[FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Luce Flowright

avatar



▌Crédit : Lysk
▌Messages : 510
▌Année : huitième
▌Spécialisation universitaire : commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Mer 13 Aoû 2014, 13:58

Très bien Monsieur Flowright. Vous pouvez y aller.
Merci Monsieur le directeur.

Et sans attendre plus, le dénommé Flowright se leva du fauteuil qui lui avait été préconisé un petit quart d'heure plus tôt. Un dernier salut respectueux mais toujours teinté de ce petit air frondeur qui ne l'avait pas lâché depuis l'incident. Il quitta sans précipitation flagrante le bureau qu'il n'avait que peu visité avant ce jour de décembre. Cependant, il était décidé à ne pas s'y éterniser de peur que le vieux change d'avis et ne durcisse la punition. D'ailleurs, Luce ignorait pourquoi il avait été si indulgent. Naïvement, il préféra se dire que c'était son dossier propre et sans bavure qui avait amoindri la sentence. Etait-ce vraiment cela ? L'adolescent ne le saurait surement jamais vraiment.

L'escalier en colimaçon le déposa sur le pallier du second étage, et sitôt son second pied sur les dalles du couloir, la gargouille reprit sa place de gardien de l'entrée. Un soupir échappe au jeune homme, réalisant qu'il avait eu de la chance. Cela aurait pu être bien pire. Autant dans la leçon de morale que dans les conséquences. De son pouce, il frôla sa lèvre inférieure abîmée. Il sentait la palpitation de son coeur sur la blessure à peine coagulée. Oh, ce n'était d'ailleurs pas le seul endroit qui lui rappelait que l'autre avait eu du répondant. Sa tempe gauche également, tout comme son omoplate droite qui avait rencontré une armure récalcitrante. Il aurait aussi surement quelques bleus de ci de là. Et malgré cela, il ne regrettait pas ce qu'il avait fait. Et s'il devait le refaire, ce n'est pas un aller simple dans le bureau du directeur qui l'en dissuaderait. Il se pensait dans son plein droit.

Pourtant, ce n'avait pas été l'avis de sa directrice de maison. Manque de bol, c'était elle qui avait été la première sur le lieu de l'affrontement. A l'aide d'un autre enseignant, elle avait réussi à faire cesser les deux chiffonniers, selon ses propres mots. Le calme dans le couloir était aussitôt retombé, et les curieux les plus téméraires avaient vite abdiqué face au regard sévère de la dame. C'est que sous ses airs doux, une véritable Lady à la poigne de fer était dissimulée. Le blondinet et son ennemi l'apprirent ce jour là à leurs dépends. Non contente de leur faire une première fois la morale, c'est comme des enfants pris en faute qu'ils furent menés au bureau directorial. Et ce n'était pas rien de le dire, puisqu'il y avait pénétré tiré par l'oreille par une Mrs Cavelish furieuse. A 17 ans, ça piquait au vif son amour propre, et le chemin entre le troisième et le deuxième étage avait été particulièrement long et pénible.

Le professeur Walter les avaient accueilli tous les deux ensemble, avant de se rendre compte qu'il n'arriverait à rien comme cela. Il avait congédié un instant le poufsouffle pour s'occuper de la source du conflit. Surement pour avoir les deux versions de l'affaire, avait-il pensé alors qu'il attendait sur le pallier de la grande porte en bois fermant le bureau. Puis était venu son tour, et après un duel de regards entre le rentrant et le sortant, Luce avait pris place devant dans le fauteuil indiqué. S'en était suivi une explication tronquée de la part du plus jeune -il ne pouvait pas dire pourquoi il s'énervait comme ça sur le cas Vesper Blackwood-, et une série de retenues sur une semaine. Les vacances étaient pratiquement là, de toute manière. Ce qui n'enchantait pas le protecteur.

Marchant d'un pas extrêmement lent dans le couloir déserté -personne n'aimait trainer devant les appartements directoriaux-, il serrait et desserrait sa main tout en l'observant. Il ne devait rien avoir de cassé, mais il n'y avait pas été de main morte sur le premier coup de poing. Le nez du Serdaigle s'en souviendrait surement plusieurs jours, tout comme sa main surement. Mais c'était bien fait pour sa gueule, au petit charognard prétentieux. Ses parents auraient du lui apprendre à bien réfléchir avant de parler, et avant d'agir. Cela lui servirait de leçon, et il se porterait volontaire dans le cas où elle n'aurait pas été bien assimilée.

