de l'article, on aurait pu lui proposer de le transformer à crapaud et d'en faire de la soupe, qu'elle aurait accepté sans aucune hésitation. La sorcière avait ruminé pendant des heures et brulé le torchon pour se calmer intérieurement. Qu'elle elle avait dit oui… quelqu'un de censé aurait du la bâillonner. Oswald avait bien essayé cela dit… mais comme d'habitude elle n'avait pas du tout écouté ses conseils. Il avait ricané quand elle avait débarqué chez lui avec son balluchon, déprimé comme jamais. Ce jour là, oui elle avait pleuré à cause d'un garçon.

Zaria et la légalité, ça aussi c'était une longue histoire. Ca commençait jeune chez les Hestichakiens. Vu que le ministère était constitué de trolls, ils avaient tendance à passer outre certaines lois systématiquement. Après tout personne ne venait jamais voir et personne n'allait jamais aux convocations. Et comme les habitants se couvraient et étaient d'un naturel désagréable quand on venait leur tirer les poils, c'était un mic-mac assez indémaillable. Les alcools de contrebande et les plantations prohibé faisaient parti de la culture. Coupez ça, et c'est toute une ile qui campait au ministère pour une durée indéterminé.

Certes, Zaria aurait pu de méfier, mais elle avait une relative confiance en sa collègue, qui pouvait toujours refuser. Mais étant donné les propositions précédentes qui n'était surement pas très très nettes et l'intérêt qu'elle tenta de cacher, c'était surement la personne à qui oser demander. Les dernières paroles de la botaniste achevèrent de le convaincre parfaitement.

- Ca fait des années que j'essais de faire pousser de Arbrisia Equmleum Noire. Je me suis ruiné au marché noir pendant des années pour avoir quelques feuilles sèches. C'est beaucoup moins efficace il parait. Je rêve d'en avoir un plant, pour les potions. Et aussi une consommation personnelle… j'avoue.

Elle acheva son explication par un petit sourire espiègle et des yeux brillant de malice. Cette plante était impossible à obtenir ou presque, c'était si incroyablement cher, si incroyablement contrôlé et si incroyablement pénible à faire pousser. Zaria avait un peu la main verte, profession oblige, et elle aimait bien ça. Pourtant, sur ce point elle manquait de talent dans le domaine. Edina comblerait certainement cette lacune, elle n'en doutait pas. Si seulement, elle disait oui.

oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Edina Corvo

avatar



▌Pseudo : Edina Corvo
▌Messages : 111

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Mar 21 Oct 2014, 11:13

Cet instant, juste avant sa réponse, me parut une éternité. Pourtant, il s'était écoulé quoi, quatre secondes, tout au plus. Mais pour ma part, j'avais attendu des heures entières.

En vérité, j'espérais simplement ne pas l'avoir choqué ou autre. Manifestement, elle marchait avec moi au vu de sa demande :

"Ca fait des années que j’essaie de faire pousser de Arbrisia Equmleum Noire. Je me suis ruiné au marché noir pendant des années pour avoir quelques feuilles sèches. C'est beaucoup moins efficace il parait. Je rêve d'en avoir un plant, pour les potions. Et aussi une consommation personnelle… j'avoue."

De l'Arbrisia Equmleum Noire, une plante très spéciale, ce fut le moins qu'on puisse dire. Elle était très délicate à trouver, sa vente, sans parler de sa détention était strictement interdite. Oui, c'était tout à fait le genre de pousse que ma famille gardait précieusement dans la serre. Les feuilles séchées perdait effectivement leur essence et ne produisaient généralement pas l'effet espéré. Je pense qu'il était inutile de préciser à Zaria d'être particulièrement prudente si elle voulait en utiliser en classe avec ses élèves.

En revanche, j'étais particulièrement intéressée par le fait de savoir ce qu'elle comptait en faire de manière privé.

Je me levais, m'approchais de mon manuscrit et le pris avant d'aller m'asseoir à nouveau. Je tournais les pages jusqu'à celle des réserves. Comme escompté, quelques plants subsistaient encore dans la serre familiale, le dernier plant aurait été bouturé il y a quelques mois par ma mère, elle l'avait conditionné et l'avait soigneusement notifié ici-même, sous ma main. Si mes calculs sont exacts, le plant devrait être arrivé à maturité et devrait déjà avoir acquis ses propriétés si uniques. J'en prélèverais une boutures moi-même pour Zaria. Je lui ferais une petite fiche explicative des soins à apporter ainsi qu'une liste des musiques préférées de la plante.

