:: FINI :: La truffe dans la neige !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: :: FINI :: La truffe dans la neige ! Lun 25 Aoû 2014, 00:10

oo00OOO00oo

C'était un samedi après midi de décembre, le ciel blanc se délestait de gros flocons et il faisait un froid mordant. Pourtant, loin de décourager les curieux, Pré-au-lard était envahis par la jeunesse sorcière tout droit descendu de Poudlard. C'était un période de l'année que beaucoup appréciait, Zaria ne faisait pas exception. Maintenant que le sol était recouvert par un délicat duvet blanc elle appréciait d'autant plus de se promener dans les ruelles éclairées par les décorations scintillantes du village. Elle aimait jusqu'au bruit que faisait ses pieds en s'enfonçant dans la neige fraichement tombé.

Noël et les vacances approchaient à grand pas. On sentait d'ailleurs un relâchement certain chez les élèves qui préféraient patiner sur le lac ou faire des batailles de boules de neige plutôt que leurs devoirs. Zaria avait décidé de ne pas donner de travail à faire, mieux valait qu'ils profitent des fêtes de fin d'année et reviennent parfaitement reposé et près à attaquer la saison hivernale. Il était vrai également que le professeur n'avait pas vraiment envie de se mettre à corriger des copies bâclées à son retour de vacances, ce qui serait juste bon pour ruiner ses jours de repos bien mérités. Enfin, repos… on parlait de vacances à Hejtishak tout de même, on était loin de la cure de tranquillité. On passait plus de temps à courir après des moutons et à boire de la liqueur qu'à lire et à faire la sieste au chaud dans un fauteuil. On mangeait et on mangeait encore jusqu'à rouler par terre, au sens propre. Zaria avait hâte de rentrer à la maison profiter de réjouissances de cette époque brumeuse mais festive.

La gourmandise était un vilain défaut et certainement l'un des plus prononcé de la sorcière. C'était tout naturellement qu'elle avait fait un tour par la confiserie magique pour s'approvisionner largement en sucreries de toutes sortes. Qui ne l'avait jamais vu faire de grignotages intempestifs à toutes heures du jours ou de la nuits… Sitôt levé cela commençait déjà pendant qu'elle s'habillait pour se poursuivre jusqu'à la pause de midi. La fringale connaissait une accalmie jusqu'à l'heure du gouté, prolongé en tea-time. Toute occasion était bonne pour se mettre quelque chose sous la dent de toute façon. Ce qui expliquait en partie pourquoi elle était arrêtée depuis plusieurs minutes devant la devanture de Zonko, observant la vitrine avec grand intérêt tout en s'empiffrant allègrement de truffes en chocolat musicales. Vous savez, ces truffes qui sifflotent des chants de noël ?

Les feux d'artifices et les fausses baguettes n'étaient pas vraiment la passion de la sorcière. Zaria avait bien d'autres habitudes pour dépenser son salaire en achats compulsifs: la bouffe, les boissons alcoolisés, les ingrédients pour potions plus ou moins légalisés par le ministère et les vieux objets dont plus personne ne voulait. Elle se voyait cependant très peu offrir une bouilloire percé à ses deux petites cousines. Le jeune femme inspectait consciencieusement les articles exposés à la recherche d'une idée qui émerveillerait tout autant les enfants que les anciens. Pourquoi pas ça ? Un set de tasses à thé mordeuses ? Non, elles étaient trop jeunes pour s'adonner à des farces aussi cruelles, quoique… voila qui plairait certainement à Teabïath et sa clientèle. Zaria s'imaginait déjà la scène en souriant d'un air rêveur, cachée dans l'ombre de sa large capuche. Comme ils lui manquaient, tous autant qu'ils étaient.

oo00OOO00oo


Dernière édition par Azearhia R. Fritshwörth le Mer 17 Juin 2015, 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daniel E. Miller

avatar



▌Crédit : Lyra <3
▌Messages : 863
▌Année : 11e
▌Spécialisation universitaire : Politique et Direction Magique
: Préfet

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: :: FINI :: La truffe dans la neige ! Jeu 02 Oct 2014, 23:37