Des mois à présent que Luce résistait à l'envie de faire avaler sa langue à quiconque médisait sur sa protégée. Et malheureusement dieu sait qu'il y en avait qui se privaient pas d'y aller de leur petite remarque acerbe. Mais là, ça avait été celle de trop. Les vacances dans moins de deux semaines, l'état de nerfs à présent quasi-constant, et le rire gras et fier du scélérat avait fait exploser le gentil poufsouffle. Pour une fois que ce n'était pas un gryffondor et un serpentard. Comme quoi, les préjugés étaient fait pour être brisés. Comme le nez de ce connard. Il faut dire qu'il récidivait aussi, et qu'à force de rabâcher, Luce avait cru bon de lui indiquer, un peu violemment peut-être, que ces bassesses n'étaient pas digne de sa maison, ni même de Poudlard. Et ils se disaient sages, les aiglons... Laissez-le rire ! Pas plus que les autres. Pas plus que lui, il le reconnaissait volontiers. Il avait cédé à une pulsion.

Mais putain que ça soulageait sur le moment !

Il n'eut pas à faire longtemps la route seul. Déjà au premier croisement, il la vit. Avec ses soyeux cheveux bruns. Avec ses yeux si expressifs. Avec son air inquiet. Pourquoi s'inquiétait-elle pour lui ? Elle avait bien mieux à faire... Il soupira, encore à quelques mètres d'elle. Sans pour autant ralentir ni presser le pas, ou douter de ses actes passés. Il était fier de ce qu'il avait fait, et nul doute que cela pouvait se deviner dans son attitude et son regard déterminé. Tout lui paraissait si simple, et en même temps si compliqué. Il n'était même plus sur qu'elle avait assisté à tout ça, mais surement que si. Après tout, cela venait de se passer, à la sortie d'un cours de Management. Elle avait surement entendu également la phrase de trop...

Il l'a cherché, il a eu ce qu'il méritait... énonça-t-il une fois à son niveau, et avant même qu'elle ai pu poser une question ou dire quoi que ce soit. Son ton était sans appel et sans aucun doute. Il n'avait pas forcement envie de détailler le pourquoi de son pétage de plomb -n'était-ce pas évident ?- et encore moins ce qu'il ressentait depuis maintenant plusieurs semaines, et qui s'était encore plus intensifié avec cette altercation. Il avait besoin de prendre du recul, ce qui était devenu totalement impossible. Il l'avait frôlé, comme il en avait pris l'habitude depuis plus d'un mois, mais n'avait aucune intention de stagner là. Il ne pouvait pas s'arrêter, il avait besoin de marcher. Il faudrait qu'elle suive le pas si elle voulait lui parler et ne pas être distancée.
Revenir en haut Aller en bas
Vesper G. Blackwood

avatar



▌Crédit : Moi-même
▌Messages : 1613
▌Année : Huitième
▌Spécialisation universitaire : Commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Jeu 28 Aoû 2014, 22:46

Il l'a cherché, il a eu ce qu'il méritait...

Vesper soupira. Dès qu’elle avait entendu des pas, dans le couloir, elle s’était redressée. Luce. Elle l’attendait depuis de longues minutes, à présent. Elle avait été si inquiète, en le voyant emmené chez le Directeur… Tout ça, à cause d’elle. Comme Luce continuait sa route, elle se décolla du mur contre lequel elle s’était appuyée et se mit à le suivre, tout en secouant la tête. Le couloir était désert, alors ils ne risquaient rien. Puis, quand bien même ils croiseraient quelqu’un… « Tu n’aurais pas dû… » Certes, ce que le Serdaigle avait dit n’était pas particulièrement sympathique mais… Elle en avait vu d’autres. Depuis la rentrée, les remarques sur son comportement, n’avaient pas cessé. A force, elle était pratiquement passée maitre dans l’art de faire semblant de n’avoir rien entendu. Et c’est ce qu’elle aurait fait, si Luce n’avait pas envoyé son poing dans la figure de l’autre étudiant. Sur le coup, elle était restée immobile, prostrée, devant le spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Luce, se battant, pour elle. « Luce… » Accélérant le pas, elle revint à sa hauteur et lui attrapa l’avant-bras pour l’obliger à s’arrêter. Un instant, elle le fixa, en silence. « Merci. » Ce qu’il avait fait, à la sortie du cours, un peu plus tôt, était l’une des choses les plus gentilles qu’on ait faites pour elle. Et quand on y réfléchissait, il avait fait toutes les autres choses de sa liste. En fait.