Je tournais à nouveau les pages jusqu'à arriver à la section "commandes en cours". Je pris la plume noire qui attendait sagement dans la rainure du livre et entrepris d'écrire la date, le nom complet de Zaria sans fautes, du moins, je l’espérais, et marqua une pause.

Mes yeux se relevèrent pour aller fixer ceux de ma collègue. Je lui souriait.

"Ton plant peut être mature et prêt d'utilisation dans environ un mois, un mois et demi. Si tu souhaites faire des potions plus tôt, je peu aussi te ramener quelques feuilles fraiches, en attendant."


J'avais, je l'avoue, assez peu entendu parler des Hejtishakiens avant d'arriver à Poudlard. De ce que j'en savais, il s'agissait d'habitants d'une île un peu à l'écart de tout et où la technologie et les habitants semblaient avoir été figés dans le temps. Zaria avait d'ailleurs fait de même avec sa salle de classe avec un certain brio. Bon, c'était sur que le château ne brillait pas par sa modernité, mais ici, on se sentait comme dans une faille temporelle où le temps ne passait plus exactement comme il le faudrait.

Avec un peu d'insistance, j'étais sure qu'on pouvait déclarer cette salle de classe comme étant un territoire légitime Hejtishakien.

Mais bon, encore une fois, je m’égarais. On parlait plante, je me devais de rester sérieuse et professionnelle avant tout.

"Quoi qu'il en soit, il n'y a aucun soucis, je te trouverais ça. Et sinon, tu n'as pas besoin d'autre chose. Quelques ingrédients pour des potions de ratatinage par exemple ?"


Je venais de voir dans le livre le petit avion de papier que Zaria m'avait envoyé plus tôt dans la soirée. Il était un peu froissé et portait la mention "potion de ratatinage" rayé. Dans un sourire, je dépliais le papier et le montrait à ma collègue pour justifier ma question.

"En tout cas, ma chère, je compte bien entendu sur toi ..."


Je marquais un temps, cette demande me tenait à cœur, il fallait que je formule ma requête.

"... Prends bien soin de ton plant quand tu l'auras. Elles sont très fragiles ces bêtes là ! Et il faudra surtout pas que tu hésites, si tu as la moindre question ou le moindre doute ... Tiens, tu pourras la mettre juste ici !"
Dis-je en montrant une table qui se situait juste dans l'encadrement d'une fenêtre.

Mon ton paraissait juste un tout petit peu trop implorant à mon goût mais peut importe. Mes chéries, j'y tiens et il faut en prendre soin !
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Mar 02 Juin 2015, 22:17

oo00OOO00oo

Zaria ne se rappelait pas vraiment quand elle était tombé sur ce bouquin, mais c'était durant sa jeunesse, dans le grenier sans fond de son grand père. Il était dans un état lamentable, il manquait des pages, et l'encre avait fini par disparaitre à certains endroits, sans compter ce qui avait été grignoté par les rats et autres bestioles qui peuplaient le dit grenier. Une ruine qui l'avait pourtant séduite au premier coup d'oeil et qu'elle avait conservé jusqu'à aujourd'hui et peu à peu restauré. Il s'agissait d'un manuel de potions dont elle s'accordait le droit de réaliser un des chef-d'oeuvres de temps à autre. Voila pourquoi elle était en quête de cette fabuleuse plante. Elle n'avait cela dit aucune idée des effets de la potion et cela la rendait d'autant plus curieuse.

Edina n'avait pas juste dit oui, elle allait surtout permettre d'expérimenter quelque chose d'encore inconnu. Quelque chose qui n'existait peut-être plus depuis des siècles. Quant à savoir si c'était une bonne ou une mauvaise chose, cela restait encore un mystère. Le visage de la sorcière exprima une profonde joie, elle faillit en renverser le reste de sa tasse, puis elle sourit franchement, presque monstrueusement à l'idée de pouvoir enfin résoudre cette énigme. Un professeur se devait de parfaire ses connaissances après tout.

- C'est totalement Ashgrimolesque, s'exclama t-elle.