C'était bien le seul week-end qu'il restait à Daniel pour faire ses achats de Noël. Les étudiants étaient beaucoup moins limités que les élèves lorsqu'il s'agissait d'errer dans les ruelles de Pré-au-Lard. C'était parce qu'ils avaient beaucoup moins le temps, pensait Daniel. Ils étaient donc bien plus aptes à s'auto-réguler et à ne pas passer tous leurs vendredis et samedis soir à absorber des quantités phénoménales de bierraubeure. De bierraubeure. Ben voyons. Mais Daniel était surtout dans une filière où c'était le cas, mais on n'aurait su en dire autant à propos des étudiants en journalisme, par exemple. Pour ne citer qu'eux. Le rôle de préfet de Daniel s'arrêtait à la septième année. Le reste des inepties qui allaient bon train à Poudlard et ses environs, il ne voulait pas en entendre parler, il n'en avait pas le temps ni l'envie. Bref. Daniel, vous l'aurez compris, était là pour affaires. Il s'agit de trouver des cadeaux pour ceux qu'il aimait. Heureusement, il n'y en avait pas tant que ça. Je veux dire, pas tant que ça auxquels sa pudeur permettait qu'il offre quelque chose. Il y avait sa famille, bien sûr. Ses grands-parents, son petit frère. Maggy. Lloyd, peut-être. Mais pas beaucoup plus. En règle générale, il restait réservé sur toutes les démonstrations d'amour et de reconnaissance, et il aurait été gêné que certaines personnes lui fassent un cadeau. Enfin, il y avait toujours les cadeaux qui ne comptaient pas vraiment, ceux qu'on disposait rapidement au pied du sapin de la salle commune pour rappeler qu'on était un être convivial et socialement intégré. Ça comptait aussi beaucoup, pour Daniel Miller. Mais ce n'était pas vraiment la même chose. Il n'avait pas l'intention d'offrir des gadgets magiques à tout le monde. Ça dépendrait de ses envies, un peu comme les Moldus choisissent entre un magasin de décoration ou une librairie. Du magique ou du moldu, pour cette année ? Il avait l'intention de faire le plein de bonbons, quel qu’ils soient. On n'avait jamais assez de bonbons en cette période.

Daniel était content. Il souriait. Il était dans le magasin de Farces et Attrapes, et il souriait. Quelques troisièmes et quatrièmes années l'observaient du coin de l'oeil alors qu'ils choisissaient quelques pétards arc-en-ciel ou à oisillons, comme si le préfet était en mission pour les surveiller et anticiper leurs bêtises à venir. C'était drôle. Daniel sentait leurs regardes vaguement inquiets sur son dos. Après six ans de service, il commençait à s'être habitué à la méfiance continue qui l'entourait. Et non, chers petits, Daniel était la en civil, il choisissait simplement quelques broches chantonnantes pour ses grands-mères. Rien de bien sorciers, voyez-vous ? Il se demandait s'il ne devait pas prendre quelque chose pour son frangin. Mais il n'avait pas la moindre idée. Ils étaient bien trop différents, bien trop tendus pour qu'une idée de cadeau lui semble géniale et parfaite. Ça allait certainement se terminer avec une grosse boite de bonbons, et peut-être un tee shirt « GRYFFONDOR ». C'était tellement basique... Daniel se sentait affligé par son manque de créativité. Ça ne lui allait pas cette histoire. Pourquoi la tâche devait-elle être si difficile ? Ce n'était qu'un petit frère. Daniel paya ses achats et sortit.

Durant les vingts minutes qu'il avait passé à se décider dans le magasin, la neige s'était remise à tomber. De gros flocons, presque noirs dans le ciel blanc, s'échappaient des limbes du ciel pour couvrir les empreintes de pas. Il enfila son bonnet qui fut immédiatement recouvert de multiples pétales blancs. Il n'aimait pas trop ça. Déjà, il sentait son nez se refroidir, ses lèvres se crisper. Il n'allait pas manquer d'être malade, et ça ne lui disait rien. Il n'avait jamais le temps pour ça, bien entendu. Il fit la moue, puis soupira en mettant rapidement ses gants. Il restait sur le porche, ne se décidant pas à partir à l'assaut du froid. De toute manière, il était déjà dehors. Son manteau se constellait de points blancs, il avait déjà froid. Il fallait se hâter jusqu'à Honeydukes. Il jeta un coup d'oeil vers la boutique, et croisa le regard du professeur Fritshwörth. Il sourit. Ça valait donc la peine de sortir son nez dans l'air de décembre.

Azearhia ! Héla-t-il.