Si seulement elle n’avait pas à partir…

A cette pensée, elle se rembrunit et le relâcha. Elle ne voulait pas partir. Elle ne voulait pas quitter Poudlard. Mais avait-elle le choix ? Luce était d’avis que oui mais… Elle ne partageait pas son avis. Pourtant, plus le temps passait, plus une voix s’affirmait en elle, lui hurlait de lutter, de ne pas se laisser faire. « Tu… vas bien ?! » Après tout, l’autre avait répondu. Tout ça, à cause d’elle… « Qu’a dit le Directeur ? »


HJ : comment j'ai honte de ma réponse T_T
Revenir en haut Aller en bas
Luce Flowright

avatar



▌Crédit : Lysk
▌Messages : 510
▌Année : huitième
▌Spécialisation universitaire : commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Mer 17 Sep 2014, 15:04

Un haussement d'épaules. Un simple haussement d'épaules pour toute réponse. Peut-être bien qu'il n'aurait pas dû, mais il l'avait fait quand même. Et ne regrettait pas son geste. Pis encore, il le referait s'il en ressentait le besoin à un moment ou à un autre, c'était une certitude dans l'esprit du garçon. Alors qu'elle le lui dise, même par politesse, ne changeait rien à la donne. Autant ne pas batailler à lui démontrer que si, il avait dû et il l'avait fait, et que pour lui c'est tout ce qui comptait. De toute manière, il ne l'avait pas fait pour récolter des lauriers ou des faveurs après. Il n'était pas de ce genre là, de ces beaux parleurs et arrivistes.

Son prénom. Et une main sur son bras. Un frisson, et le blessé s'arrêta de bonne grâce pour se retourner vers elle. Quelques secondes à se perdre dans les yeux de l'autre. Briser le silence, il n'en avait aucune envie. Alors il la laissa le faire, avec un simple merci. C'était pas grand chose vu de l'extérieur, mais venant d'elle c'était quelque chose pour sur ! Ce n'était pas le premier qu'il recevait, certes, cependant il ne pouvait nier que cela lui donnait toujours la sensation d'être spécial. Sept ans à s'envoyer des vacheries, la différence était notable ! Et il y avait pris goût. Il lui fit un sourire entendu, pas arrogant ou fier, juste un sourire doux et sincèrement touché de ce simple remerciement.

Éphémère sourire, alors qu'elle se rembrunit, le lui effaçant instantanément aussi. Si tout pouvait être aussi simple que ce petit mot. Tous deux savaient. Pas besoin de le dire pour le penser à l'unisson. Les vacances, épée de Damoclès qu'il n'arrivait pas à écarter. Et tout se compliquait illico. Elle le relâcha et le silence se fit à nouveau, plus pesant que quelques instants auparavant. Parler de cela, ils l'avaient déjà fait de long en large. Et mis à part la braquer d'autant plus, il ne menait à rien de lui dire encore et encore qu'elle avait le choix et pouvait se sortir définitivement des griffes de ce bourreau. Du coup, il évitait depuis quelques jours, espérant que l'idée fasse seule son bout de chemin pour ramener la serpentard à la raison. Et sinon...

Sinon il savait pas encore, mais il trouverait, il cherchait pour en tout cas.

Elle le ramena au temps présent d'une simple question, qui lui demanda un effort de réflexion pour être sur de ce dont elle parlait. Heureusement, elle le mit sur la voie immédiatement en lui rappelant l'épisode directeur. Ah oui... d'ailleurs, ils ne marchaient plus et il s'en rendit compte soudainement. Esprit trop encombré est moins réactif disait son grand-père souvent, il l'expérimentait en ce moment. Décidant qu'ils avaient stagné trop longtemps dans ce couloir encore trop près du bureau qu'il venait de quitter, il lui attrapa délicatement la main pour l'inciter à le suivre. Pas qu'il aille plus vite que précédemment, il avait juste eu envie de lui prendre la main. Bien sur, il ne serra pas sa poigne, lui laissant le loisir de la retirer si elle ne voulait pas. Tout ce qu'il faisait toujours avec elle, lui laisser le choix, y aller doucement et délicatement. Contrairement au nez du serdaigle. A croire qu'il était deux personnes en une. Le coté impulsif des grecs avait frappé, au sens propre du terme, et le coté anglais avait repris le dessus à présent.