L'espace d'un instant toutes pensées désagréables telles que Darwin ou une paire de chaussettes sales s'évaporèrent. En prime, ce satané imbécile lui servirait peut-être de cobaye pour la peine. C'était noté et c'était pour le mieux. Une chose était sure, à Poudlard, Zaria avait trouvé une perle, une perle noire. Chaque conseil à présent était bon à prendre, même si salle de classe devait se transformer en jungle.

Edina semblait avoir les pieds sur terre, voila qu'elle lui rappelait pourquoi elle lui avait demander de passer. La maudite potion de ratatinage… Ils n'étaient pas croyables ces fichus étudiants, mais étrangement cela la faisait un peu trop sourire.

- J'allais oublier ! Une bonne nouvelle et mon cerveau prends la poudre de la poudre perlimpinpin.

La sorcière se releva brusquement, se grata la l'arrière du crâne prise dans un instant de réflexion intense. Ca lui revenait, elle contourna son bureau, farfouilla parmi les parchemins et les breloques qui l'encombraient et dénicha enfin le bout de copie sur lequel elle avait fait un inventaire de ce qu'il lui fallait pour assurer ses cours à venir.

- Tout est là, tu veux que je te le lise ou tu préfères regarder toi-même ? J'ai l'impression qu'on à piocher dans mes réserves, vu comment les stocks on chuté dernièrement.

C'était une promesse. Avec une tasse de thé, une mauvaise potion et un peu de botanique on arrivait parfois à des lires des liens auxquels on ne s'attendaient pas, et c'était très bien ainsi. Zaria avait l'impression de s'être fait une amie en cette personne étrange et mystérieuse qu'était Edina.

- Crois moi, conclus-t-elle, ce petit plant, ils n'ont pas intérêt de l'approcher. Je vais le surveiller comme si c'est mon propre mioche. Cette table sera toute à lui !

oo00OOO00oo

Revenir en haut Aller en bas
Edina Corvo

avatar



▌Pseudo : Edina Corvo
▌Messages : 111

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria ) Jeu 04 Juin 2015, 14:27

Me voilà rassurée alors. De toutes façon, je ne serais pas sans revenir rendre visite à ma chère collègue et cela me donnera l'occasion de voir l'épanouissement de mon petit plant d'Arbrisia Equmleum Noire. L'avantage d'avoir une famille aussi étendue est aussi de pouvoir se procurer des choses peu orthodoxes sans que personne ne pose des questions.

Je tendis la main et pris la feuille où était écrit toute une liste d'ingrédients divers et variés. Des vols dans une réserve ? Voilà qui était assez étonnant, cela n'avait pas l'air d'effrayer plus que ça Zaria cependant, c'est à se demander si elle n'avait pas déjà une idée du coupable voire une idée de punition. Décidément, j'aimais de plus en plus ma collègue, aussi était-ce étonnant que je ne la découvre "que" maintenant. Mieux vaut tard que jamais, non ?

Voilà, mon masque était à présent tombé, je souriais à Zaria, ce genre de sourire complice et franc qui ne naît vraiment qu'assez rarement. Ce simple contact avait eut comme effet de sceller une sorte de pacte entre nous, quelque chose d'imperceptible et surtout d'implicite. J'allais effectivement lui fournir tout ce dont elle avait besoin même si cela signifiait prendre quelques précautions, et en échange, j'allais avoir droit à des secrets bien gardés.

La dernière phrase d'Azearhia fini de me combler : "Comme son propre mioche" ? Voilà qu'on parlait à présent à peu près la même langue ! Ce n'était pas pour me déplaire.

"C'est très bien que nous soyons tombées d'accord alors. Je te ramène tout cela dans les plus brefs délais. Merci pour le thé ... et le reste. Il faut que je me sauve à présent."

Me retournant, je pris mon livre de compte et glissa la petite note dans la page "URGENT". Avant de partir, la main déjà sur la poignée de la porte, je me retournais juste pour conclure :

"Je te souhaite une excellente soirée et, je l'espère, à bientôt."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria )

Revenir en haut Aller en bas

Ratatinage, réserve vide et herbe à pipe ( Edina / Zaria )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium Incantatem :: THE CASTLE; STUDENTS' PLAYGROUND :: HOGWARTS, THE UNIVERSITY :: Aile des Sciences & Medecine-