Il avait cette manière si particulière de prononcer son prénom. Quand il avait cet accent-là, on n'aurait pu deviner très précisément dans quel coin de Londres il avait grandi. Il articulait avec lenteur, soucieux de ne pas écorcher ce joli prénom. Il aimait bien le sentir rouler dans sa gorge. Daniel connaissait trop bien la jeune enseignante pour passer comme si de rien n'était ou l'appeler par son titre. Et il l'appréciait bien trop pour ne pas venir la saluer. Il s'approcha de la jeune femme avec un grand sourire. Il ne l'avait jamais eu en cours, enfin, pas en classe. Daniel ne doutait pas un instant qu'elle fut passionnante, comme elle avait réussi à le passionner lui et à faire exploser sa moyenne en potions. Elle lui avait appris les bases, les subtilités. Il ne lui en avait pas fallu davantage pour prendre son autonomie. Dorénavant, ils étaient de vieux amis. En grandissant, Daniel avait quelque peu rattrapé son décalage de maturité, même si sept années restaient parfois difficile à combler.

Comment vas-tu ? chantonna-t-il, véritablement ravi de la rencontrer.

À chaque fois qu'il croisait quelqu'un qu'il appréciait profondément, Daniel se prenait de plein fouet sa solitude. Il n'en souffrait pas, cette dimension-là n'était pas un problème. Mais il était incroyable de réussir à passer de longues semaines sans avoir le temps de se parler quand on vivait dans le même château. Comment faisaient-ils pour ne pas passer plus de temps ensemble alors qu'ils aimaient leurs compagnies respectives ? Le château n'était pas si grand, c'était un faux prétexte. Et il s'en voulait de ne pas savoir dégager plus de temps pour ses amis, de ne pouvoir discuter avec eux que lorsqu'ils les croisaient par le fil des coïncidences. C'était stupide. Mais Azearhia était là, elle se tenait devant lui. Il pouvait bien neiger, mais il ne laisserait pas échapper cette occasion de pouvoir échanger quelques nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Azearhia R. Fritshwörth

avatar



▌Pseudo : La fougère
▌Crédit : me
▌Messages : 329
MessageSujet: Re: :: FINI :: La truffe dans la neige ! Lun 06 Oct 2014, 19:47

oo00OOO00oo

Zaria avait toujours trouvé obsolète cette façon qu'avait d'enseigner certains de ses anciens professeurs. Elle s'était juré de ne pas reproduire les erreurs qu'elle avait mainte fois critiquées lorsqu'elle était elle-même étudiante. Les méthodes archaïques qui consistaient à apprendre par coeurs des livres et des listes d'ingrédients et appliquer bêtement des instructions sans jamais se poser de questions, à ses yeux ce n'était pas ça, partager son savoir. Zaria ne prétendait pas être pédagogue, elle était bien trop familière et franche pour cela, mais elle essayait de faire de son mieux pour rendre la tête de ses élèves plus lourde en sortant de sa classe. Ce n'était pas toujours choses facile, il y avait toujours des crétins qui se braquaient et s'amusaient à emmerder le monde. Certains avaient essayés, ils avaient vite comprit à qui il avait affaire. Mais pour les autres, ceux qui tendaient un tant soit peu l'oreille, Zaria donnait beaucoup de temps et d'énergie. C'était simple à comprendre, la sorcière était avant tout une passionnée, par les potions d'une part mais également par son travail de professeur.

Azearhia ! Héla-t-il.

Tiré de son observation par une voix familière, la jeune femme tourna brusquement les yeux de la vitrine illuminée vers son interlocuteur qu'elle avait déjà identifié comme son tout premier élève. Elle sourit, sincèrement contente de cette rencontre inattendue. Un certaine affection la lié à ce jeune homme sans doute car il était celui qui était venu quérir son enseignement avant même qu'elle n'en fasse sa profession. Peut-être avait-il renforcé, sans qu'elle n'en eu conscience cette conviction qu'il y avait dans chaque gamin un talent qui ne demandait qu'à être utilisé. Elle avait peut-être été bon professeur, mais il avait également été bon élève.

Il semblait frileux, pas vraiment fait pour affronter gaiement les intempéries. C'était un grand garçon maintenant, il l'a dépassait même en taille et portant à observer ses traits elle n'arrivait à se détacher de l'image du petit serdaigle timide. Pour elle, il garderait éternellement un visage juvénile. D'une main elle épousseta les flocons qui s'accumulaient déjà sur ses épaules avec une tendresse presque maternelle.