Ouais, ça va, j'ai connu pire... ou comment rester digne même si son épaule était douloureuse à chaque pas et sa lèvre picotait à chaque parole, menaçant de se déchirer à nouveau. Étonnamment, il a été plutôt cool... J'ai eu une bonne leçon de morale, et une semaine de retenues... Il retint son souffle pour ne pas plomber l'ambiance avec l'échéance de ces retenues aux vacances. C'était déjà bien assez proche et omniprésent sans avoir à le préciser. A la place de quoi il rebondit sur l'exceptionnelle bienveillance à laquelle il avait eu droit. Mon dossier assez propre a dû jouer en ma faveur... Encore que ce n'était pas non plus sa première bagarre en sept ans et il avait eu la désagréable sensation que ce n'était pas seulement ça qui lui avait valu tant d'indulgence de la part du vieux croulant. Et il n'était pas serein sur cela, et nul doute que le ton peu convaincu de sa fin de phrase le laisserait comprendre à la brune à ses cotés.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vesper G. Blackwood

avatar



▌Crédit : Moi-même
▌Messages : 1613
▌Année : Huitième
▌Spécialisation universitaire : Commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Mer 24 Sep 2014, 21:04

Si elle avait eu un calendrier accroché au mur de sa « chambre », et qu’elle avait été dans un film, on aurait pu la voir, chaque jour, barrer d’une croix rouge, les cases, l’une après l’autre. Décomptant ainsi les jours qui la séparaient encore des vacances de noël. Mais ce n’était pas tant par impatience. Non, elle les décomptait plutôt par crainte de trop vite y arriver. Que ferait-elle, alors ? Elle savait ce qu’elle serait censée faire. Faire ses valises. Prendre le train. Regagner Londres. Et dire adieu à Poudlard, à ses camarades, et à Luce. Ainsi qu’à sa liberté. Mais elle lui tenait moins à cœur que le jeune homme, elle devait le reconnaitre.

Changeant de sujet, et repoussant ces pensées dans un coin de son esprit, elle s’inquiéta de son état. Avait-il été touché, frappé, blessé ? A cette idée, elle sentit son cœur se serrer. Il s’était bagarré. Pour elle. Elle ne lui avait évidemment rien demandé. Même si elle avait entendu les mots cruels du Serdaigle, elle y était à présent habituée. Mais elle ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable. S’il ne l’avait pas connue comme il la connaissait aujourd’hui, cela ne se serait jamais produit. Ceci dit, ce n’était pas parce qu’elle regrettait qu’il ait été envoyé chez le Directeur par sa faute indirecte, qu’elle regrettait de l’avoir appelé à l’aide. C’était sans aucun doute la meilleure décision qu’elle ait prise de toute sa vie. Comme il ne lui répondait toujours pas, elle fronça les sourcils, puis les haussa légèrement en le sentant lui prendre la main. D’abord étonnée, et peut-être un peu paniquée à l’idée qu’on les surprenne ainsi, elle le suivit, tel un automate. Puis, elle se détendit. Non seulement il n’y avait personne, mais en plus… Elle n’était pas sure de prêter la moindre importance à ce que pourraient bien penser les autres. Alors, elle serra sa main, à son tour, luttant contre l’envie d’entrelacer leurs doigts. Ouais, ça va, j'ai connu pire... Oh, tiens, sa réponse. Elle ne l’attendait même plus. Marchant à ses côtés, elle leva les yeux vers lui, et fit une petite grimace en apercevant sa blessure à la lèvre. Il avait saigné… Etrangement, elle trouvait ça sexy. Et honteuse du cours que prenaient ses pensées, elle détourna vivement les yeux.

« Qu’a dit le Directeur ? »
Étonnamment, il a été plutôt cool... J'ai eu une bonne leçon de morale, et une semaine de retenues...

Une semaine de retenues… Elle fronça les sourcils, un instant. Une semaine… Quand il aurait fini cette semaine de retenues, elle serait plus proche des vacances d’une semaine. Mon dossier assez propre a dû jouer en ma faveur... D’un ton absent, elle lui répondit. « Sans doute… » Après tout, Luce était un bon élève. Et c’était quelqu’un de bien. Ce n’était pas comme s’il avait l’habitude de se bagarrer tous les jours, de sécher les cours, de tricher aux examens, ou ce genre de choses… Alors c’était plausible. Sorti de nulle part, un aveu lui échappa soudain, sans même qu’elle ne le réalise, ou n’ait le temps de le retenir. « Je n’ai pas envie de partir. »



HRP : merciiiii ! (mais je préfère celle-ci :D)
Revenir en haut Aller en bas
Luce Flowright

avatar



▌Crédit : Lysk
▌Messages : 510
▌Année : huitième
▌Spécialisation universitaire : commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Dim 28 Sep 2014, 00:51

Fort heureusement, Vesper ne sembla finalement pas contre l'idée. Au contraire même, puisqu'après un instant le jeune homme put sentir les doigts fins de sa camarade se serrer un peu plus fortement autour de sa propre main. Détail qu'il nota évidemment en silence. A son contact, il avait appris à d'autant plus faire attention à ce genre de petits gestes subtils mais qui traduisaient souvent un accord tacite. Certaines autres subtilités par contre lui passaient encore au dessus de la tête, personne n'étant parfait. Comme le fait de son regard changeant quand elle remarqua sa blessure et qu'elle détourna les yeux. Dire que ces petits détails là auraient pu le mettre sur une voie qu'il aurai sûrement suivi avec délice, et qui auraient peut-être été un argument de poids pour la convaincre de lutter contre son tuteur. Néanmoins, la vie étant mal faite, il n'en avait aucune conscience et restait persuadé que les sentiments qu'il développait pour la serpentarde n'étaient pas la solution mais seulement un problème de plus à l'équation.

Quoiqu'il en soit, le sujet était passé au directeur, et à la punition dont Luce avait écopé. Alors qu'ils marchaient toujours, Luce s’éternisa sur la pensée que le directeur n'avait pas semblé totalement franc. Enfin, pas qu'il lui ai menti, mais son regard et son sourire étaient étranges quand il y repensa. Une pointe de « je-sais-tout ». Ou peut-être était-ce simplement lui qui fabulait, rapportant tout ou presque au secret de la brune à ses côtés. L'assentiment de cette dernière était assez vague, mais il ne le remarqua même pas. Le silence s'installa un instant, laissant leurs pas lents resonner dans ce couloir vide. Ce fut une nouvelle fois elle qui le rompit.

« Je n’ai pas envie de partir. »

Ce ne fut rien de plus qu'un murmure, comme une confession. Sans se stopper pour autant, le poufsouffle eut le réflexe premier de serrer un peu plus fort encore la main blottie dans la sienne. Pour lui donner du courage ? Pour la rassurer ? La réconforter ? Tout cela et rien à la fois. C'était le propre d'un réflexe, ce n'était aucunement réfléchi. Le second fut de laisser échapper un inaudible soupir. Il aurait été si facile de simplement lui répondre : « alors ne part pas. ». Cependant, ça ne marchait pas comme ça. Une toute autre réponse fusa du tac-au-tac, sincère et elle aussi confessée sur le même ton :

« Moi non plus, je n'ai pas envie que tu partes... »

En disant ces mots criants de vérité, il entrelaçant doucement ses doigts avec ceux de sa captive comme pour l’enchaîner un peu plus à lui. Pour qu'elle ne puisse plus le lâcher, le quitter. Se sacrifier. Il ne le voulait pas, et avait foi en la société pour arriver à éloigner la menace... si elle parlait. Toujours le même point d'arrivée.

« ça ne tient qu'à toi... » s'autorisa-t-il à dire malgré sa décision de ne plus la brusquer avec des arguments et des arguments censés la persuader de porter plainte contre son bourreau. Il aurait presque cru la sentir à deux doigts de céder. « Reste » rajouta-t-il encore plus tendrement, comme une supplique. Il n'avait pas le droit, il savait que c'était quelque peu égoïste de lui dire ça comme ça. Malgré tout, il n'avait pu s'en empêcher, se demandant si elle aurait pu tenir assez à lui pour le faire s'il le lui demandait sans détour ? Il ne l'avait pas fait jusque là, et après tout, ne pensait-elle pas le protéger en partant vers ce mariage forcé ? Il s'était stoppé et la regardait intensément. Ils étaient rendus en haut de l'escalier du Hall sans s'en rendre compte, et à vrai dire, encore une fois le monde autour importait peu au nouvel amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Vesper G. Blackwood

avatar



▌Crédit : Moi-même
▌Messages : 1613
▌Année : Huitième
▌Spécialisation universitaire : Commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Dim 05 Oct 2014, 20:54

« Moi non plus, je n'ai pas envie que tu partes... »

Ces mots firent à Vesper l’effet d’un baume chaud, réconfortant. C’était si doux à entendre… Il n’avait pas envie qu’elle parte. Pourtant elle ne lui avait apporté que des ennuis. Il avait failli être agressé par son tuteur, en été. Il faisait l’objet de menaces de la part de ce dernier. Sa famille, même, risquait d’être visée. Ils n’avaient cessé de se quereller que cette année. Et il s’était même fait amener chez le Directeur aujourd’hui, à cause d’elle. Mais malgré tout cela, il se battait jour après jour pour l’aider. Pour la convaincre de rester. Avec délice, elle le sentit glisser ses doigts entre les siens. Et une image lui vint à l’esprit. Force et fragilité. Entremêlés. Elle était la fragilité. Et lui, la force. Et comme leurs doigts, leurs deux vies s’étaient entrechoquées cet été.