- Dis donc, le réprimanda t-elle en plaisantant, j'habite donc si loin qu'il faille s'en remettre au hasard pour te croiser ! Mais sinon, ça va.

Zaria n'était pas d'une nature spécialement fragile. Il lui arrivait souvent de se plaindre et de râler, mais peu de choses arrivaient à entamer son bonheur. Santé de fer et caractère bien trempé, elle était étrangement paré pour survivre à tout à n'importe quoi, et surtout aux emmerdes.

- Tu veux une truffe ? Ca sort tout juste de Honeydukes. C'est une sacrée tuerie.

Elle lui fourra le sachet de confiseries sous le nez, prête à la gaver de chocolat comme la plus gâteuse des grands mères. Mangez c'était très important, surtout à Noel. Oui, elle était d'accord avec ça, il n'y avait jamais assez de bonbons, et de vin chaud…. aussi.

- Mais toi, comment se passent tes études ? J'espère au moins que tu ne deviendras jamais un de ces employés du ministères bêtes et feignant.

Comme un peu tout les habitants de son ile, Zaria avait en sainte horreur tout ce qui touchait de près ou de loin au ministère. Mais c'était surtout des préjugés tenaces qui remontaient à la création de cette institution de casse-pieds notoires.

oo00OOO00oo
Revenir en haut Aller en bas
Daniel E. Miller

avatar



▌Crédit : Lyra <3
▌Messages : 863
▌Année : 11e
▌Spécialisation universitaire : Politique et Direction Magique
: Préfet

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: :: FINI :: La truffe dans la neige ! Mar 16 Juin 2015, 16:37

Daniel rit. Il reconnaissait bien là Azeariah. Il s'était remis à neiger, et Daniel s'approcha rapidement de l'enseignante. Ses pas ne faisaient presqu'aucun bruit dans la neige, seulement ce léger bruit de feutre, ce craquement si caractéristique des journées enneigées. L'invitation de la jeune femme était plus qu'engageante et Daniel accepta avec joie son offre.

Merci ! s'exclama-t-il.

Et il avala le chocolat. Les truffes d'Honeydukes étaient spéciales, comme tout ce qui sortait d'un magasin sorcier. C'était comme si toute sa langue se retrouvait soulever par le cacao. L'odeur de chocolat était très forte et elle lui chauffa délicieusement les narines.

Effectivement, poursuivit-il en reprenant son idée, c'est monstrueux qu'on ne se croise jamais.

Et Daniel le pensait sincèrement, car il aimait beaucoup Zaria. Il ne l'avait pas en tant que professeure, parce qu'il avait abandonné les potions depuis un bon moment maintenant, mais il se rappelait avec beaucoup d'enthousiasme de ces moments qu'il avait eus avec elle, à côté de la cheminée ou dans les cachots, à travailler ses devoirs. Car, c'était bien la matière dans laquelle il avait pu se montrer le plus mauvais. Il était d'une maladresse dramatique, et la précision n'était pas son fort. Heureusement qu'il avait pu compenser par sa capacité de travail et sa faculté à retenir de longues listes d'ingrédients et de protocoles complexes, et il avait pu passer son ASPIC sans trop de soucis. Il avait eu un Acceptable, c'était amplement suffisant pour quelqu'un qui avait décidé de ne pas poursuivre dans cette voie. Il avait beaucoup hésité après ses BUSES, car ce n'était pas vraiment sa matière préférée, mais la perspective de pouvoir passer plusieurs heures par semaine assis à la même table que sa meilleure amie l'avait décidé. Et puis, grâce à ces cours supplémentaires, il avait pu passer encore plus de temps avec Zaria, ce qui ne lui avait déplu non plus. Daniel sourit, il se rapprocha de la jeune femme. Il avait beaucoup de choses à lui raconter, et c'était un hasard très heureux de la trouver ici, à quelques jours de Noël. Il allait pouvoir partager avec elle ses angoisses par rapport à son mémoire et à la quantité de travail à laquelle il devait faire face cette année. Il allait lui raconter qu'il n'avait aucune idée de cadeau pour son petit frère, et elle serait surement de bon conseil. Après tout, même si son idée ne convenait pas, ce serait toujours mieux que pas d'idée du tout, sans aucun doute. Qu'est-ce qui pouvait bien plaire à un jeune étudiant ? A part des livres, rien ne traversait l'esprit du Serdaigle, et il doutait que ce fut le choix le plus pertinent. Il y avait probablement plein d'autres choses qu'on pouvait s'offrir, et des cadeaux bien plus drôles. Mais Daniel n'avait jamais vraiment été un créatif. Il commença à marcher avec Azearhia, en lui tenant le bras.