« ça ne tient qu'à toi... »

Elle ferma les paupières. Ces mots, elle les avait entendus à maintes reprises. Combien de fois n’avait-il pas essayé de la convaincre, de lui faire comprendre que son sort était entre ses mains, lui appartenait ? Des tas. Mais… Elle ne parvenait pas à passer le cap. Plus le temps passait, plus elle redoutait le jour du départ. Elle ne voulait pas quitter Poudlard. Elle ne voulait pas arrêter les cours. Elle ne voulait pas épouser cet homme qu’elle avait rencontré en été. Mais surtout, elle ne voulait pas quitter Luce. Pendant sept années, ils s’étaient croisés, s’étaient lancés quelques piques. Mais depuis cet été… Tout avait changé. Et son cœur se serrait à chaque fois qu’elle songeait à ce jour où elle le verrait pour la dernière fois.

« Reste »

Son cœur se serra. Si seulement elle pouvait rester… Elle en avait envie. Et plus le temps passait, plus elle pensait céder, et rester. Mais à chaque fois, elle songeait ensuite à la menace de son tuteur. Et elle ne voulait pas qu’il s’en prenne à la famille de Luce, ou même à lui. Reste. S’il avait tenté de la convaincre de ne pas partir, de ne pas obéir à son tuteur, encore et encore, jamais il ne lui avait demandé de rester. Reste. Les yeux fermés, elle s’arrêta. Au même moment, il le fit. Ils se retrouvèrent ainsi, immobiles, dans un couloir. Là où quiconque pourrait les voir. Mais elle n’y songeait pas, en cet instant. Reste. Elle brûlait de lui dire oui. Elle avait envie, plus que jamais, d’accepter de rester. Rester, tout raconter. Mais l’espoir né, déjà il disparaissait. Ce serait égoïste de rester. Elle rouvrit les yeux, peinée. « Je ne peux pas rester… Si je reste… Tu sais ce qu’il fera. Et je ne veux pas… Je ne veux pas qu’il s’en prenne à toi, ou à ta famille. » Pendant des années, elle avait été égoïste, mais elle ne voulait pas l’être. Pas quand Luce était en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Luce Flowright

avatar



▌Crédit : Lysk
▌Messages : 510
▌Année : huitième
▌Spécialisation universitaire : commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Mar 07 Oct 2014, 18:43

Ah cette envie de la secouer ! De lui faire comprendre une fois pour toute que céder à une menace n'était pas la solution. Surtout une menace basée sur du flan, prête à vaciller au moindre coup de vent. La menace était l'ultime défense des faibles quand ils sentaient leur victime leur échapper. Et Vesper était en état de lui échapper, il en était sur à présent. Contrairement aux premières fois, elle était moins décidée, son ton bien moins sur.

Il ne manquait pas grand chose pour qu'elle cède, du moins l'espérait-il. C'était leur ultime chance à eux. De toute façon il ne comptait pas la laisser partir et son père était déjà au courant de l'affaire "menaces". Ce juge moldu n'en était pas à sa première et ses origines jouaient en sa faveur. Concrètement il pensait que le tuteur n'avait rien pour retrouver la famille de Luce. Pas même un nom, et des blonds à Poudlard, ce n'était pas ce qui manquait !

« Et on sait aussi ce qu'il fera si tu retournes là bas... Il reprendra son emprise sur toi avec cette même menace qu'il ressortira à chaque occasion. Le fait est qu'il n'a plus que ça comme carte à jouer. » Il arrêta là ses arguments, s'étant promis qu'il ne l’acculerait pas plus. Il se mordit la lèvre inférieure avant de lancer une dernière piètre tentative de culpabilisation. « Moi non plus je ne veux pas qu'il s'en reprenne à toi. Donc de toute manière si t'y vas, j'irai aussi. »

Et son ton ne souffrait d'aucun doute, pas plus que son regard. Jamais il ne supporterai l'idée de la savoir dans ses griffes sans rien faire. Et ça n'avait rien à voir avec l'amour naissant qu'il ressentait pour elle. Enfin pas totalement. Son sens de la justice, sûrement hérité de son père et qui l'avait mené à poufsouffle, ne le laisserait pas en paix, même si ça avait été quelqu'un d'autre. Question d'honneur. Et de conscience. Bref depuis qu'il était au courant il savait au moins cela. Il ne la lâcherait pas si facilement que ça !

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vesper G. Blackwood

avatar



▌Crédit : Moi-même
▌Messages : 1613
▌Année : Huitième
▌Spécialisation universitaire : Commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Mar 14 Oct 2014, 22:27

Oui, ils savaient. Tous deux savaient pertinemment ce qui l’attendait chez elle : un tuteur violent, alcoolique, et pervers. Cela dit, si elle était censée épouser son « ami » le lendemain, sans doute ne poserait-il plus la main sur elle ? C’était là une bien maigre consolation… Profondément attristée, elle baissa les yeux et son regard perdu se fixa sur les mains liées. De son pouce, elle vint, distraitement, caresser la main du Poufsouffle. En menaçant Luce, son tuteur avait bien choisi son sujet. Luce représentait pour elle, la seule personne à vraiment se soucier d’elle. Jadis, il y avait eu Callie. Mais elles n’étaient plus amies depuis longtemps. Quant aux autres, elle avait préféré les garder à distance afin d’éviter que quiconque ne découvre son secret. Alors, au final, elle n’avait que Luce. Et en le menaçant, lui et sa famille, son tuteur avait appuyé pile au bon endroit. A l’endroit qui fait mal.

« Moi non plus je ne veux pas qu'il s'en reprenne à toi. Donc de toute manière si t'y vas, j'irai aussi. »

Choquée, Vesper releva la tête pour l’observer, dans les yeux. Avait-elle bien entendu ? Apparemment, oui… « Tu ne peux pas faire ça ! » Quelle idée ! Comme si… Comme si son tuteur allait le laisser faire ! Et puis, s’il venait… Il ne pourrait quand même rien faire ! Alors, quoi ? Il allait venir au mariage comme invité et… Son cœur se serra et elle ressentit une nausée soudaine. « Tu ne peux pas… Quitter Poudlard. Tu dois rester, finir tes études, trouver un travail… » Trouver une femme, fonder une famille, être heureux… A regret, elle retira sa main de la sienne. Son destin, à elle, était écrit d’avance. Mais il était libre de faire ce qu’il voulait ! Il était intelligent, loyal… Il méritait le meilleur. Elle… Elle baissa à nouveau les yeux. A part lui, personne ne se soucierait d’elle, ou de son départ. Elle avait fait tant de mal sur son passage que peut-être même la plupart des élèves serait-elle soulagée qu’elle quitte l’école, et peu importait la raison de ce départ. Mais Luce… C’était quelqu’un de bien. Il ne pouvait pas partir ainsi, sur un coup de tête. « Puis, tu as pensé à ton père ?! Tu dois continuer tes études. » Comme elle aurait aimé pouvoir l’avoir à ses côtés… Mais non, il devait rester. Et elle devait partir.
Revenir en haut Aller en bas
Luce Flowright

avatar



▌Crédit : Lysk
▌Messages : 510
▌Année : huitième
▌Spécialisation universitaire : commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Ven 17 Oct 2014, 11:42

« Tu ne peux pas faire ça ! »

Le jeune têtu ne cilla pas. Elle pouvait bien dire tout ce qu'elle voulait, sa décision était prise. Dans un sens, ils pensaient la même chose de l'autre. Tout comme elle, il lui avait déjà dit plus d'une fois qu'elle ne pouvait pas faire ça non plus. Et l'inversion des rôles était marrante dans un sens. Si le sujet de la discorde n'était pas tant lourde de sens. Il la laissa continuer sans dire un mot, la fixant de ses yeux clairs doux mais déterminés. Ce n'était pas contre elle, mais pour elle. Ne pas quitter Poudlard. Finir ses études... Elle lui tenait le même discours que lui avait tenu depuis qu'il savait pour ce foutu mariage. Tragiquement comique, oui.

Alors qu'elle retira sa main de celle de Luce, il eut l'envie de la tenir fermement pour l'en empêcher. Cependant, le temps qu'il réagisse, ses doigts se refermait déjà sur du vent. Il n'aimait pas ça, et encore moins de la voir son visage si sombre. Il imaginait sans mal se convaincre qu'elle devait suivre son destin, le protéger et blablabla. Merde ! Il était majeur et en pleine possession de sa jeunesse, il n'était pas en sucre et... Enfin foutaises quoi ! Aucun destin si morbide ne pouvait être écrit à l'avance. Alors, au lieu de bêtement lui répondre pour un débat qu'ils avaient déjà maintes fois fait et qui tournait légèrement en rond, il fit quelque chose de bien plus stupide encore ! Il attrapa son visage fermement et l'embrassa pour la faire taire. Pour la détourner de tout cela, l'espace d'un instant. Il trouverai un autre moyen de la faire rester, de gré ou de force.