Ça n'arrivera pas, rit-il, moi je serai dirigeant !

Ce genre de poussée ambitieuse, ça faisait remuer le Serpentard qui était en lui. Daniel n'avait jamais caché à qui que ce soit les grands projets qu'il avait pour sa personne. Il avait de l'ambition pour lui, pour ses amis, pour son association et plus globalement, pour le monde entier. Parce que c'était important de voir grand si l'on voulait que les choses changent au moins un peu. Et Daniel voulait qu'elles changent beaucoup. Tranquillement, ils commencèrent à s'avancer vers les Trois Balais. Pendant les weekends, la taverne était remplie d'élèves de Poudlard, mais en semaine, seuls les professeurs et les étudiants y erraient en petits groupes. Ça faisait toujours changer d'air. On venait en marchant pour se dégourdir les jambes, et c'était un espace un peu informel où l'on pouvait discuter en tenant moins compte de la distance hiérarchique qui séparaient ceux qui parlaient à la classe et ceux qui formaient la classe. Ce genre de barrière était moins forte, une fois qu'on avait obtenu des ASPICS. Que Daniel et Azearhia n'hésitent pas à se promener ensemble en était bien l'une des preuves. De toute manière, ils n'avaient jamais cherché à dissimuler leur amitié, puisque Zaria n'était pas directement une enseignante du Serdaigle. Et c'était surement mieux comme ça. Daniel ne voulait même pas essayer de s'imaginer dans un cours de Potions Anciennes avec le professeur Fritshwörth. Il aimait bien entendre ses amies parler de leur passion, mais la pratique ne l'avait jamais véritablement intéressé. C'était bien l'une des raisons pour lesquelles il avait un étudiant en Potions assez moyen. Il lui avait toujours fallu un binôme pour éclater sa moyenne, et c'était pour cela qu'il avait si bien fonctionné avec Maggy, avant même de devenir très ami avec elle. Il se demandait d'ailleurs où en étaient les recherches de Zaria, et c'est ce qu'il lui demanda.

Il avait hâte de s'assoir sur les banquettes moelleuses du bar, de se laisser ensomeiller par la chaleur de la cuisine et de l'activité de la serveuse. Après s'être gorgés de bierraubeures et de confiseries, ils se mettraient peut-être à aborder des sujets plus intimes, ou plus sensibles, comme leur vie sentimentale et amoureuse. Daniel ne pourrait pas s'empêcher de rougir et de glousser un peu bêtement. Il y avait très peu, vraiment très peu de personnes qui lui donnaient envie de se confier sur ce sujet-là. Mais Azearhia était plus âgée que lui, elle n'était plus étudiante depuis un moment et il lui faisait une confiance totale. Il savait qu'elle ne répèterait rien et qu'elle ne se moquerait pas de lui. C'était les deux conditions dont il avait besoin pour se sentir en sécurité et se lâcher. Aussi, on pouvait dire qu'Azearhier savait à peu près tout de lui, sauf ce que lui ignorait de lui-même. Et encore. Il y avait fort à partier que son flair lui eut permis d'en deviner plus sur Daniel que ce qu'il était capable d'admettre. Il était encore jeune, finalement, et il y avait certaines idées qu'il avait du mal à accepter. En retour, il estimait que les conversations de la jeune femme était toujours riche en enseignement. Finalement, il y avait encore entre eux quelque chose qui relevait du maître et de l'élève. Mais c'était difficile de faire autrement lorsqu'on avait affaire à quelqu'un d'aussi passionant que ce qu'Azearhia savait être. Aussi, Daniel hâta le pas, et ce n'était pas uniquement parce qu'il avait froid.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: :: FINI :: La truffe dans la neige !

Revenir en haut Aller en bas

:: FINI :: La truffe dans la neige !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium Incantatem :: THERE IS AN INSIDE AND AN OUTSIDE TO EVERY FORM. :: HOGSMADE :: Zonko-