Oh, il allait sûrement se prendre une baffe. Sans compter que tels qu'ils étaient, en haut de l'escalier du Hall, si certains voulaient assister à l'échange ils allaient en avoir pour leur argent ! Mais il s'en foutait. Totalement. L'essentiel c'est qu'elle change de sujet, même si c'était pour lui hurler qu'il était un con ! Il mit fin au baiser avec un sourire et un air un peu benêt, faisant glisser doucement ses doigts le long de son visage pour la lâcher. Attendant la réaction de Vesper.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vesper G. Blackwood

avatar



▌Crédit : Moi-même
▌Messages : 1613
▌Année : Huitième
▌Spécialisation universitaire : Commerce magique

• HIDDEN IN ME •
Parchemin d'information(s):
MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce] Ven 17 Oct 2014, 22:57

Oui. Sans même y réfléchir, ni s’en rendre compte, Vesper avait utilisé les mêmes arguments que Luce lui avait sortis, pour le convaincre de rester, et de ne pas la suivre. La suivre où, d’ailleurs ? Ce n’était pas comme s’il avait venir vivre avec elle et son… futur époux. Non, il devait rester. Et ce n’était pas parce qu’elle n’avait pas cédé à la logique de ces arguments qu’il pouvait le faire à son tour ! Leurs positions n’étaient pas comparables. Il avait un père aimant, une petite sœur qui l’aimait et l’admirait, un brillant avenir… Elle… Elle n’avait personne et… Son départ ne représenterait pas une grande perte. C’est du moins ce qu’elle pensait, avant qu’il ne pose ses mains sur ses joues et ne l’embrasse, là, en plein milieu du couloir, où n’importe qui pourrait les voir… D’abord sous le choc, son cœur se remit bien vite à battre. Plus vite et plus fort qu’auparavant. Vesper se moquait bien de l’endroit où ils se trouvaient, ou même du fait que quelqu’un pourrait les voir, elle, une Serpy, embrassant un Poufsouffle. Car sous la douce caresse des lèvres de Luce, elle avait l’impression de voler. Son corps lui semblait être fait de nuages, ou de guimauve. Elle levait les mains, pour les placer dans le dos de Luce, ou sur ses bras ou ses hanches, à vrai dire elle ne savait pas où elle allait les mettre, elle était trop… Ailleurs. Mais avant que ses doigts n’aient même pu toucher sa robe de sorcier, il mit fin au baiser, la laissant chancelante, essoufflée. Après ses lèvres, ce furent ses doigts qui la quittèrent, et elle eut l’envie stupide de les rattraper pour les remettre sur ses joues.

En cet instant, elle avait totalement oublié ce dont ils parlaient avant, sa folle décision de la suivre, même son tuteur n’existait plus.

Perdue, elle plongea les yeux dans ceux, magnifiquement bleus, du Poufsouffle. Pourquoi ? Non, à vrai dire, elle ne se demandait pas pourquoi il l’avait embrassée. A ce sujet, ils semblaient sur la même longueur d’onde. Ils en avaient envie, ne le faisaient pas, se méfiaient des regards indiscrets… Jusqu’à aujourd’hui du moins. Elle aurait dû le gifler, ça aurait été la réaction normale de Vesper Blackwood, quelques mois auparavant, ou rire. Mais elle n’en avait pas envie, pas du tout. Elle avait plutôt envie qu’il recommence. Mais était-ce sérieux ? Ou même sain ? Dans quelques jours, dans quelques semaines, elle devrait épouser un type qu’elle n’aimait pas… Alors à quoi bon se torturer en… Je ne veux pas partir… En Vesper, en cet instant, une terrible bataille faisait rage. Son cœur avait envie de recommencer, d’embrasser Luce, encore et encore. Mais son esprit, raisonnable, lui soufflait qu’elle n’en souffrirait que plus en quittant Poudlard. Si seulement elle osait parler… Et ce sourire… Comment pouvait-il sourire ? Elle ferma les yeux et leva les doigts vers ses lèvres, sur lesquelles il lui semblait encore sentir celles de Luce. Quand elle rouvrit les yeux, elle les leva, humides, troublés, vers le beau blond qui lui faisait toujours face, mais ne sut que dire, ou même que faire.

Alors elle fit ce qu’elle avait fait des années durant : elle fuit. En silence, elle baissa la tête et se détourna. Elle se mit à marcher, encore et encore, jusqu’à sortir de l’école. L’air frais lui fit un bien fou. Mais elle ne pouvait pas rester là, où tant de gens pourraient la voir. Elle avait besoin de réfléchir, de s’isoler.

Et les serres lui apparurent être le lieu idéal pour cela.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce]

Revenir en haut Aller en bas

[FINI] L'amour n'est beau que s'il est un peu bagarreur... [Vesper & Luce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium Incantatem :: THE CASTLE; STUDENTS' PLAYGROUND :: SECOND FLOOR-